SOCIETE


Communiqué conjoint du Parquet général, du Ministère de la Défense, du Ministère de l'Intérieur et du Service de Sécurité nationale

Le Parquet général, le Ministère de la Défense, le Ministère de l'Intérieur et le Service de la Sécurité nationale de l’Azerbaïdjan ont déclaré avoir arrêté un groupe de militaires et de civils qui s’étaient implqués dans la complicité avec les services de renseignement arméniens et leur avaient transmis des informations militaires secrètes pour des récompenses financières, mis en péril la souveraineté, l'intégrité territoriale, la sécurité de l'État et la capacité militaire de la République d'Azerbaïdjan.

«Sur la base du matériel recueilli, aux termes de l'article 274 du Code pénal, le Bureau du procureur militaire de la République d'Azerbaïdjan a lancé, le 3 mai 2017, une affaire pénale sur la trahison et d'autres faits. Un groupe d'enquêteurs composé d'employés du Parquet général, du Ministère de la Défense, du Ministère de l'Intérieur et du Service de Sécurité nationale a été mis en place et une enquête initiale est en cours», dit le communiqué conjoint du Parquet générale, du Ministère de la Défense, du Ministère de l'Intérieur et du Service de Sécurité nationale.

La déclaration indique que les mesures immédiates d'enquête ont permis d'empêcher les actes provocateurs et terroristes que les services de renseignement et les services spéciaux arméniens prévoyaient de commettre dans des lieux publics à Bakou ainsi que dans les autres régions de l’Azerbaïdjan. «Un groupe de militaires et de civils, impliqué dans la complicité avec les services de renseignement de l'ennemi, a été arrêté», déclare le communiqué.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules