POLITIQUE


Ali Hassanov: les événements de Ferguson et de Baltimore ont montré que la situation des Droits de l’Homme aux Etats-Unis est critiquable

A+ A

Bakou, 26 juin, AZERTAC 

M. Ali Hassanov, adjoint pour les affaires sociales et politiques du Président de la République d’Azerbaïdjan, a accordé une interview aux journalistes au sujet du rapport de 2014 présenté par le Département d’Etat des Etats-Unis sur la situation des droits et des libertés dans le monde. AZERTAC vous présente l’intégralité de cette interview :

- Nous croyons qu’aucun pays ne peut s’arroger le droit de présenter et de commenter la situation dans certains pays dans un sens convenant à leurs propres intérêts. A cet égard, on peut ne pas prendre au sérieux le rapport du Département d’Etat des Etats-Unis et il est impossible de ne pas lui répondre. Mais, comme de telles déclarations sont reprises par les médias, elles contribuent à la formation d’une opinion négative dans le monde, il est dès lors important de présenter la position de l’Azerbaïdjan à la communauté internationale.

L’Azerbaïdjan a obtenu des succès importants dans les domaines de la construction d’un Etat de droit démocratique, ainsi que dans la formation et le développement d’une société civile. Des dizaines de partis politiques, des centaines d’organisations non – gouvernementales et de mass- médias sont actives dans le pays. Il n’y a aucun obstacle à la liberté de réunion, à la liberté de parole. Le renforcement du potentiel économique et financier, le développement dynamique de l’Azerbaïdjan ont créé de grandes opportunités pour la mise en œuvre d’un soutien global d’Etat aux institutions de la société civile.

Compte tenu de tout cela, nous affirmons que le rapport du Département d’Etat des Etats-Unis a été rédigé sur la base d’informations fausses et de nature subjectives et partiales. La présentation d’une manière partiale de différentes circonstances, qui sont ensuite généralisées, implique l’ensemble du pays. Cela nous permet de dire que la méthodologie est imparfaite.

Les auteurs du rapport ont abordé d’une manière superficielle le conflit arméno – azerbaïdjanais du Haut-Karabagh. Ils n’ont pas évoqué les faits d’occupation et d’agression, le dédain de l’Arménie envers les résolutions de l’ONU, les documents adoptés par différentes organisations internationales, la durée d’un conflit non –résolu de plus de 20 ans à cause de la position de blocage d’Erevan, la violation des Droits de l’Homme d’un million de réfugiés et de personnes déplacées.

Si les Etats-Unis poursuivent dans cette intention de commenter la situation des droits et libertés dans le monde, pour être objectifs, ils doivent tout d’abord respecter le droit international et exiger de l’Arménie la mise en œuvre des résolutions de l’ONU. Il serait bon qu’ils se fixent des critères d’évaluation de la situation des Droits de l’Homme dans tous les pays du monde, et qu’ils n’oublient pas les Etats-Unis. En tout cas, les événements qui ont eu lieu à Ferguson et à Baltimore nous permettent de constater que la situation des Droits de l’Homme n’est pas si favorable aux Etats-Unis. A mon avis, une enquête des auteurs sur la situation déplorable qui règne en Orient et dans le monde musulman suite à la politique des Etats-Unis et de certains milieux occidentaux serait d’une plus grande validité que d’examiner au microscope la démocratie en Azerbaïdjan.

Sans s’expliquer sur toutes ces questions, les accusations des Etats-Unis contre un pays au sujet de la situation des Droits de l’Homme conduisent à une perte totale de confiance dans les Etats-Unis.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules