CHRONIQUE OFFICIELLE


La visite de la Nation à l’Allée des Patriotes à l’occasion du 24e anniversaire de la tragédie du « 20 Janvier sanglant »
Le Président azerbaïdjanais M. Ilham Aliyev a honoré la mémoire des Patriotes VIDEO

A+ A

Bakou, 20 janvier (AZERTAC). Le Président de la République d’Azerbaïdjan M. Ilham Aliyev a honoré aujourd’hui, «Jour de deuil national», la mémoire des victimes du 20 Janvier.

Le 20 janvier 1990 est entré dans l’histoire moderne de l’Azerbaïdjan comme un des jours les plus tragiques, mais aussi comme une page d’histoire marquée par l’héroïsme de notre peuple. 24 ans se sont écoulés depuis les événements du « Janvier sanglant ». Ce jour est devenu le symbole de la lutte pour l’indépendance nationale, le symbole de la liberté et de la volonté inébranlable du peuple. Notre nation a subi un assaut de l’armée soviétique, mais ceci n’a en rien émoussé sa volonté de liberté, bien au contraire, et la nation a fait entendre sa voix juste plus fort et plus haut encore. Il y a juste vingt quatre ans, les fils de notre nation, les patriotes de l’Azerbaïdjan, qui chérissaient la liberté, l’honneur et la dignité de leur Patrie et de leur peuple ont fait le sacrifice de leur vie en cette terrible nuit et en sont devenus les héros. En dépit des longues années de carnage commis par les troupes soviétiques en Azerbaïdjan, notre peuple n’oublie pas les douleurs et l’amertume de ces jours-là et exprime son mépris des dirigeants de l’empire soviétique de cette époque et de leurs complices en Azerbaïdjan.

Ce massacre de masse, commis en Azerbaïdjan par l’ex machine militaire soviétique, était une agression sans précédent dans l’Histoire commis par un Etat contre ses propres citoyens. C’était à la fois la violation brutale de la Constitution de l’URSS et de celle de la République soviétique d’Azerbaïdjan, un reniement complet. Ce jour-là, en retournant ses troupes contre la population civile, l’Etat de l’URSS n’a pas respecté la Charte de l’ONU, les normes du droit international et a violé d’un certain nombre des dispositions du Pacte International des droits civils et politiques dont elle était elle-même un membre.

Contrairement à eux, le grand fils de notre peuple, Heydar Aliyev, qui vivait à cette époque à Moscou, a mis sa vie en danger et le lendemain de cette tragédie s’est rendu à la représentation permanente de l’Azerbaïdjan et a fait une déclaration condamnant fermement les massacres sanglant du 20 Janvier. Il a de la sorte révélé au monde cette tragédie perpétrée contre notre peuple. Ainsi, notre dirigeant historique a prouvé une fois de plus son courage et sa fidélité à son peuple.

Mais ce crime n’a pas pu briser la volonté ni éteindre le désir de liberté de la nation azerbaïdjanaise. Au prix du sang de notre peuple, la nation a restauré son indépendance à jamais.

Après le retour au pouvoir en Azerbaïdjan de Heydar Aliyev, le dirigeant historique de notre peuple, les événements du 20 Janvier ont été qualifiés politiquement et juridiquement et les noms des personnalités responsables de ce crime ont été dévoilés à la communauté.

Le peuple azerbaïdjanais commémore chaque année la « Journée du deuil national » en mémoire des victimes de la tragédie du 20 Janvier.

X X X

Le 20 Janvier dans la matinée, le Président de la République d’Azerbaïdjan M. Ilham Aliyev s’est rendu sur l’Allée des Patriotes afin d’honorer la mémoire des victimes du 20 Janvier.

Le chef de l’Etat a déposé une couronne auprès du « Flamme éternelle ».

L’orchestre militaire du ministère de la Défense a ensuite interprété l’hymne national.

X X X

Les fonctionnaires de l’Etat et du gouvernement, les différents hiérarques religieux de notre République, les ambassades accréditées en Azerbaïdjan et les représentants des organisations internationales, sont venus à leur tour honorer la mémoire des fils de la Nation tombés pour la Patrie.

X X X

M. Artur Rasizade, le Premier ministre azerbaïdjanais, M. Oktay Assadov, Président du Milli Medjlis, M. Ramiz Mehdiyev, chef de l’administration présidentielle, ont aussi pris part aux cérémonies commémoratives.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes