POLITIQUE


Ali Hassanov : Le rapport de «Freedom House» montre qu’il y a des stéréotypes négatifs sur l’Azerbaïdjan à cette organisation

A+ A

Bakou, 2 mai (AZERTAC). Ali Hassanov, chef du département des affaires sociales et politiques de l’administration présidentielle, s’est exprimé sur le rapport de l’organisation «Freedom House» sur l'état de la liberté de la presse dans le monde en 2013. L’AZERTAC publie le commentaire d’Ali Hassanov.

- La partie sur l’Azerbaïdjan du rapport sur l'état de la liberté de la presse dans les pays du monde entier en 2013 de l’organisation «Freedom House» présente les jugements subjectifs basés sur les sources partiales. Par conséquent, cette évaluation n'est pas objective. Le rapport de «Freedom House» montre que cette organisation a des stéréotypes négatifs sur l’ensemble de la région eurasienne, y compris l’Azerbaïdjan.

Actuellement, en Azerbaïdjan il y a des centaines de médias, y compris les chaînes de télévision, radios, journaux, magazines, sites Internet et journalistes. La législation du pays, ainsi que les conditions actuelles assure l’activité libre des médias en Azerbaïdjan. L’amélioration de la liberté d’expression et d’information, le renforcement de la base matérielle et technique des médias, ainsi que de la protection sociale des journalistes font partie des priorités de la politique nationale.

Sans tenir compte du climat favorable à l’activité journalistique, la généralisation de différents cas rares à se produire dans divers pays et la déformation de la situation réelle nuisent la notoriété de toutes les organisations, y compris «Freedom House». Tous ceux que nous avons mentionnés ci-dessus nous permettent de dire que la méthode qu’utilise «Freedom House» est non conforme, subjective, représente certaines partialités et ne reflète pas la réalité.

Quant aux jugements sur la situation de l’Internet dans le pays, nous pouvons dire qu’actuellement le secteur des technologies de l’information et de la communication fait partie des domaines qui se développent rapidement en Azerbaïdjan. Des centaines de sites, portails Internet sont disponibles dans le pays. 70% de la population sont utilisateurs d’Internet en Azerbaïdjan, le nombre des utilisateurs des réseaux sociaux s’est rapproché de deux millions.

Le nombre des utilisateurs du réseau social Facebook a atteint 1,2 millions de personnes et ce nombre s’accroît rapidement. Ces chiffres démontrent à quel point l’Internet est libre en Azerbaïdjan et qu’il n’y a aucune restriction dans ce domaine.

Quant à la surveillance des correspondances sur internet et des appels téléphoniques des journalistes, intervenir par satellite dans la diffusion de médias, nous pouvons dire que tout le monde connait de riches «pratiques» sur les questions mentionnées. En tant qu’un pays visant à créer une société civile, l’Azerbaïdjan profite des valeurs démocratiques s’appuyant sur les droits de l’homme, la liberté de presse, mais pas de telles «pratiques» d’un certain nombre de pays puissants. Au lieu d’attraper un chat noir dans une pièce sombre Freedom House peut étudier ces affaires et révéler des résultats concrets, ce qui pourrait augmenter sa notoriété.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules