POLITIQUE


Les méthodes de désinformation ne changent guère VIDEO

A+ A

Washington, 9 janvier, AZERTAC

En réponse à l’article de David J. Kramer, ancien président de Freedom House, qui avait récemment exprimé une position préconçue sur le gouvernement et le système judiciaire de l’Azerbaïdjan, le magazine américain The Wall Street Journal a publié la déclaration d’Elin Suleymanov, ambassadeur d’Azerbaïdjan aux Etats-Unis, intitulée «Critiquer l’Azerbaïdjan est injuste».

En fait, la campagne de David J. Kramer affirme l’importance stratégique de l’Azerbaïdjan et dénonce ses intérêts personnels dans la critique contre l’Azerbaïdjan, estime E. Suleymanov s’adressant aux lecteurs du magazine. Cette tendance est surtout bien remarquée par l’ignorance des réalités dans l'espace eurasien et l’émotion de Kramer qui dépasse les intérêts nationaux des Etats-Unis, ajoute-t-il.

«M. Kramer ne permet pas aux faits de résister à son idéologie anti-Azerbaïdjan. Il ignore le rapport de l’équipe internationale de médecins indiquant que Leyla Younous est en très bonne santé, ainsi que l’interrogation de l’équipe de la radio «Azadlyg» à cause de la négligence financière», écrit E.Suleymanov.

Exagérer une enquête criminelle interne et présenter le dossier comme un «appel aux Etats-Unis» nous rappellent celui à libérer les «communistes humbles et innocents» aux Etats-Unis à l’époque soviétique. Compte tenu que nous avons été témoins des campagnes de désinformation idéologique en URSS, il est à noter avec regret que les méthodes de désinformation restent les mêmes» écrit finalement le diplomate azerbaïdjanais.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules