POLITIQUE


La première dame d’Azerbaïdjan a rencontré les membres du Sénat français

A+ A

Bakou, 19 février, AZERTAC

Mme Mehriban Aliyeva, première dame d’Azerbaïdjan, présidente de la Fondation Heydar Aliyev et du groupe de travail pour les relations interparlementaires Azerbaïdjan-France, a rencontré ce vendredi une délégation française menée par Jean-Marie Bockel, sénateur du Haut-Rhin et membre du groupe d’amitié France-Caucase.

Se disant réjouie de voir les membres du Sénat français à Bakou, la première dame d’Azerbaïdjan a souligné que cette visite contribuerait au renforcement davantage de la coopération Azerbaïdjan-France, notamment à l’élargissement des rapports interparlementaires. Elle a fait savoir que les membres du Sénat français, ceux du groupe d’amitié France-Azerbaïdjan et les amis de l’Azerbaïdjan en France avaient apporté eux aussi leur contribution pour que la coopération atteint un niveau élevé. L’objectif principal du groupe d’amitié est de transmettre les réalités azerbaïdjanaises à la communauté française.

«Je suis heureuse d’avoir vu les succès que nous avons obtenus suite à notre activité conjointe au cours des dernières années. Des documents sur le jumelage et la coopération ont été signés entre 12 régions et villes de la France et de l’Azerbaïdjan pendant toutes ces années», a estimé Mehriban Aliyeva, ajoutant que le Lycée français avait déjà ouvert ses portes à Bakou et l’ouverture d’une université française en Azerbaïdjan était prévue pour cette année.

Quant à l’organisation de différents événements culturels en Azerbaïdjan, la présidente de la Fondation Heydar Aliyev a dit que tout cela était une bonne occasion pour promouvoir le pays.

«Outre la capitale, vous visiterez les régions de l’Azerbaïdjan où vous aurez l’occasion de rencontrer les personnes devenues réfugiés et personnes déplacées suite au conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh. Ca fait déjà plus de 20 ans que l’Azerbaïdjan essaye de parvenir à une solution pacifique du conflit, mais les négociations en ce sens ne donnent aucun résultat. Le gouvernement azerbaïdjanais apprécie hautement le soutien de la France à ce sujet», a-t-elle précisé.

«Notre position est claire : nous n’avons pas de revendications territoriales contre d’autres pays. Nous voulons la libération de nos territoires et le retour des réfugiés et des personnes déplacées à leur terre natale», a indiqué Mme Mehriban Aliyeva, évoquant l’activité d’un lobby arménien très fort en France. «Leur cible, c’est de diffuser de fausses informations sur l’Azerbaïdjan. Contrairement, le groupe d’amitié a pour but de livrer les réalités à la communauté française. Je vous remercie pour votre soutien dans ce sens», a-t-elle noté.

Le membre du Sénat français Jean-Marie Bockel a salué le rôle de la première dame d’Azerbaïdjan pour le renforcement davantage des relations entre les deux pays.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules