POLITIQUE


İnterview du président pakistanais Mamnoon Hussain à l’AZERTAC VIDEO

A+ A

Bakou, 14 mars, AZERTAC

Le président de la République islamique du Pakistan, Mamnoon Hussain, a accordé une interview à l’AZERTAC sur les résultats de sa visite officielle en République d’Azerbaïdjan.

- Monsieur le Président, comment évalueriez-vous les résultats de votre visite en Azerbaïdjan?

- Je pense que c’était une visite fructueuseen termes de développement des relations entre les deux pays. Nous avons mené de très utiles discussions avec le président Ilham Aliyev, le Premier ministre, le président du parlement, des ministres, ainsi que d’autres fonctionnaires représentant différents domaines. Cette visite contribuera à l’élargissement des relations entre nos peuples, ainsi qu’au développement de la coopération entre les deux pays dans les domaines économique, commercial et industriel. InchAllah, nous seront témoins de ce développement dans un proche avenir. 

- Le chiffre d’affaires entre les deux pays n’est pas satisfaisant. Les relations économiques ne sont pas conformes à celles politiques. Comment peut-on accroître le chiffre d’affaires?

- Le chiffre d’affaires entre le Pakistan et l’Azerbaïdjan constitue huit millions de dollars par an. Ce qui n’est pas un bon indicateur. Je pense que la principale cause, c’est le manque de visites mutuelles et de liaisons aériennes directes. J’avais demandé au Premier ministre turc pour que Turkish Airlines effectue un vol depuis Ankara ou Istanbul vers Bakou, et de là vers Islamabad ou Karachi.  Le Premier ministre a immadiatement donné des instructions à ce propos. Ainsi, les relations seront développées. A présent, on travaille sur de nombreux projets en ce sens. J’espère que les visites réciproques des délégations d’hommes d’affaires – comme vous le savez, lors de ma visite à Bakou, j’ai été accompagné d’une délégation de 25-30 hommes d’affaires – leurs réunions conduiront à l’élargissement des relations commerciales entre le Pakistan et l’Azerbaïdjan.

- L’Azerbaïdjan investit à l’étranger. Quelles sont les conditions au Pakistan pour les investisseurs.

- Il est à noter que les lois du Pakistan sont très favorables aux investissements. Notre législation permet aux investisseurs de bénéficier 100 % de leurs revenus et de les envoyer dans leur pays. Des investisseurs peuvent cumuler leurs revenus sans aucune restriction. Nous avons mené des discussions avec le Président azerbaïdjanais, des ministres, des représetants de différents domaines. Je suis sûr que le chef de l’Etat azerbaïdjanais donnera ses instructions pertinentes aux ministres pour soutenir les hommes d’affaires à investir dans différents domaines au Pakistan et d’étudier les opportunités en ce sens. 

- Monsieur le Président, depuis les premières années d’indépendance de l’Azerbaïdjan, le Pakistan soutient la souveraineté et l’intégrité territoriale de notre pays. Pourriez-vous réitérer la position de votre pays à l’égard du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh?

- Vous l’avez bien souligné. Le Pakistan est l’un des premier pays à reconnaître l’indépendance de l’Azerbaïdjan. Dès le début, nous avons eu des relations étroites avec le gouvernement et le peuple azerbaïdjanais. Nous avons toujours soutenu la position équitable de l’Azerbaïdjan concernant le conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh et dans ce contexte, nous sommes prêts à apporter notre soutien à l’Azerbaïdjan. Pour notre part, nous remercions le gouvernement et le peuple d’Azerbaïdjan d’avoir soutenu notre position dans la question du Cachemire et nous en sommes heureux. 

- Êtes-vous contents du niveau de la coopération au sein des organisations internationales?

- Bien sûr, nos positions coïncident presque dans la plupart des questions internationales. J’ai toujours été témoin de la compréhention mutuelle et de la coopération entre nos pays au sein des principales organisations internationales, telles que l’ONU, l’Organisation de la coopération islamique etc. L’Azerbaïdjn et le Pakistan ont la même vue sur la plupart des questions internationales et se soutiennent. C’est un fait indéniable.

- La Fondation Heydar Aliyev met en oeuvre un certain nombre de projets humanitaires au Pakistan. Que pourriez-vous dire sur les perspectives de la coopération avec cette Fondation?

- Nous sommes reconnaissants pour l’assistance de la Fondation Heydar Aliyev lors du séisme en 2005 et des inondations en 2011 au Pakistan. La Fondation a fait construire des établissements scolaires à Muzaffarabad et au Cachemire. Je pense que la Fondation Heydar Aliyev est toujours disposée à aider le peuple pakistanais, en particulier, les victimes de catastrophes naturelles. Selon moi, la coopération en ce sens serait poursuivie désormais et inchAllah, nous seront les témoins de la mise en oeuvre de nombreux projets au Pakistan à l’aide de la Fondation Heydar Aliyev.

- Au cours de votre déplacement, vous avez également visité le Parc Technologique de Soumgaït. Est-il possible d’utiliser des possibilités de ce Parc dans l’économie pakistanaise?

- Pendant ces jours, nous avons été confiants que le Pakistan et l’Azerabïdjan doivent entretenir une étroite coopération dans différents domaines. L’Azerbaïdjan est le plus ancien pays exportateur de pétrole du monde. La découverte des gisements de gaz a augmenté l’importance économique de votre pays. Nous avons aussi de l’expérience dans le secteur pétro-gazier. Lors de ma visite dans le Parc Technlogique de Soumgaït, j’ai appris que des équipements électriques à haute tension, des câbles, des tubes en matière plastique, des tiges de cuivre et d'aluminium étaient fabriqués en Azerbaïdjan. En fait, cette technologie existe chez nous aussi. Mais, nous pouvons et devons nous aider mutuellement pour l’intérêt de nos peuples, pour le développement de notre industrie. J’espère que notre coopération nous permettra d’atteindre un plus grand succès. 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules