POLITIQUE


Déclaration de la maison de l’Azerbaïdjan

Paris, 5 juillet, AZERTAC

La Maison de l’Azerbaïdjan à Paris a publié une déclaration sur la dernière provocation militaire meurtrière de l’armée arménienne. L’AZERTAC présente le texte intégral de la déclaration ci-dessous :

«La Maison de l’Azerbaïdjan à Paris condamne fermement la dernière provocation militaire meurtrière des forces armées de la République d'Arménie visant la population civile du village d'Alkhanly de la region de Fuzuli de l'Azerbaïdjan le 4 juillet dernier. Cette dernière a causé la mort de Sahibé Gouliyeva, de sa petite-fille de 2 ans, Zahra Gouliyeva, une autre civile, Servinaz Gouliyeva, a été blessée et plusieurs infrastructures civiles ont été également endommagées.

Tous les membres de l’association adressent toutes leurs condoléances aux familles et aux proches des victimes et souhaitent un prompt rétablissement à la personne blessée.

Nous rappelons qu’à l’issue du conflit arméno-azerbaïdjanais déclenché depuis 1988, près de vingt pourcent (20%) du territoire de l’Azerbaïdjan, dont la région du Haut Karabakh, ainsi que 7 régions avoisinantes peuplée entièrement par les Azerbaïdjanais, ont été occupées par les forces armées de l'Arménie. Environ 1 million d'azerbaïdjanais ont été chassé de leur terre natale, plus de 20 mille ont été tués, plus de 50 mille personnes ont été mutilées. Le sort de plus de quatre mille (4 000) azerbaïdjanais succombés aux agressions et aux tortures dans les camps d’arrestations arméniens reste toujours inconnu.

Malgré la condamnation de la politique d’agression de l’Arménie envers l’Azerbaïdjan par la communauté internationale, il continue à négliger les appels et les résolutions des organisations internationales. Jusqu’à aujourd’hui les résolutions n° 822, 853, 874, 884 du Conseil de Sécurité de l’ONU exigeant la libération immédiate des territoires azerbaïdjanais et le retour des personnes déplacés dans leurs terres natales restent sans réponse.

Les rapports des missions de l’OSCE accomplies dans les années 2005 et 2010, confirment les activités illégales de l’Arménie dans les territoires occupés de l’Azerbaïdjan, dont l’expérience du peuplement illégal, la destruction du patrimoine historique et culturel du peuple azerbaïdjanais dans ces territoires.

La présence illégale des forces armées arméniennes sur les terres occupées de l’Azerbaïdjan constitue la cause essentielle de l’aggravation de la situation et des incidents dans la zone de conflit et un obstacle majeur à la solution politique du confit.

Le souhait de chaque azerbaïdjanais déplacé est de retourner dans sa terre natale, cette occupation ne peut plus perdurer.

Au nom de toute la communauté azerbaïdjanaise nous demandons à notre patrie, la France, en tant que pays co-président du Groupe de Minsk de l’OSCE ainsi qu’à la communauté internationale de réagir vis-à-vis de cette agression et de contribuer au rétablissement de l'intégralité territoriale de l'Azerbaïdjan.

Le 5 juillet 2017, Paris

Mirvari Fataliyeva

Président de la Maison de l’Azerbaïdjan à Paris»

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules