MEMOIRE SANGLANTE


Présentation du prix Khodjaly de la paix au parlement britannique

A+ A

Bakou, 25 février, AZERTAC

Les victimes du massacre de Khodjaly ont été commémorées à travers les arts et la présentation du premier prix Khodjaly de la paix au parlement britannique le 24 février. Le même jour, a eu lieu une exposition des œuvres d’art présentées par des étudiants faisant leurs études en Grande-Bretagne et des jeunes peintres afin d’attirer l’attention sur la promotion du règlement pacifique du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh et d’autres guerres, ainsi que sur la situation difficile des réfugiés et des personnes déplacées.

Le concours et l’exposition organisés dans le cadre de la campagne «La justice pour Khodjaly !» étaient consacrés à la mémoire des victimes du massacre de Khodjaly commis le 26 février 1992.

Le président du groupe interparlementaire d’amitié Grande-Bretagne-Azerbaïdjan, Bob Blackman, est intervenu à la cérémonie. «Cette exposition se tient à l’occasion du 24e anniversaire du massacre de Khodjaly perpétré en 1992. La communauté internationale est indifférente à cette question et malheureusement, aucun de ses auteurs n’a été traduit en justice. Je vais faire une proposition pour mettre cette question en discussion au parlement britannique afin de faire reconnaître le massacre de Khodjaly», a-t-il estimé.

Puis, le directeur du Cercle européen d’Azerbaïdjan, Lionel Zetter, a pris la parole : «Bob Blackman a déjà visité trois fois l’Azerbaïdjan où il a rencontré les rescapés du massacre de Khodjaly. La quantité et la qualité des travaux présentés pour le prix artistique nous ont surpris. La tragédie de Khodjaly continue à rester comme un événement moins connu par la communauté internationale», a-t-il souligné.

Puis le prix Khodjaly de la paix a été remis aux peintres qui ont mieux décrit le règlement pacifique du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh et la situation des réfugiés.

Le jeune peintre canadien Gordon Berger a pris la première place avec son œuvre «Etre et grandir ensemble». Le jeune Britannique Eileen Anderson a été deuxième avec «Les oiseaux du paradis» tandis que le Coréen Seungjo Jeong a dû se contenter de la troisième place avec sa peinture «Interface».

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules