MEMOIRE SANGLANTE


La Cour constitutionnelle a rendu hommage à la mémoire des victimes du 20 janvier VIDEO

A+ A

Bakou, 16 janvier, AZERTAC

La mémoire des victimes de la tragédie du 20 janvier a été commémorée à la Cour constitutionnelle de la République d’Azerbaïdjan.

Les participants de la cérémonie ont d’abord observé une minute de silence à la mémoire des victimes.

Le président de la Cour constitutionnelle Farhad Abdoullayev a parlé des événements du janvier noir : «Cet acte terroriste avait été commis pour punir la population civile sortie dans les rues afin de protester contre les tentatives de violer l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan, la politique hostile des dirigeants de l’ex-URSS contre le pays, ainsi que la position du gouvernement local contre les intérêts de la nation. Disperser brutalement les protestations de la population civile à l’aide du matériel militaire n’était pas seulement une tentative de protéger le système politique soviétique qui était en train d’effondrement, mais aussi c’était la suite de la politique que l’empire menait depuis des siècles pour déporter les Azerbaïdjanais de leur terre natale», a-t-il estimé.

«A cette époque, il y avait une crise politique et économique en Azerbaïdjan. Sous l’influence arménienne, les dirigeants de l’ex Union soviétique menaient une campagne anti-Azerbaïdjan. Leur but était d’effrayer les gens, de réprimer le mouvement de liberté en Azerbaïdjan. La situation était autant difficile que l’existence de l’Azerbaïdjan en tant qu’u n Etat était menacée. Cette attaque contribué à la mise en œuvre de la politique insidieuse de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan» a ajouté Farhad Abdoullayev.

Le président de la Cour constitutionnelle a indiqué que la participation des millions de personnes aux obsèques des victimes du 20 janvier à Bakou manifestait la volonté du peuple azerbaïdjanais de combattre pour la liberté, la justice, la démocratie et l’indépendance.

«Au lendemain du massacre sanglant, le leader national Heydar Aliyev est venu à la représentation permanente de l’Azerbaïdjan à Moscou où il a fait une déclaration condamnant cette acte terroriste. Le dirigeant historique a évalué politiquement la tragédie du 20 janvier et a accusé les dirigeants de l’URSS et de la république d’être responsables de ces événements.

Lors de la cérémonie de commémoration, a été projeté le documentaire «Le 20 janvier : La mémoire sanglante de l’histoire», préparé par l’AZERTAC.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules