POLITIQUE


The London Post publie un article sur le Haut-Karabagh d'un journaliste azerbaïdjanais

A+ A

Bakou, 21 août, AZERTAC

L'article analytique «Le Haut-Karabagh : Pourrions-nous résoudre ce conflit ?» d'Orkhan Ismayilov, correspondant de l'AZERTAC en Grande-Bretagne, a été publié dans le portail britannique The London Post.

Dans son article l'auteur fait référence aux livres «Le Haut-Karabagh : l'histoire à la lumière des sources» de l'académicien Ramiz Mehdiyev, chef de l'administration présidentielle de la République d'Azerbaïdjan et «Le Jardin noir, l'Arménie et l'Azerbaïdjan entre guerre et paix» de Thomas Waal, journaliste britannique.

L'article informe ses lecteurs sur l'histoire, les causes du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh, la situation actuelle, les positions des parties et les moyens de résoudre le problème.

«Il y a environ 30 ans, les relations Arménie-Azerbaïdjan ont été détériorées en raison du conflit et les deux pays sont en état de guerre et d'hostilité à cause de la politique d'agression de l'Arménie. Le Haut-Karabagh est une terre historique de l'Azerbaïdjan et demeure actuellement avec sept régions adjacentes sous l'occupation arménienne. Depuis 1988, les Azerbaïdjanais de l'Arménie ont été massivement déportés, des centaines d'Azerbaïdjanais ont été tués», indique le journaliste dans l'article.

L'auteur donne également des informations sur la tragédie de Khodjaly et les atrocités commises par les forces armées arméniennes contre la population civile.

En 1993, le Haut-Karabagh et sept régions adjacentes ont été complètement occupés par l'Arménie. Bien qu'une trêve ait été annoncée en 1994, l'Arménie continue de violer le cessez-le-feu.

Puis l'auteur cherche des réponses aux questions suivantes: «Que la communauté et les organisations internationales pensent-elles du «conflit gelé» ?», «Pourquoi la communauté internationale est si indifférente à cette injustice contre l'Azerbaïdjan et son intégrité territoriale il y a plus de 20 ans ?». Le journaliste cite comme exemple les quatre résolutions du Conseil de Sécurité de l'ONU revendiquant le retrait immédiat et inconditionnel des troupes armées arméniennes des territoires occupés de l'Azerbaïdjan.

Il est noté que le Haut-Karabagh est reconnu par toutes les prestigieuses organisations internationales comme un territoire azerbaïdjanais.

«La position non constructive de l'Arménie dans les négociations de paix, la prolongation du conflit avaient un impact négatif sur le développement politique et économique de l'Arménie, ainsi que de l'ensemble du Caucase du Sud. A cause de ce conflit, l'Arménie s'est isolée des projets régionaux», écrit le journaliste, citant le livre de l'académicien Ramiz Mehdiyev.

«Les dirigeants et l'élite de l'Arménie doivent enfin comprendre que les conflits sont réglés aujourd'hui dans le cadre des normes du droit international. La falsification de l'histoire oblige l'Arménie de répéter ses erreurs et d'influencer négativement sur le développement régional», conclut l'auteur.

 

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules