POLITIQUE


Déclaration du Ministère des Affaires étrangères de la République d'Azerbaïdjan

A+ A

Bakou, 31 août, AZERTAC

Le soi-disant régime séparatiste établi dans les territoires occupés de la République d'Azerbaïdjan organisera le 13 septembre des élections illégales à ses organes d'autogestion, selon les informations diffusées par les médias de masse, rapporte le Ministère des Affaires étrangères dans sa déclaration à l'AZERTAC.

Dans la déclaration il est dit que le Ministère des Affaires étrangères souligne une fois de plus que le régime séparatiste créé par l'Arménie dans les territoires occupés de l'Azerbaïdjan est la conséquence absolue de l'agression et de la discrimination raciale. Comme il ressort aussi de l'arrêt du 16 juin 2015 de la Cour européenne des droits de l'homme concernant l'affaire «Chiragov et autres contre l'Arménie», ce régime, qui est sous la gestion et le contrôle de l'Arménie, continue à exister grâce à son soutien militaire, politique et financier.

Tout le monde s'accorde à reconnaître que l'Arménie s'est engagée dans une guerre contre l'Azerbaïdjan, a occupé 20% du territoire azerbaïdjanais, dont le Haut-Karabagh et sept régions avoisinantes, a réalisé une politique de nettoyage ethnique suite à laquelle plus d'un million d'Azerbaïdjanais ont été expulsés de leur terre natale et a commis d'autres crimes. La communauté internationale a fermement condamné le recours à la force contre l'Azerbaïdjan et l'occupation de ses territoires, confirmés par les résolutions 822, 853, 874 et 884 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Renonçant à reconnaître la légitimité de la situation résultant des actions susmentionnées, elle a aussi rejeté tout acte violant la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan.

L'intention d'organiser les prétendues élections a confirmé une fois de plus que l'Arménie, qui effectue des démarches continues en vue de maintenir le statu quo, de renforcer la politique d'occupation et la volonté d'annexion, n'est pas vraiment intéressée par le règlement politique du conflit, au contraire elle a pris le chemin de provocation et d'aggraver la situation.

Aujourd'hui où l'occupation militaire et la politique de nettoyage ethnique des territoires azerbaïdjanais sont poursuivies, l'organisation des élections illégales aux «organes d'autogestion» par le soi-disant régime est la violation évidente de la Constitution de la République d'Azerbaïdjan, des normes et des principes du droit international et c'est pour cette raison que ces «élections» n'ont aucune valeur juridique.

L'Arménie ne réussira pas à annexer les territoires azerbaïdjanais demeurant toujours sous son occupation. L'unique voie de parvenir à un règlement durable et à long terme consiste en le retrait inconditionnel et complet des forces armées de l'Arménie du Haut-Karabagh et des autres districts azerbaïdjanais, en la garantie du droit de retour des personnes déplacées dans leurs foyers, découlant des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU mentionnées plus haut. Ce conflit ne doit être réglé que dans le cadre des frontières internationalement reconnues de la République d'Azerbaïdjan et sur la base de sa souveraineté et de son intégrité territoriale. Toute action violant la Constitution de la République d'Azerbaïdjan et non conforme au droit international ne peut constituer la résolution du conflit. Il est à souligner que l'occupation par la force d'un territoire ne peut pas être légalement reconnue par la communauté internationale. L'Azerbaïdjan ne se réconciliera jamais avec l'occupation de ses territoires. L'occupation militaire des territoires azerbaïdjanais n'est pas une solution et ne pourra jamais donner les résultats escomptés par l'Arménie.

La République d'Azerbaïdjan appelle tous les membres de la communauté internationale à ne pas reconnaître, conformément à leurs engagements découlant du droit international, la légitimité de la situation étant la conséquence de l'occupation des territoires de l'Azerbaïdjan, ne pas aider à maintenir cette situation et à prendre des mesures efficaces en ce sens.

L'Arménie doit arrêter ses tentatives inutiles visant à tromper son peuple et la communauté internationale, mettre fin à sa politique d'annexion et de nettoyage ethnique, participer de manière constructive au processus de règlement du conflit et accomplir ses engagements internationaux.

L'Arménie est responsable de toute conséquence des démarches que la République d'Azerbaïdjan serait contrainte d'entreprendre pour défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale dans le cadre de ses frontières internationalement reconnues, résultant de la présence illégale des forces armées de l'Arménie et de leurs activités illégale dans les territoires azerbaïdjanais.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules