POLITIQUE


Déclaration du service de presse du Ministère des Affaires étrangères

A+ A

Bakou, 22 août (AZERTAC). Le Ministère des Affaires étrangères de la République d’Azerbaïdjan a diffusé une déclaration concernant les informations du Département d’Etat des Etats-Unis et du Ministère des Affaires étrangères de la France relatives à Karen Petrossian, membre du groupe de sabotage-reconnaissance des forces armées arméniennes.

Dans la déclaration il est dit que comme le Ministère des Affaires étrangères de la République d’Azerbaïdjan a informé, Karen Petrossian est entré dans le territoire de l’Azerbaïdjan en franchissant la frontière arméno-azerbaïdjanaise en vue de perpétrer un acte de sabotage au sein du groupe de sabotage-reconnaissance arménien. L’attaque et l’acte de sabotage du groupe de sabotage-reconnaissance arménien ont été prévenus par les Forces armées de la République d’Azerbaïdjan et Karen Pterossian s’est constitué prisonnier. Il est également noté que les raisons de la mort Karen Petrossian, décédé dans des conditions inconnues et inattendues, avait été étudiées de manière ouverte et transparente par les experts médicaux et le Comité international de la Croix-Rouge a été immédiatement informé sur sa mort.

Différemment de l’Azerbaïdjan, le droit international et, en particulier, les dispositions de la Convention de Genève de 1949 relative à la protection des victimes de guerre sont brutalement violés tout le temps par l’Arménie, ayant occupé les territoires de ce pays, à l’égard des citoyens azerbaïdjanais pris en otage. Le massacre des citoyens azerbaïdjanais pris en otage par l’Arménie, le fait de leur faire subir des tortures corporelles, des peines morales, des traitements cruels et humiliants, de les conduire au suicide, ou à la mort suite aux tortures, sont des actes inhumains perpétrés par les Arméniens.

Jusqu’aujourd’hui, nous n’avons reçu aucune information sur le sort de plus de 4000 Azerbaïdjanais, prisonniers et pris en otage suite à l’agression de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan.

Pourtant, les tentatives de l’Arménie d’exagérer et de politiser intentionnellement l’affaire de Karen Petrossian visent à dissimuler les actes inhumains perpétrés par ce pays.

La déclaration que les Etats-Unis et de la France, pays coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE, ont faite sous l’influence de l’Arménie et de la diaspora radicale arménienne, montrant de l’indifférence à l’égard du traitement inhumain de ce genre de l’Arménie, y compris le sort de Chahbaz Gouliyev, Dilguam Asgarov et Hassan Hassanov, ainsi que l’acte de sabotage et de terrorisme commis par ce pays le 31 juillet et le 1er août, est incompréhensible et inadmissible.

L’action unilatérale et partiale des pays coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE dans les questions sensibles de ce genre n’est pas accueillie de manière univoque par le peuple azerbaïdjanais.

Les pays coprésidents du Groupe de Minsk, feraient mieux d’intensifier et de mobiliser leurs efforts, conformément à leurs engagements et leur responsabilité en tant que membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies, pour éliminer bientôt les conséquences de l’occupation et assurer le règlement du conflit selon la Charte des Nations Unis, les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et l’Acte final d’Helsinki, au lieu de faire de telles déclarations.

Dans la déclaration il est écrit : «Les Etats-Unis et la France, en tant que pays coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE, sont exhortés à faire preuve de fermeté de principes en matière de règlement du conflit, à ne pas faire deux poids deux mesures et ne pas être partiale en présentant leurs condoléances et leur préoccupation».

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules