POLITIQUE


Ali Hassanov: l’Europe peut bénéficier de l’expérience de l’Azerbaïdjan dans la solution du problème des réfugiés

A+ A

Bakou, 20 juin, AZERTAC

Aujourd’hui, l’Europe connaît une crise des réfugiés très sérieuse. Ce problème a, peut-être, atteint son point culminant. Quant à l’Azerbaïdjan, le gouvernement manifeste une approche systématique pour résoudre ce problème. Si l’Europe le veut, elle peut bénéficier de notre expérience. C’est ce qu’a déclaré Ali HAssanov, vice-Premier ministre de la République et président de la Comité d’Etat en charge des réfugiés et des personnes déplacées, lors d’une cérémonie consacrée au 20 juin - la Journée mondiale des réfugiés.

Un film reflétant les soins du gouvernement azerbaïdjanais, des pays donateurs et des organisations humanitaires internationales aux réfugiés, personnes déplacées et demandeurs d’asile au cours des 20 dernières années a été projeté.

Ali Hassanov a souligné qu’au cours des 24 dernières années, le gouvernement azerbaïdjanais avait dépensé 2,5 milliards de dollars pour la résolution des problèmes des réfugiés et des personnes déplacées. A cette fin, les organisations internationales, les pays étrangers ont attribué 1,4 milliards de dollars à l’Azerbaïdjan.

«Ces dernières années, le nombre des réfugiés et des personnes déplacées a doublé. Par conséquent, on doit conjuguer nos efforts contre ceux qui créent ce problème», a noté A. Hassanov, avant d’avoir abordé le conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh.

«En avril dernier, les provocations de l’armée arménienne sur la ligne de contact des armées ont été empêchées. Les forces armées azerbaïdjanaises ont prouvé qu’elles étaient capables de libérer les territoires occupés. L’Azerbaïdjan est en faveur du règlement négocié et équitable du conflit», a assuré le vice-Premier ministre.

«Il est possible de résoudre les problèmes grâce à la solidarité, la lutte contre la xénophobie et les efforts conjoints. Malheureusement, les médias couvrent largement les scandales politiques, les tragédies humaines. Mais ils sont indifférents à l’activité volontaire en matière de crise des réfugiés», a déclaré Dag Sigurdson, représentant du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), ajoutant qu’une attention particulière devrait être accordée à cette question. «Certains pays peuvent bénéficier de l’expérience de l’Azerbaïdjan dans la résolution du problème des réfugiés. L’Azerbaïdjan fait face tout seul à ces problèmes. Les réfugiés azerbaïdjanais ont déjà été intégrés dans la société», a-t-il conclu.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules