CHRONIQUE OFFICIELLE


Une marche nationale s’est tenue à Bakou à l’occasion du 25e anniversaire du génocide de Khodjaly
Le président de la République Ilham Aliyev et la première vice-présidente Mehriban Aliyeva ont participé à la marche  VIDEO

Bakou, 26 février, AZERTAC

Une marche nationale s’est tenue le 26 février à Bakou, à l’occasion du 25e anniversaire de la tragédie sanglante, entrée dans de l’histoire de l’humanité au XXe siècle comme génocide de Khodjaly.

La marche commémorative a été marquée par la présence du président de la République d’Azerbaïdjan Ilham Aliyev et de la première vice-présidente Mehriban Aliyeva.

L’objectif de la marche nationale, partie de la Place Azadlyg de la capitale et rassemblant plus de 40 mille participants, consiste à honorer la mémoire des victimes de la tragédie de Khodjaly et porter de nouveau ce crime brutal, commis par les fascistes arméniens contre l’humanité, à l’attention de la communauté mondiale.

Les participants de la marche nationale, avec le Président Ilham Aliyev et la première vice-présidente Mehriban Aliyeva à la tête, ont débuté la marche en avançant vers le monument érigé à la mémoire des victimes du génocide de Khodjaly dans l’arrondissement Khataï de Bakou.

Les participants de la marche et les jeunes alignés le long des rues et des avenues par lesquelles avançaient les participants de la marche tenaient les portraits, les photos reflétant les victimes innocentes de ce massacre sanglant, affichant les slogans exigeant aux responsables de répondre devant la justice, reflétant les appels à les punir, à évaluer politiquement et juridiquement cet événement à l’échelle internationale, les pancartes avec les noms des victimes. Les écrans montés le long de l’itinéraire représentaient les phrases « La communauté mondiale doit reconnaître le génocide de Khodjaly », « Justice pour Khodjaly ! », « N’oubliez pas Khodjaly ! », « A bas le fascisme arménien ! », « Khodjaly, génocide du XXe siècle », « Les criminels seront punis ! » et « Génocide de Khodjaly, 25 ans ».

Par les visages tristes des gens, on voyait que les 25 ans écoulés n’ont pas pu effacer des mémoires les horreurs de la tuerie sanglante perpétrée contre les habitants de Khodjaly. Le nom de cette ville azerbaïdjanaise anéantie en une nuit est cité avec celui de Khatyn, Lidice et Song Mi.

En général, cette marche nationale constitue la phase suivante de l’action de grande envergure relative au génocide de Khodjaly, menée par l’Azerbaïdjan. Cette marche a aussi manifesté l’union étroite du peuple azerbaïdjanais, son hommage à la mémoire de ses victimes, sa volonté de faire tout son possible afin de libérer les territoires occupés par l’Arménie et de rétablir l’intégrité territoriale de son pays.

Une garde d’honneur était alignée et des fleurs fraiches étaient déposées autour du Mémorial à la mémoire des victimes du génocide de Khodjaly.

Le président Ilham Aliyev a déposé une gerbe devant le Mémorial et a rendu hommage à la mémoire des victimes de la tragédie.

La première vice-présidente Mehriban Aliyeva, le Premier ministre Artour Rassizadé, le président du Milli Medjlis Ogtay Assadov, le chef de l’Administration présidentielle Ramiz Mehdiyev, la vice-présidente de la Fondation H. Aliyev Leyla Aliyeva, Arzou Aliyeva et Heydar Aliyev ont déposé des fleurs devant le monument.

Les fonctionnaires d’Etat et de gouvernement, les députés du Milli Medjlis, les ministres, les dirigeants des comités et des entreprises, les représentants du corps diplomatique, les dirigeants des confessions religieuses, ainsi que les habitants de Khodjaly ayant survécu à la tuerie, ont également déposé des fleurs devant le monument.

Les participants de la marche nationale ont rendu hommage à la mémoire des victimes du génocide de Khodjaly et ont scandé des slogans tels que « Justice pour Khodjaly ! », « N’oubliez pas Khodjaly ! », « Khodjaly, le génocide du siècle ».

X X X

Dans la nuit du 25 au 26 février 1992, les troupes armées arméniennes, épaulées par le 366e régiment motorisé de l’armée de l’ex-URSS, stationné à Khankendi, ont attaqué la ville azerbaïdjanaise de Khodjaly et ont massacré la population innocente de façon cruelle.

Suite au génocide de Khodjaly, 613 personnes ont été tuées de manière particulièrement cruelle, dont 106 femmes, 63 enfants et 70 personnes âgées, 487 personnes ont été gravement blessées, dont 76 enfants, 1275 personnes ont été prises en otage et soumises à des tortures et humiliations, 150 personnes ont été portées disparues sur trois mille habitants qui étaient dans la ville au moment de l’attaque. 8 familles ont été entièrement détruites. Ces personnes ont été tuées avec atrocité, ont subi des tortures et ont été mutilées à cause de leur appartenance ethnique.

Ces atrocités intentionnelles des Arméniens ont été commises pour un seul but – détruire partiellement ou totalement la population civile à cause de son origine nationale. Selon le droit international ces actes correspondent à la notion de « génocide » et doivent être reconnus par la communauté mondiale en tant que génocide.

Le président de la République Ilham Aliyev a signé, le 24 janvier 2017, une ordonnance sur la célébration du 25e anniversaire du génocide de Khodjaly.

L’Etat azerbaïdjanais fait tout le nécessaire pour la reconnaissance de cette tragédie en tant que génocide commis contre le peuple azerbaïdjanais. Les activités dans ce sens avaient été lancées après le retour du leader national Heydar Aliyev au pouvoir politique. A l’initiative du leader national le génocide de Khodjaly a été politiquement et juridiquement évalué, le 26 février a été proclamé « Journée du génocide de Khodjaly ». En 2009, cette action a été intensifiée encore davantage par la campagne « Justice pour Khodjaly » lancée à l’initiative de Leyla Aliyeva, vice-présidente de la Fondation Heydar Aliyev.

Suite à la campagne systématique menée pour faire connaître le génocide de Khodjaly à l’échelle mondiale, les documents appropriés de l’Union parlementaire de l’Organisation de la coopération islamique, des parlements du Mexique, du Pakistan, de la République tchèque, du Pérou, de la Colombie, du Panama, du Honduras, du Soudan, du Guatemala et de Djibouti ont reconnu le massacre perpétré à Khodjaly comme acte génocidaire. Les parlements de la Roumanie, de la Bosnie-Herzégovine, de la Serbie, de la Jordanie, de la Slovénie, de l’Ecosse, ainsi que les organes exécutifs et législatifs de 22 Etats américains ont condamné avec fermeté la tragédie de Khodjaly en la qualifiant de massacre.

Comme chaque année, cette année aussi, des cérémonies commémoratives à la mémoire des victimes de Khodjaly ont été organisées avec le soutien de la Fondation Heydar Aliyev dans certains pays du monde. Les participants de ces actions reçoivent des prospectus, des brochures, des photos et des livres sur l’histoire du Karabagh et le conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh, préparés par la Fondation Heydar Aliyev. Des documentaires sur les sauvageries des Arméniens ont été projetés, des expositions des dessins d’enfants ont été organisées dans le cadre de ces actions. Les rassemblements organisés en Turquie, aux Etats-Unis, en Allemagne, en Autriche, en Belgique, en Géorgie, aux Pays-Bas, les cérémonies commémoratives, les conférences, les expositions, les concours dans quelques autres pays ont trouvé de l’écho dans la société.

X X X

Le 26 février l’afflux de gens s’est poursuivie pendant toute la journée devant le Mémorial en hommage des victimes de Khodjaly. Des centaines de milliers de personnes ont visité le Mémorial du génocide de Khodjaly. Des fleurs fraîches ont été déposées devant le monument, des prières ont été faites.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter