POLITIQUE


AzerTAc : un pont médiatique entre l’Orient et l’Occident

A+ A

95 ans se sont écoulés depuis la diffusion de la première nouvelle de l’AZERTAC. C’était le 1er mars 1920. Au cours des 95 ans, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts : la carte politique du monde a changé en même temps avec les formations sociales et économiques. Pendant 70 ans nous avons été obligés de vivre en l’Empire soviétique –URSS.  Nous avons vu tout. La collectivisation, les représailles, la guerre, les cataclysmes politiques et économiques…. Enfin, le vœu le plus cher de chaque peuple l’indépendance, de l’esclavage à la liberté, de l’obscurantisme à la lumière, du retard au progrès, des essors incroyables… La première Agence de presse de l’Azerbaïdjan «AZERTAC » a vécu comme tout le pays et notre monde ces jours noirs et blancs, les joies et les chagrins.  

L’Agence célèbre son 95e anniversaire au moment où les systèmes des valeurs se renouvellent dans ce monde globalisant, les transformations fondamentales sont en cours, le changement des stéréotypes, l’émergence de nouvelles technologies de l’information, au moment de boom des médias sociaux. Au fond de ces processus, j’essayerai de présenter le chemin historique, les réussites  et la place et le rôle dans l’espace mondiale de l’information 

    Du télégramme et  du téléscripteur à l’ère d’ordinateur

 

 L’abréviation d’AZERTAC  découle du nom historique de l’agence – Azərbaycan Teleqraf Ajansı(Agence Télégraphique de l’Azerbaïdjan). 

Le mot «Télégraphe» attirait beaucoup d’attention et conduit parfois à la confusion.  Car, à cette époque-là le télégraphe était le seul moyen pour diffuser et transmettre les nouvelles.  La génération âgée pourrait se rappeler l’époque où les nouvelles de l’AZERTAC étaient diffusées par téléscripteur.  A ces années-là, il y avait beaucoup de difficulté pour diffuser les nouvelles pas seulement à l’étranger, mais aussi à l’intérieur du pays dans les villages lointains. A notre époque, l’internet permet de recevoir et diffuser  immédiatement des nouvelles, ce qui n’étonne plus personne. Nous en parlerons plus tard. Maintenant, j’ai besoin de faire un bref parcours à travers l’histoire.

L’héritier de la République démocratique de l’Azerbaïdjan, AZERTAC a parcouru  pendant 95 ans un chemin compliqué, mais glorieux, et en dépit de toutes les difficultés cette agence a toujours servi la population azerbaïdjanaise. Et ce service a été apprécié hautement  et d’un façon objectif par Heydar Aliyev, dirigeant historique, qui a dit : « Depuis son établissement, AZERTAC est devenue le héraut de la liberté de notre peuple ».

Ce n’est pas par un effet du hasard que j’ai utilisé les termes «compliqué et le chemin glorieux», ce n’est pas de rhétorique. Au cours des 95 dernières années, le nom de l’agence a changé sept fois ce qui en soi est un témoignage à quel point était compliqué le chemin parcouru.

A l’époque de la République démocratique, étant indépendante  pendant deux mois, et opérant 70 ans en tant que la filière de TASS en URSS, l’agence a éclairé les processus de collectivisation, d’industrialisation, et les événements en cours en Azerbaïdjan pendant  la deuxième guerre mondiale. Ainsi, elle créait le chronique de l’époque. Dans les années d’après guerre, l’agence couvrait les travaux de construction dans les domaines économique, politique, social et culturel. Dans les années 70 du siècle précédent, un nouvel environnement de l’information a commencé se développer en Azerbaïdjan, notre presse nationale a enrichi ses activités avec de nouvelles traditions.

 Je peux dire avec pleine confiance que grâce au dirigeant Heydar Aliyev, l’AZERTAC a atteint son niveau actuel et a intégré à l’espace mondial de l’information.  En 1969, l’arrivée au pouvoir politique du  dirigeant historique Heydar Aliyev a également ouvert un nouveau chapitre dans le domaine de mass média.  Suite à l’attention et au soin du dirigeant historique, l’AZERTAC équipé déjà de la technologie moderne de l’époque, a fait une position leader parmi les agences de presse des anciennes Républiques soviétiques. 

Un certain temps après l’accession de l’Azerbaïdjan à son indépendance, le 18 décembre 1992, l’agence  a rétabli son ancien nom et  est devenue « Azərbaycan Teleqraf Ajansı » - AZERTAC Agence Télégraphique de l’Azerbaïdjan. Cependant, incompétent et incapable d’évaluer adéquatement le rôle de l’information dans la société et l’Etat,  le dirigeant de l’Azerbaïdjan à cette époque –là ne  pensait pas à améliorer les activités de l’AZERTAC. Comme tout le pays entier, l’AZERTAC était abandonnée. Heureusement, cela n’a pas duré longtemps, et en juin 1993, grâce à Heydar Aliyev, revenu au pouvoir suite à l’appel du peuple, et  à sa sagesse, à sa clairvoyance, à son expérience politique et gouvernemental, l’Azerbaïdjan a pu maintenir son indépendance et en surmontant toutes les difficultés et obstacles a pris le chemin de développement et a trouvé sa place digne parmi les pays mondiaux.  Depuis cette époque l’AZERTAC a entamé un nouveau chapitre dans ses activités. Selon le décret du dirigeant historique, l’AZERTAC a reçu un statut d’Agence d’Etat et a ouvert ses bureaux dans 21 pays du monde. Depuis 1995, le chef d’Etat a signé six décrets et ordonnances sur l’amélioration de la base matérielle et technique de l’agence. Donc, une condition favorable a été établie et l’agence a intégré à l’espace mondial de l’information. 

 AZERTAC- seule agence régionale diffusant des informations en 7 langues et des vidéos en 5 langues

Aujourd’hui, l’Azerbaïdjan est connu comme un partenaire stratégique et un acteur fort et fiable au système des relations  internationales.  Suite à la politique indépendante et équilibrée du Président Ilham Aliyev, le pays porte, avec ses relations bilatérales et multilatérales, des contributions fondamentales à la sécurité géopolitique, géoéconomique et géostratégique de la région où il se trouve.  

L’Azerbaïdjan s’est transformé d’un acteur régional à un partenaire global et s’avance rapidement dans la hiérarchie de l’influence et de ka puissance de la politique mondiale. Dans cette perspective, la diffusion des réalités azerbaïdjanaises à une vaste géographie et en même temps couvrir opérationnellement des grands événements en cours dans le monde constitue la priorité de l’AZERTAC.

Aujourd’hui, l’AZERTAC opère efficacement grâce à ses technologies innovantes.  Le système de serveur de l’agence permet à archiver des informations, des photos et des vidéos, et à bien gérer le flux d’informations. Le système moderne UPS  garantie un fonctionnement sans interruption du réseau local. Il y a peu de temps, le nouveau site d’internet et de vidéo et le portail d’enfant de l’AZERTAC ont été mis en service en sept langues.

A la veille de son jubilé, l’ouverture de la version en chinois a attiré les lecteurs chinois.  Donc, la présentation officielle de la version chinoise du site s’est tenue à Pékin avec l’organisation de l’Association d’amitié Azerbaïdjan – Chine et le soutien de l’ambassade azerbaïdjanaise dans ce pays. Dans le cadre de cette présentation, l’exposition «Les relations azerbaïdjano – chinoises vues par les photos de l’AZERTAC » a été ouverte. Environ 100 photos prises des archives de l’AZERTAC et reflétant les visites  en Chine du dirigeant historique Heydar Aliyev et le président Ilham Aliyev, ont été manifestées lors de cette exposition.

Le nombre des utilisateurs permanents de la page Facebook de l’agence  est environ 110 mille, les portées de publications se varient en moyenne entre 20- 50 millions.  Sur YouTube les vidéos de l’AZERTAC couvrent environ 1 million 600 mille vues. Selon les statistiques de la société d’analyse SocialBakers des Etats-Unis, la page Facebook en azerbaïdjanais de l’AZERTAC se positionne dans le top cinq parmi les réseaux sociaux dans le pays et la première parmi les agences d’informations. Selon SocialBakers, les comptes Twitter et YouTube de l’AZERTAC sont toujours dans le top cinq  dans la catégorie Médias au niveau national. Les vidéos en russe et en anglais sont diffusées sur YouTube et les informations et les vidéos sont diffusées sur Twitter. Les utilisateurs peuvent se familiariser avec les nouvelles de l’AZERTAC en sept langues (russe, anglais, français, arabe, allemand et chinois) par les moteurs de recherches tels que Google, Bing, Yandex, Mail.ru, Yahoo.

Mais, grâce à quoi on a obtenu ces réalisations, ce dynamique élevé ? Je dirais que, tout d’abord, grâce à une approche moderne et innovante de la diffusion des nouvelles. Notre temps a ses propres exigences et défis. Nous essayons de prendre le pouls du temps et d’utiliser au maximum des technologies de l’information. A cette fin, un nouveau département des réseaux sociaux et des ressources d’information a été ouvert. An analysant les résultats nous pensons toujours comment élargir notre auditoire.

 Le département de multimédia joue aussi un rôle crucial aux tendances de développement de l’agence. Je suis heureux particulièrement de noter que l’AZERTAC est la seule source de nouvelles en sept langues et en cinq langues de vidéo reportage  dans la région.  Ce n’est pas par un effet du hasard que les reportages de vidéo de l’agence ont été diffusés par les chaînes de télévision nationales.  Les vidéos sur le Forum «Etats-Unis – Azerbaïdjan : un regard vers l’avenir» organisé par la SOCAR, sur la présentation du film « Archin mal alan », ont été diffusées sur toutes les chaînes de télévision avec le logo de l’AZERTAC.  Le coprojet de l’agence avec l’Université ADA «la réussite des étudiants » est diffusé chaque samedi à l’émission «Yeni gün» de la chaîne de télévision ITV. Les projets de vidéo tels que «Je me suis promené à travers l’Azerbaïdjan»,  «L’interview avec les ambassadeurs», «Le sport en Azerbaïdjan», «Nos monuments», «L’art et l’artisanat», «Personne», «Héros de la journée sans cravate», «Mode », «Cuisine », ont attiré l’attention des lecteurs. 

 L’AZERTAC met en œuvre des projets conjoints avec les organisations de diaspora afin de promouvoir la culture, les réalités historiques.  Un de ces projets a été réalisé avec la diaspora à Copenhague au Danemark.  La journée de la culture azerbaïdjanaise organisée avec la société «Veten» a suscité un grand intérêt et l’AZERTAC a offert des vêtements nationaux et les manuels aux enfants de l’ensemble de danse de la Maison d’Azerbaïdjan.

 AZERTAC à l’espace mondial d’information

Heydar Aliyev, dirigeant historique, était conscient de quelle influence dont l’information pouvait jouer. Il disait toujours qu’il fallait diffuser les réalités azerbaïdjanaises.  Il recommandait  de diffuser toutes les informations pour faire connaître l’Azerbaïdjan, pour le promouvoir au niveau international.

Dans ses activités AZERTAC prend comme base des objectifs, des directives et des principes du grand dirigeant.  Ceci nous a apporté de succès.  Aujourd’hui, il y a de nouvelles intéressantes à diffuser à l’échelle mondiale. Sous la direction du président Ilham Aliyev, l’Azerbaïdjan avance avec confiance sur le chemin de la construction d’un Etat démocratique, et prend une des premières places parmi les pays mondiaux pour le rythme de développement social et économique.  Présenter ce progrès à l’échelle mondial est, bien sûr, une de nos priorités. La meilleure façon de le faire est la coopération internationale, la diffusion des nouvelles en plusieurs langues et dans un large éventail.

Menant un échange de nouvelles avec 130 pays du monde, AZERTAC a diffusé au cours de la dernière année 103534 nouvelles en sept langues et 8331 vidéos.  

Bien que les chiffres soient fastidieux, les statistiques reflètent correctement les réalisations de l’Agence en ce sens.  Par exemple, au cours de la dernière année, 3565 nouvelles, 669 vidéos et 1631 photos de l’agence ont été installés sur le site d’internet  de l’OANA – organisation des Agences de presse des pays de l’Asie et du Pacifique qui regroupe 44 agences nationales des 35 pays du monde, 413 nouvelles sur le site de BSANNA - Agences de presse nationales  des pays de la Mer Noire, 2706 nouvelles et 304 photos sur le site d’ANIA- Alliance des agences nationales de nouvelles des pays de la CEI, tous les jours en moyenne 8-10 nouvelles sur le site d’IINA – Agence Internationale de nouvelles islamiques qui réunit plus de 40 agences nationales des pays membres de l’Organisation de coopération islamique (OCI) et celui de l’agence chinoise Sinxua.

L’année précédente, en général, 7203 nouvelles, 1935 photos et 669 vidéos de l’AZERTAC ont été installés sur les sites d’internet des agences internationales et régionales.  

Il y a d’autres moyens efficaces pour diffuser les réalités azerbaïdjanaises à l’échelle internationale.  Ne serait –il bon que les journalistes étrangers viennent dans notre pays et écrivent ce qu’ils voient de leurs propres yeux et témoignent ?! Je suis d’accord avec l’idée que pour aimer l’Azerbaïdjan il faut le voir et connaître. Dans notre pratique, il y a eu  de nombreux cas qui ont eu des conséquences positives. Je vais seulement citer un seul et récent exemple. En organisant la visite en Azerbaïdjan du journaliste de l’agence de nouvelles Yonhap de la République du Corée du Sud, Lim Dong Kun, l’AZERTAC lui a offert toutes les possibilités et conditions pour connaître le pays. Au retour dans son pays, le journaliste coréen a écrit un article sur notre pays sous le titre «Azerbaïdjan- pays riche choisi par Prométhée ». Cet article a été publié en décembre dans le magazine « Imazine » avec les photos. Selon ce journaliste, il a reçu beaucoup de commentaires positifs sur cet article.

Un autre moyen en ce sens est nos journalistes à l’étranger. Nos journalistes préparent des nouvelles des pays dans lesquels ils travaillent et publient également dans les journaux locaux des articles sur l’Azerbaïdjan.  L’année précédente 181 articles de nos journalistes ont été publiés dans les journaux des Etats-Unis, de l’Europe et de l’Asie. Les articles d’analyse tels que «La confiance et la détermination du président Ilham Aliyev au sommet de Prague est l’illustration du poids de l’Azerbaïdjan à l’échelle mondiale», «l’adresse fiable des relations internationales », «La transformation des médias traditionnels au réseau d’informations est inévitable» ont été publiés aux sites d’internet Eurasia Hoy, Foreign Policy News des Etats-Unis et Eurasianews.de de l’Allemagne, ainsi que aux journaux Society de l’Autriche, Gündem, Denge, Kars-haber, Halq de la Turquie. 

 AZERTAC établie le dialogue médiatique entre l’Orient et l’Occident

 L’Azerbaïdjan se situe sur un point important géopolitique. On peut l’appelle le pont entre l’Orient et l’Occident, la porte ouverte entre les deux continents. C’est vraiment un moment unique qui permet l’AZERTAC de jouer le rôle de pont entre l’Orient et l’Occident, et d’établir le dialogue.  Je voudrais vous présenter avec quelques exemples spécifiques comment notre agence  apprécie cette possibilité.

AZERTAC est membre organisation des Agences de presse de la région de l’Asie - Pacifique (OANA), Alliance européenne d’agences de presse (EANA), Agence islamique internationale de presse (IINA).  Egalement, est une des fondatrices de l’Association des agences nationales d’information des pays membres de la Communauté des Etats Indépendants (ANIA),  de l’Union des agences d’information turcophones (TKA) et Agences de presse nationales  des pays de la Mer Noire (BSANNA).  Lors de l’Assemblée Générale de l’OANA à Moscou,  le directeur général l’AZERTAC a été élu troisième fois membre du Bureau et le vice- président de cette organisation. 

Une telle représentation large et active dans les structures internationales de médias permet de diffuser les réalités azerbaïdjanaises dans une géographie vaste et d’établir une plate forme du dialogue entre les agences d’informations de l’Orient et de l’Occident.  Cette plate forme a été établie en septembre 2008 à Bakou lors de la 30e réunion «l’information pour tous dans le monde globalisation» du Comité exécutif de l’OANA abritée par l’AZERTAC.  Cette réunion accueillait les dirigeants des agences de presse des pays de l’Asie et de l’Europe.  Les participants ont été accueillis par le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev.

AZERTAC entend enrichir encore cette tradition dans les années 216- 2019 pendant sa présidence à l’Organisation des agences de presse d’Asie -Pacifique et le Congrès mondial des agences de presse. L’AZERTAC abritera en 2016 à Bakou la XVIe Assemblée Générale de l’OANA et le Ve Congrès mondial des agences  de presse.

Franchement, de nombreuses agences voulaient assurer cette présidence.  Donc, il n’est pas nécessaire détailler comment se dérouler la prise de ces décisions. Je voudrais seulement souligner que cette présidence ne se réalise pas en rotation, c’était réalisé par vote. Ce n’est pas un effet de hasard, car ces organisations réunissent 150 médias influents.

L’année précédente, AZERTAC a accueilli la réunion du Conseil du Congrès mondial des agences de presse.  Les préparatifs au Ve Congrès mondial qui se tiendra en 2016 à Bakou ont été discutés.  Le président du congrès mondial des agences de presse, le président de l’Agence de presse de l’Arabie saoudite, le président de l’OANA, le directeur général de TASS de la Russie, le directeur exécutif de l’agence de presse de l’Autriche, le secrétaire général du Congrès mondial des agences de presse, le secrétaire générale de la Fédération des agences de presse arabes, le président de l’EANA,   le directeur exécutif  de l’agence de presse Press Association de la Grande Bretagne, le directeur général de l’agence Anadolu de la Turquie, le président de l’Association des agences de presse en Amérique latine étaient  parmi les participants. Pour l’information, je voudrais noter que la réunion prochaine du conseil du Congrès se tiendra les 1 er et 2 mars prochain lors de la célébration du 95e anniversaire de l’AZERTAC.

Une autre plate forme de dialogue est les Forums humanitaires mondiaux de Bakou et nous  essayons de profiter pleinement de cette occasion. Ces Forums accueillent les célèbres personnalités politiques, les universitaires, les anciens chefs d’Etat, ainsi que les dirigeants des médias. Dans le cadre de ces Forums, l’AZERTAC organise les tables rondes consacrées aux problèmes actuels des mas médias. Ceci est également notre contribution au dialogue Orient –Occident. Les spécialistes des médias provenant de différents continents  échangent leurs vues sur les tendances de développement et  les marques des médias. Lors du dernier Forum, le thème de la table ronde était «La transformation du médias à l’ère numérique : les nouvelles tendances du développement ».  Les participants de la table ronde représentaient une large géographie. Donc, l’ancien président de l’EANA, les dirigeants des agences Tass de la Russie, APA de l’Autriche, BERNAMA de la Malaisie, VNA du Vietnam, WAFA de la Palestine, WAM des Emirat arabes unis, Kazinform du Kazakhstan, AGI de l’Italie, Tanyug de la Serbie, les spécialistes et les experts ont échangé leurs vues sur les problèmes actuels des médias.

Je veux terminer ma pensée sur ce sujet avec un autre exemple. AZERTAC a signé un contrat avec 35 agences de presse nationales de divers pays et les organisations des agences de presse.  Les jours qui viennent , nous signeront encore des accords de coopération. 

 Nous allons vers où

 Qui est le propriétaire de l’avenir des médias ? Qui va remporter la concurrence qui s’intensifie? Ces questions font penser les représentants des médias classiques.   Certains de mes collègues, en particulier la génération âgée, ne veulent pas accepter les médias sociaux qui couvrent presque le monde entier. Mais, indépendamment de notre gré, le temps a ses défis et l’avenir appartient à ceux qui se sentent ces défis et y répondent.

AZERTAC est le membre le plus ancien de la société des médias azerbaïdjanais : 95 ans.  Bien que ce soit difficile de détruire les stéréotypes formés au fil des années, il est inévitable de s’adapter aux exigences du monde numérique.  

Nous avons à courir, à certains moments, jusqu’à bout du souffle pour suivre le rythme du temps. AZERTAC est prêt à ce marathon : avec sa jeune équipe capable de porter sur leurs épaules le fardeau de l’époque, connaissant les technologies modernes, et avec les professionnels qui sont conscients de la responsabilité de diffuser l’information et maître de leur métier.  

Pour nous, il y a un critère qui n’a pas changé et qui ne change pas aujourd’hui : la véracité et la fiabilité, l’exactitude de l’information. Maintenir ces traditions au moment où dans certains cas ces règles sont violées, et parfois, de nouvelles loin d’être objectif, biaisées qui remplissent l’espace de médias, et aux vagues de changements révolutionnaires de l’époque d’internet, est difficile.  Mais, en tant qu’AZERTAC, nous devons les faire.

Je pense que notre chemin unique à prendre et la clé de la réussite future est de concilier la tradition avec l’innovation et trouver un dénominateur commun.

 Aslan Aslanov

Directeur Général de l’AZERTAC 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules