CHRONIQUE OFFICIELLE


Le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a participé à la session «Eurasie – les nouvelles frontières» dans le cadre du Forum économique mondial VIDEO

A+ A

Davos, 23 janvier (AZERTAC). Une session «Eurasie – nouvelles frontières» s’est tenue le 23 janvier à Davos dans le cadre du Forum économique mondial. 

Le président de la République d’Azerbaïdjan, M. Ilham Aliyev, a été présent à la session.

Le présentateur a rappelé que la plupart des participants étaient présents au Forum économique mondial portant sur «Le dialogue stratégique sur l’avenir du Caucase du Sud et de l’Asie Centrale», organisé en avril dernier à Bakou et a appelé le Caucase du Sud une région intéressante. Il a dit avoir l’intention de connaître la position du président azerbaïdjanais à ce propos.

Le président Ilham Aliyev a prononcé un discours à la session.

Quant à l’Azerbaïdjan, nous œuvrons de gros travaux pour l’approfondissement de la coopération régionale. Comme vous le savez, l’Azerbaïdjan est l’initiateur des projets énergétiques dans la région et cela contribue à la coopération régionale. En premier lieu, je voudrais mettre l’accent sur l’oléoduc. Ce projet relie l’Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie en tant que partenaires régionaux. Suite à l’achèvement du projet, les pays d’Asie Centrale ont commencé à bénéficier des possibilités de transit de cet oléoduc.

Nous voyons que tous les pays participants en bénéficient. Ils gagnent l’accès à de nouveaux marchés et trouvent de nouveaux itinéraires d’exportation. En fait, après le rétablissement de l’indépendance des pays du Caucase du Sud et de l’Asie Centrale, le facteur énergétique est devenu très important pour la coopération régionale. Nous sommes parvenus à accélérer ces projets et travaillons actuellement sur l’infrastructure des transports.

Bien sûr, la coopération économique est en croissance entre les pays du Caucase du Sud et de l’Asie Centrale. On a observé la croissance du PIB dans ces pays et cet indicateur est plus élevé que la moyenne mondiale. Je crois qu’il existe une volonté politique pour renforcer la coopération entre les pays de l’ex – Union soviétiques. Aujourd’hui, ces pays sont indépendants et chaque pays a déterminé son chemin du développement politique et économique. Mais, la coopération régionale ouvre des opportunités supplémentaires et promeut la création d’un climat d’affaires et d’investissements.

Nous suivons de près les événements qui ont eu lieu dans notre région, aussi bien qu’en Asie Centrale. Les relations d’amitié traditionnelle entre nos peuples contribuent à l’établissement de la coopération régionale. Quant à l’Azerbaïdjan, nous allons continuer à travailler activement en ce sens et dans l’avenir, nous prendrons toutes les mesures nécessaires afin d’identifier de nouveaux domaines de coopération.

X X X

 

Puis, le Président Ilham Aliyev a répondu aux questions.

Ma questions est au président azerbaïdjanais : - Tenant compte que cette coopération contribue à l’établissement de nouvelles initiatives et aux travaux effectués, quelles sont les priorités que vous avez fixées pour l’Azerbaïdjan ?

Président Ilham Aliyev : Actuellement, les priorités sont la mise en œuvre de grands projets énergétiques. Je tiens en compte la mise en œuvre du projet Chahdeniz -2 que nous avons entamé. Selon ce projet, deux gazoducs seront construits – l’un à travers de la Turquie, l’autre de la frontière turco- grec vers l’Italie. L’un –Trans-Anadolu, l’autre Trans- Adriatique. Ces deux projets sont pour l’acheminement du gaz naturel et ce sera le projet d’infrastructure le plus grand de l’Europe.

Ainsi, dans le cadre de la coopération régionale, le plus grand défis aujourd’hui est l’achévement d’ici 5 ans- dans un court délai possible, de la construction de ce projet. Deux pays du Caucase du Sud – la Géorgie et l’Azerbaïdjan, travaillent activement en ce sens. Dans l’avenir, les pays de l’Asie Centrale peuvent rejoindre à cette infrastructure. Car, elle signifie des possibilités supplémentaires pour la diversification de l’approvisionnement énergétique.

Un autre projet important est celui du chemin de fer qui réjoindra l’Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie. Ce projet permettra de réjoindre l’Europe et l’Asie et il est considéré comme la nouvelle Route de la Soie. Les travaux de construction sont en cours. J’espère que le chemin de fer sera mis en service en 2015. En d’autres termes, ceci est un lien de transport et d’énergie, aussi bien qu’un nouvel investissement mutuel. Les pays riches cherchent des opportunités d’investissement et je pense qu’aujourd’hui, l’Azerbaïdjan, la Géorgie et l’Asie Centrale sont les endroits favorables pour l’investissement. Car, il y a des marchés émergents, le potentiel de la croissance rapide de la population et du développement économique dynamique.

Ainsi, de nouvelles idées relatives au transport, à l’énergie et au commerce pourraient être des lignes directrices.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes