POLITIQUE


L’Arménie n’a pas de droit de parler des droits de l’homme

A+ A

Bakou, 6 novembre, AZERTAC

Suite d’infractions pénales commises par les forces armées arméniennes, plus d’un million de réfugiés et de personnes déplacées vivent en Azerbaïdjan. Leurs droits ont été violés par l’Arménie, alors dans un tel cas Erevan n’a pas de droit de parler des droits de l’homme, a déclaré aujourd’hui Elmar Mammadyarov, ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères, lors de la conférence de presse.

Le ministre a noté qu’en parlant des droits de l’homme l’Arménie formait des opinions fausses et faisait semblant d’être un pays démocratique. Vu la tragédie de Khodjaly et l’expulsion des Azerbaïdjanais de leurs terres et de leurs foyers, il est inadmissible que l’Arménie parle des droits de l’homme.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules