POLITIQUE


Le Fonds international pour la coopération et le partenariat de la mer Noire et la Caspienne : «L’Arménie est entièrement responsable pour l’escalade de violence »

A+ A

Bakou, 8 août ‘AZERTAC). Le Fonds international pour la coopération et le partenariat de la mer Noire et la Caspienne exprime ses préoccupations dans sa déclaration sur la violation du cessez-le –feu sur la ligne de contact des armées dans les territoires occupés de l’Azerbaïdjan et sur les frontières nationales azerbaïdjano – arméniennes.

Dans cette déclaration est écrit : «Les tirs sur les civils des régions azerbaïdjanaises par les forces armées arméniennes suscitent de graves préoccupations. En conséquence, plusieurs personnes ont été tuées et un grand nombre de civils, y compris les enfants, ont été blessés ». Il est souligné dans ce document qu’il y a quelques semaines que les forces armées arméniennes ont tué un homme et ont pris en prisonnier deux civils. Ces personnes qui sont partis pour Kelbedjer, région occupée, afin de visiter les tombes de leurs parents et ancêtres, ont été torturées. Ce Fonds international exprime ses préoccupations sur le fait que ces Azerbaïdjanais pris en prisonnier ne sont pas encore rendus.

«Le Fonds international rappelle que la liberté de libre circulation dans le cadre des frontières nationales est le droit fondamental de chaque personne. Le Fonds qui étudie les conflits de longue date dans les territoires d’anciennes républiques soviétiques dans le cadre du projet «Le chemin qui mène à la réconciliation : les conséquences économiques, sociales et politiques des conflits gelés dans la région de la mer Noire et la Caspienne et les perspectives de leur règlement », souligne que les citoyens moldaves et géorgiens ont de certaines possibilités de circuler dans les zones de conflit dans leurs pays respectifs. Quant au conflit arméno – azerbaïdjanais, les Azerbaïdjanais expulsés de leurs maisons ancestrales, ont privé de droit de visiter les tombes de leurs ancêtres » a été souligné dans cette déclaration.

«Les événements récents ont prouvé une fois de plus que malgré les appels internationaux à cesser le feu, l’Arménie ignore la position de la communauté internationale, continue à tirer sur les zones résidentielles de l’Azerbaïdjan, à enflammer la haine contre les Azerbaïdjanais. Dans un tel cas, l’Arménie est entièrement responsable pas seulement pour l’occupation illégale, pour les pertes humaines et l’expulsion des centaine de milliers de personnes suite à son occupation, mais aussi pour l’escalade récent de la violence et les pertes humaines désormais » a été noté dans le document.

«Tous ces événements montrent que la poursuite de l’occupation, la violation de la souveraineté et l’intégrité territoriale, sont une menace sérieuse pas seulement pour la sécurité régionale, mais aussi européenne. Le Fonds international estime que le retrait complet et sans réserve des troupes arméniennes des territoires azerbaïdjanais occupés, le règlement du conflit à la base des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations Unies et des décisions pertinentes du Conseil de l’Europe et de l’OSCE, sont la seule issue de cette situation et le garant de la prévention des pertes humaines.

Le Fonds international accueillant des politiciens, des experts, des scientifiques et des intellectuels provenant de 27 pays, s’adresse à l’Arménie, à la veille de la rencontre de haut niveau pour le règlement de ce conflit, et l’invite à repenser à toutes les conséquences du conflit, à rétablir le régime du cessez-le-feu et à prendre une position constructive aux processus de négociations sur le règlement du conflit.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules