POLITIQUE


La position des Etats-Unis concernant le règlement du conflit du Haut-Garabagh est inchangeable
L’attaché de presse du Département d’Etat des Etats-Unis a répondu aux questions du correspondant spécial de l’AzerTAc concernant le conflit du Haut-Karabagh

A+ A

Washington, 8 mai (AZERTAC). Les questions sur les conflits territoriaux dans la mer de Chine méridionale entre le Vietnam et la Chine, l’interception des bateaux de pêche appartenant à la Chine dans les eaux territoriales philippines, la guerre civile en Syrie, la situation en Ukraine, la prise en otage des écolières nigérianes et d’autres sujets ont trouvé leur réponse lors de la conférence de presse, organisée le 7 mai au Département d’Etat des Etats-Unis.

Le correspondant spécial de l’AZERTAC aux Etats-Unis d’Amérique, Youssif Babanly, évoquant la déclaration de James Warlick, co-président américain du groupe de Minsk de l’OSCE, concernant la politique américaine relative au conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh, lors de son discours prononcé à la Fondation Carnegie pour la paix internationale, a adressé la question suivante : Le même discours a-t-il été engendré par l’intensification des efforts par les Etats-Unis dans le règlement du conflit et peut-on attendre de nouvelles propositions des Etats-Unis dans le futur proche ? Le correspondant spécial de l’AZERTAC a dit : «La Commission des lois de l’Assemblée de l’Etat de Californie a approuvé le 5 mai, sous la pression du lobby arménien, le projet de loi exhortant le gouvernement américain à reconnaître le régime illégitime au Haut-Karabagh et les membres de l’assemblée législative de l’Etat voteront le projet de loi jeudi 8 mai.» Quelle est la position du gouvernement américain concernant cette question et le Département d’Etat fera-t-il appel à l’administration de l’Assemblée de l’Etat de Californie à propos de cette question ?

En répondant à la première question, la porte-parole du département d’Etat américain, Jen Psaki, a dit que dans son discours prononcé à la Fondation Carnegie pour la paix internationale James Warlick, le co-président du groupe de Minsk de l’OSCE, a détaillé la politique des Etats-Unis les principes adoptés par tout le monde qui constitueraient la base du règlement pacifique du conflit.

Mme Jen Psaki a ajouté : «Je crois que ce discours de James Warlick confirme la naissance de nouvelles propositions. Notre position a été réitérée et notre fidélité à ce processus a été exprimée dans le même discours.»

Mme Jen Psaki a déclaré n’être pas informée de la question relative au projet de loi examiné par l’Assemblée de l’Etat de Californie, promettant de l’éclaircir.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules