CULTURE


Bakou : Une capitale tout en contraste

Bakou, 10 avril, AZERTAC

Le site français Lefilrouge a publié un article sur Bakou, la capitale de l’Azerbaïdjan.

L’AZERTAC présente l’article dans son intégralité :

Bakou est la capitale d’un petit pays du Caucase, que beaucoup de gens ont encore du mal à localiser, l’Azerbaïdjan. Capitale riche, opulente, moderne et branchée, elle est tout en contraste avec le reste du pays, pauvre et peu développé. Sur les rives de la mer Caspienne, découverte de cette ville unique au monde, qui abrite les tout premiers puits de pétrole.

Bakou, à mi-chemin entre Europe et Asie

Pays de 9,5 millions d’habitants, l’Azerbaïdjan se situe dans la région du Caucase (Eurasie), au croisement de la Russie et de la Turquie. Deux zones, deux cultures, deux civilisations, et des Azéris qui parlent d’ailleurs quasiment tous le russe et le turc. Pays frontalier de l’Iran, la Géorgie, l’Arménie et de la Russie, il jouit d’un long accès à la mer Caspienne sur sa côte est.

L’économie du pays repose essentiellement sur les nombreux puits de pétrole (neft en azéri) sur terre et au large. L’abondance de l’or noir a entraîné la mise sous tutelle de l’Azerbaïdjan par l’URSS dès 1920, tutelle qui ne se termina qu’en 1991. Sur près de 10 millions d’Azéris, 2 millions vivent à Bakou, la capitale. Si la structure politique du pays est laïque, les Azéris sont musulmans à 95%. Ils pratiquent un islam extrêmement modéré en comparaison de ses voisins.

Une architecture entre tradition et modernité

Bakou possède une architecture néoclassique et baroque qui peut la faire ressembler à d’autres villes ayant connu le communisme : des avenues larges, des bâtiments publics à moulures, de nombreux espaces verts. La propreté extrême et l’absence totale de débordement, voire de vie selon certains, rappelle Monaco ou Nice. Sa longue promenade sur le bord de mer, prise d’assaut par les habitants le soir venu, est semblable à Barcelone ou Rio de Janeiro.

Ville agréable aux allures méditerranéenne, Bakou a joué l’audace architecturale en mélangeant les styles modernes et anciens. La vieille ville est l’un des quartiers les plus agréables à parcourir. Petit labyrinthe de ruelles pavées, le vieux Bakou offre une particularité intéressante. De nombreux balcons suspendus, rappelant des balcons de verdure, sont présents aux premier et deuxième étages de nombreuses maisons. Souvent recouverts de vigne vierge, ils créent un abri ombragé bien utile lors des pics de chaleur.

En écho à ce quartier, on trouve dans la ville de nombreux bâtiments architecturaux ultra modernes, d’un style futuriste. Parmi les plus beaux, on notera sans hésiter le centre culturel Heydav Alieyev, réalisée par la célèbre architecte irakienne Zaha Hadid. On retiendra également les superbes Flames Tower qui dominent la ville et s’illuminent le soir venu, ou encore le Musée du tapis avec sa forme de tapis roulé.

Bakou, entre compétition et entertainement

Depuis quelques années, la ville cherche à dynamiser son image pour attirer les visiteurs du monde entier. Beaucoup d’efforts ont été réalisés pour mettre en avant la beauté de la ville, notamment sur le plan historique, avec la rénovation de la vieille ville menée en partenariat avec l’Unesco. En 2012, c’est à Bakou que s’est déroulé l’Eurovision. En 2014, c’est aussi dans le pays que se sont tenus les Jeux Olympiques d’hiver. Depuis 2012, un grand prix de Formule 1 est également organisé dans la ville, sur le modèle de ce qui se fait à Monaco et à Singapour.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules