MEMOIRE SANGLANTE


Plus de 40.000 personnes se rassemblent à Bakou pour une marche commémorative du génocide de Khodjaly

Bakou, 26 février, AZERTAC

25 ans se sont écoulés depuis le génocide de Khodjaly, une des pages les plus sanglantes de l’histoire du XXe siècle d’Azerbaïdjan. A cette occasion, une marche nationale rassemblant plus de 40.000 personnes s’est tenue à Bakou le 26 février.

Rassemblés sur la Place Azadlyg de la capitale, les participants de la marche nationale tenaient les pancartes représentant les slogans tels que « La communauté mondiale doit reconnaître le génocide de Khodjaly », « Justice pour Khodjaly ! », « N’oubliez pas Khodjaly ! », « Génocide de Khodjaly, 25 ans », « A bas le fascisme arménien ! ». La marche nationale est partie de la principale place de la capitale vers le monument érigé à la mémoire des victimes du génocide de Khodjaly dans l’arrondissement Khataï de Bakou.

Cette marche nationale dont l’objectif consiste à honorer la mémoire des victimes de la tragédie de Khodjaly et porter de nouveau ce crime inhumain, commis par les fascistes arméniens contre l’humanité, à l’attention de la communauté mondiale, a confirmé une fois de plus que le peuple azerbaïdjanais n’oubliera jamais cette tragédie qui constitue une page sanglante de son histoire.

« Bien que 25 ans se soient écoulés depuis le génocide de Khodjaly, nous en gardons toujours la douleur. En voyant les visages tristes des gens venus participer à la marche, j’ai compris que les terreurs du massacre sanglant que les Arméniens perpétré contre la population civile de Khodjaly ne sont pas oubliées et ne s’oublieront jamais. Le nom de la ville de Khodjaly, détruite en une nuit, est cité aujourd’hui à côté de ceux de Khatyn, Rwanda, Srebrenica et Holocaust. L’objectif de la marche d’aujourd’hui est de faire connaître une fois de plus les vérités sur le génocide de Khodjaly. Cette marche manifeste également l’unité étroite du peuple azerbaïdjanais, son hommage à la mémoire des martyrs, sa détermination à faire tout son possible pour rétablir l’intégrité territoriale de notre pays », a indiqué Eltchin Ahmadov, docteur en sciences politiques, directeur du Centre d’études sur le Karabagh, un participant de la marche nationale.

Le génocide de Khodjaly est la page la plus sanglante de l’agression des troupes armées arméniennes contre l’Azerbaïdjan. Encerclée au cours des mois, cette ville a été détruite par les fascistes arméniens et ses protecteurs en une seule nuit. Pendant cet acte sanglant, les Arméniens ont tué 613 civils, dont 63 enfants, 106 femmes, 70 personnes âgées. 1275 personnes ont été prises en otage, il manque encore toute trace de 150 personnes. Suite à l’agression militaire, 8 familles ont été exterminées, 25 enfants ont perdu leurs deux parents et 130 enfants ont perdu un de leurs parents, 56 personnes ont été tuées de façon particulièrement cruelle, les gens ont été brulés vif, décapités, scalpés, les yeux leur ont été arrachés, les femmes enceintes ont été éventrées à coups des baïonnettes.

Ces chiffres ont été représentés sur les pancartes que tenaient les participants, sur les façades des bâtiments, sur les écrans montés le long de l’itinéraire de la marche.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules