POLITIQUE


Natalie Goulet : le gouvernement français doit manifester une réaction très forte face à la signature de chartes avec la soi-disant "République du Haut Karabagh", lesquelles sont absolument inacceptables VIDEO

A+ A

Bakou, 21 mai, AZERTAC 

La sénatrice française Natalie Goulet a donné une interview à l’agence azerbaïdjanaise de presse AZERTAC. Nous vous présentons l’intégralité du texte de son interview:

«A l’heure où on parle de tolérance et de paix à Bakou, on apprend que des chartes d’amitié et de jumelage ont été signées entre une République fantoche qui n’existe pas, «le Haut Karabagh», et des villes françaises. Je suis absolument scandalisée et j’espère que le gouvernement français aura une réaction très forte face à ces mesures qui sont absolument inacceptables.

Cette signature est contraire au droit international, c’est une violation des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, c’est un mépris aux populations des réfugiés et des déplacés. C’est contraire à toutes les lois, c’est contraire à toutes les conventions internationales, et à l’heure où le monde entier condamne Monsieur Poutine pour son occupation de la Crimée, il est tout à fait anormal de voir la France, co-président du groupe de Minsk, tolérer ce type d’agissement. Il faut savoir qu’en France il y a l’autonomie des collectivités territoriales, c'est-à-dire que les communes, les villes, les départements sont libres de gérer leurs affaires comme ils veulent, mais il convient qu’ils ne violent pas le droit international et la diplomatie de la France, la France ayant à de très nombreuses reprises consacré l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan. Donc, je suis à Bakou aujourd’hui, le président du groupe d’amitié au Sénat a saisi le ministre des Collectivités territoriales, le ministre de l’Intérieur, le ministre des Affaires étrangères : Nous allons saisir le Conseil de l’Europe, le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux. On ne peut absolument pas laisser faire ça. C’est juste inacceptable.

Vous vous rappelez qu’au moment de la loi sur la pénalisation de la négation du génocide arménien, il y avait déjà des doutes sur l’équilibre de la France en tant que coprésident du groupe de Minsk à l’intérieur du groupe de Minsk, puisque beaucoup pensaient que la France était favorable aux Arméniens. Lorsque le Président Hollande est venu le 24 avril dernier à Erevan, il s’est rendu le même jour à Bakou pour montrer qu’il avait une position équilibrée. Donc, si aujourd’hui les autorités françaises laissent faire ce fait accompli, ces actes de jumelage et cette charte d’amitié, ce sera une violation absolue de la position d’équilibre de la France à l’intérieur du groupe de Minsk. Je pense que ça va porter un coup extrêmement sérieux à nos relations bilatérales, qui sont excellentes. Je regrette terriblement cet incident, et j’espère que le gouvernement français va prendre des mesures pour y mettre un terme ».

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules