POLITIQUE


23 ans se sont écoulés depuis l’occupation de la région de Kelbedjer par l’Arménie

A+ A

Bakou, 2 avril, AZERTAC

Vingt-trois ans se sont écoulés depuis l’occupation de la région de Kelbedjer de l’Azerbaïdjan par l’Arménie.

Occupation en chiffres

La région de Kelbedjer a été occupée par les Arméniens le 2 avril 1993. Suite à l’occupation de Kelbedjer plus de 54 000 habitants ont été déplacées, 321 personnes ont été capturées voire prises en otage, 511 personnes ont été brutalement tuées, 97 écoles, 9 écoles maternelles, 116 bibliothèques, 43 clubs, 42 maisons de la culture, un musée de l’ethnographie, 9 hôpitaux, 75 points médicaux, 23 cliniques, 9 pharmacies, des centaines de bâtiments administratifs, des milliers d’appartements, des centaines de voitures ont été détruits, pillés et incendiés, une fortune estimée à des milliards de manats de la région a été pillée et transportée à l’Arménie. À la suite de l'occupation arménienne de la région de Kelbedjer qui comptait 58 mille habitants (1993), située en dehors du territoire du Haut-Karabagh, ses habitants ont été brutalement torturés et expulsés de leur foyer ancestral. Après cette occupation, lors de la réunion №3205, le Conseil de Sécurité de l’ONU a adopté la résolution n° 822 qui revendique le retrait immédiat de toutes les forces du Kelbedjer et de toutes les autres régions occupées de l’Azerbaïdjan. Mais, jusqu’à présent, l’Arménie ne se conforme pas aux engagements de cette résolution. Actuellement les réfugiés de Kelbedjer résident dans des conditions difficiles dans 56 régions et villes de la République d’Azerbaïdjan. Environ 13.000 appartements privés et 37.852 hectares de forêts sont pillés même aujourd’hui. Contrairement aux principes de l’ONU et de l’OSCE, les familles arméniennes sont installées dans la région de Kelbedjer depuis 1999.

Histoire, situation géographique et ressources de la région

La région de Kelbedjer partage sa frontière à l’Ouest avec la République d’Arménie, au Nord avec Dachkessen, Khanlar (Gueyguel), Goranboy, au Nord-Est avec Terter, à l’Est avec Aghdam, Khodjaly et à l’Ouest avec Latchine. La région dont le territoire s’étend sur une superficie de 3054 km² est composée d’une ville, d’un bourg (Istisou) et de 145 villages. Environ 20 villages d’Aghdere font partie de la division administrative de Kelbedjer. Le chef-lieu est Kelbedjer, qui a reçu le statut de région administrative le 8 août 1930. Elle compte 85,5 000 habitants (01/04/2013). La population se compose en majorité d´Azerbaïdjanais (98% de la population) mais elle compte également plusieurs minorités de russes, de kurdes iraniens et d’autres nationalités (2% de la population). L’origine du nom Kelbedjer signifie «forteresse sur la rivière» en turc (la forme originaire a été adoptée comme Kevlitcher). Kevl signifie «sur la rivière» et tcher/djer «forteresse». La falaise sur laquelle se situe la ville contient des anciennes grottes artificielles, le long de la rivière de Tertertchay. Par conséquent, les experts relient ce nom avec Kevl/kavl et djer (roche, ravin) dans les anciennes langues turques. Son relief est principalement montagneux (massif du Mourov, du Chahdagh, de Gueuïtche oriental, de Mykhteuken, la chaine du Karabagh et une partie de la plaine du Karabagh). Les points les plus hauts sont le Mont-Gamych (3724m) et Delidagh (3616m). La ville avait le bureau régional du Comité national de la production agricole et de l’assistance technique en agriculture, une station sanitaire et épidémiologique, deux écoles secondaires, une école de musique, une maison de la culture, deux bibliothèques, un hôpital central, une polyclinique, un cinéma, une maternité publique, des entreprises commerciales et industrielles etc. Située sur une vaste plaine la ville de Kelbedjer est entourée de montagnes. Le territoire de la région de Kelbedjer, coin de paradis de l’Azerbaïdjan, nous rappelle un jardin des fleurs. Avec ses plus de 30 000 sources et étant un lieu le plus préféré des touristes, Kelbedjer est un musée naturel. Plus de 4 000 espèces de plantes, dont 200 médicinales poussent dans la région. V. Avikh, considéré comme le père de la géologie caucasienne, avait dit sur Kelbedjer : «Ceux qui n’ont pas contemplé le long de la vallée de Tertertchay, seulement eux peuvent être fascinés par la beauté de la Suisse». Les ressources en eaux minérales (réserves totales de 3 093 m3 / par jour), telles que Youkhary istisou, Achaghy Istisou, Kechdek, Garasou, Moztchay, Baghirsag, Gotoursou qui ont apporté à Kelbedjer une renommée mondiale, sont actuellement sous l’occupation arménienne. L'une des milliers de prestations que la nature à accordées à Kelbedjer, c’est Istisou qui – célèbre dans le monde entier par ses propriétés médicinales. Le défunt académicien Mirali Gachgaï, géologue azerbaïdjanais, avait dit : «La source d’eau minérale Istisou, qui se trouve dans la région de Kelbedjer, est un bon cadeau de la nature. La composition chimique et les propriétés physiques de ces eaux sont presque les mêmes que celles des eaux de Karlovy Vary (République tchèque) et par certaines caractéristiques, elles sont uniques dans le monde». Après avoir examiné les eaux minérales issues du territoire de Kelbedjer, E.E.Karstensky, chimiste éminent de l’époque, avait salué les propriétés médicinales d’Istisou (même plus que Karlovy-Vary) et avait noté que ces eaux étaient une source qui pourrait devenir célèbre non seulement dans ces régions, en Azerbaïdjan, en URSS, mais aussi dans le monde entier. Des stations thermales d’Istisou №1 et №2 fonctionnaient dans le bourg d’Istisou de la région (Kelbedjer). Chaque année plus de 50 000 personnes y effectuaient la cure thermale et se reposaient. L'eau minérale Istisou est l'une des ressources naturelles les plus rentables dans l’économie de la région.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules