POLITIQUE


Une provocation arménienne empêchée à Pékin suite à l'intervention opérationnelle de l'ambassade d'Azerbaïdjan

A+ A

Pékin, 28 septembre, AZERTAC

Tout le monde connaît bien les activités des Arméniens de justifier leurs actes d'agression et d'invasion sous prétexte de promouvoir la culture et l'art. C'est de cette façon qu'ils tentent de dissimuler l'occupation des territoires azerbaïdjanais, de falsifier les faits historiques et ainsi, de tromper la communauté internationale. Une nouvelle tentative de ce genre était prévue lors de la 6e édition du Salon des arts de Pékin, organisé au Musée national des Beaux-arts de Chine.

L'ambassade d'Azerbaïdjan en Chine a pu obtenir à l'avance l'information sur l'intention des Arméniens d'y exposer des œuvres au sujet du soi-disant génocide arménien. L'ambassade d'Azerbaïdjan a expliqué de manière détaillée la situation au côté chinois. En conséquence, la partie chinoise n'a pas jugé appropriée l'exposition des œuvres au sujet du soi-disant génocide arménien en marge du salon et la présentation de ces œuvres n'a pas été autorisée.

Les Arméniens, qui ont vu leur plan sur la promotion du soi-disant génocide échoué, ont essayé de poursuivre leurs actes laids dans un autre sens. Car, ils ont tenté d'exposer dans leur pavillon les peintures concernant la région du Karabagh de l'Azerbaïdjan qui est sous l'occupation arménienne, y compris les œuvres reflétant la guerre et la violence. Mais, grâce à la vigilance et l'activité professionnelle des diplomates de l'ambassade d'Azerbaïdjan en Chine, ces plans des Arméniens ont aussi échoué.

Quatre employés de l'ambassade ont fréquenté le pavillon arménien lors de la première journée du salon et ont observé le remplacement de l'exposition «le génocide» par celle de la guerre du Haut-Karabagh. Les diplomates ont mis les visiteurs au courant du fait que les régions reflétées dans ces peintures faisaient partie du territoire de l'Azerbaïdjan occupé par l'Arménie. N'étant pas satisfaits de ce qu'ils ont fait, les diplomates azerbaïdjanais ont invité les organisateurs au pavillon et les ont informés sur l'intention des Arméniens de justifier leurs actes d'agression et d'invasion sous prétexte de promouvoir la culture et l'art et de tromper les citoyens chinois, ont donné une explication détaillée sur le conflit, et ont déclaré que l'exposition de ces peinture était contre l'esprit de ce salon d'art.

Après avoir mené des recherches, les organisateurs ont reconnu que la partie azerbaïdjanaise avait raison et ils ont déclaré fermé le pavillon arménien pour les visiteurs durant la première journée du salon - le 24 septembre. Le tableau et les informations sur le Karabagh ont été retirés du pavillon dans les jours suivants. En plus, sur l'insistance des diplomates azerbaïdjanais, la présentation d'un peintre arménien sur ses œuvres a également été annulée.

Il convient de noter que les informations sur l'attaque des diplomates azerbaïdjanais dans le pavillon arménien et la destruction des œuvres diffusées par les médias arméniens, ainsi que sur les réseaux sociaux, sont infondées. Tout cela n'est rien d'autre que l'intention des Arméniens, déçus par l'échec de leurs plans insidieux, de jeter de l'ombre sur l'activité professionnelle des diplomates azerbaïdjanais.

Il y a un point à noter : «Selon nos informations, M. Ovik Abramian, Premier ministre arménien en visite à Pékin, devrait visiter le pavillon arménien. Apparemment, l'échec des intentions insidieuses des Arméniens a obligé leur Premier ministre de reporter sa visite dans le pavillon.

La vigilance et le professionnalisme des diplomates azerbaïdjanais ont conduit à l'obtention des résultats positifs.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules