POLITIQUE


Ziyafet Asguerov, premier vice- président du parlement azerbaïdjanais a réagi aux considérations de V. Jirinovski à propos du peuple azerbaïdjanais

A+ A

Bakou, 18 mars (AZERTAC). Ziyafet Asguerov, premier vice- président du parlement azerbaïdjanais a réagi aux considérations de V. Jirinovski à propos du peuple azerbaïdjanais.

Z. Asguerov a dit : « Contrairement à une personne ordinaire, si une personne engagée dans la vie politique est malade d’un trouble mental ou d’anomalie congénitale, est-ce qu’il y aura quelqu’un qui douterait les conséquences très dangereuses de sa conduite ? »

V. Jirinovski est appelé le bouffon de politique, selon nous, bien que cette définition soit correcte, elle est incomplète, car il est un bouffon de politique malade.

Ce malheureux « historien- orientaliste » qui a « découvert » qu’un peuple azerbaïdjanais n’avait pas existé, a prononcé ces propos au tribune de la Douma d’Etat de Russie : « Qu’est-ce que signifie l’Azerbaïdjan en traduction en russe ? Azer- mer Caspienne, badja- lieu. C'est-à-dire ceux qui vivent au bord de la mer Caspienne. En russe les khazars. C’est, après tout, pas une nation ».

Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifié que cette personne qui dissimule son origine et quand ont lui demande la nationalité de son père qui répond «juriste», ce bouffon de politique malade Jirinovski a offensé le peuple qui a une grande histoire et culture. On s’en fout de ce qu’il a dit, mais ce qui est regrétable est que ces propos ont été prononcés entre les murs du parlement russe et personne n’a réagi à ce propos.

Comment on peut fermer les yeux sur le fait qu’en Russie qui est connue dans le monde entier par son grand potentiel scientifique, culturel et politique, dans la capitale russe, devant l’élite politique, la communauté scientifique et politique, ce déficient mental prononce des délires sur la racine du peuple azerbaïdjanais ?!

Cela fait plusieurs fois que Jirinovski prononce des déclarations insultantes à l’égard du peuple et de l’Etat azerbaïdjanais. Les milieux officiels de la Russie, ainsi que de notre pays disent parfois que les idées de Jirinovski sont des «délires fous» et ne présente pas la position de la Russie, alors il faut pas faire attention à ce qu’il dit ». Mais, il est également vrai que la « rhétorique » de Jirinovski qui provoque le sentiment d’indignation chez les peuples et Etats voisins, et parfois un scandale diplomatique, n’a pas été arrêté. Ceci soulève un regret grave et nous force également à y réflechir.

La récente «performance» de Jirinovski piétine le droit international et viole le code d’éthique politique.

Appelé Jirinovski comme «le bouffon de politique » n’est pas un moyen de sortir de cette situation, dans ses délires il y a les élements stigmatiques et en l’estimant comme un malade mental, on ne peut pas se tenir à l’écart.

Il est clair que les relations azerbaïdjano – russes ne souffriront pas des délires fébriles de ce déficient mental «politique», car ces relations ont été testés dans les années d’indépendance et se développent de solides principes de la coopération mutuellement bénéfique.

Néanmois, il est grand temps de dire « Stop ! » à ce bouffon Jirinovski qui profite de la liberté d’expression pour prononcer des pensées stupides et dangereuses.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules