CULTURE


Cecile Duvelle : l’Azerbaïdjan va beaucoup soutenir les activités de l’UNESCO qui est en train de traverser une période difficile VİDEO

A+ A

Bakou, 2 décembre (AZERTAC). Aujourd’hui, le Comité intergouvernemental pour le patrimoine culturel immatériel a entamé sa 8e session à Bakou, capitale azerbaïdjanaise. Dans le cadre de cette session, Mme Cecile Duvelle, Secrétaire de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, a donné une interview à l’AZERTAC. Nous vous présentons son interview : «Cette 8e session du Comité intergouvernemental pour le patrimoine immatériel est une session très importante, parce qu’elle a lieu au moment du 10e anniversaire de la « Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel ». Elle va se réunir pendant six jours, à Bakou en Azerbaïdjan. Nous sommes extrêmement heureux que l’Azerbaïdjan ait consacré autant d’efforts pour accueillir avec autant de qualité et de professionnalisme ce Comité qui compte plus de 700 participants. Cette session est importante car elle va non seulement comme chaque année travailler à inscrire des éléments sur les listes des différents patrimoines immatériels, mais elle va aussi essayer d’imaginer un avenir viable pour une Convention qui a un succès croissant et qui est un peu débordée par son succès. Et donc le Comité va beaucoup discuter des aspects internes à la Convention, tels que comment ménager suffisamment de ressources et de temps pour s’occuper de cette urgence absolue en matière de patrimoine culturel immatériel qu’est la sauvegarde locale des biens de ceux qui souffrent aujourd’hui de la disparition progressive de leur patrimoine immatériel.

C’est pourquoi d’ailleurs nous allons féliciter, et nous tenons à le féliciter, les Etats, parmi lesquels figure l’Azerbaïdjan, qui soumettent des candidatures d’inscription sur la liste du patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente, car c’est la preuve qu’ils comprennent l’urgence à prendre des mesures et à s’engager à prendre des mesures. Pour être inscrit, un élément du patrimoine culturel immatériel sur la liste de sauvegarde d’urgence il faut démontrer les mesures qui sont prises, détailler les mesures qui sont proposées et celles qui font l’objet d’un engagement solide pris par l’Etat. Et donc une opération de sauvegarde, dans le cadre de la candidature de l’Azerbaïdjan, sera intéressante à examiner par le Comité.

L’Azerbaïdjan, d’une manière générale, est un partenaire très important pour l’UNESCO. Nous venons de signer il y a quelques mois un accord de partenariat qui va se concrétiser par une donation qui sera affectée dans différents domaines. Je suis particulièrement heureuse que l’Azerbaïdjan ait placé des éléments de son patrimoine culturel au sommet de ses priorités. Ce que démontre une fois de plus, comme l’a d’ailleurs démontré plus d’une fois depuis de nombreuses d’années la première dame Mme Aliyeva avec sa Fondation, et le fait qu’elle soit nommée ambassadeur de l’UNESCO pour les traditions vivantes et le patrimoine immatériel indique à quel point l’Azerbaïdjan a une conscience aigüe de l’importance de la culture en général. Non seulement pour le développement durable, pour le dialogue, pour la compréhension mutuelle, mais pour un monde diversifié qui soit un monde qui nous rende tous heureux et dans lequel nous soyons tous heureux de vivre avec nos différences.

L’UNESCO est particulièrement reconnaissante à l’Azerbaïdjan d’avoir toujours montré son soutien mais aussi de le voir concrétiser de manière encore plus tangible, en libérant des fonds qui vont beaucoup soutenir les activités de l’UNESCO, qui est en train de traverser une période difficile en matière financière.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules