POLITIQUE


Session de l’AP de l’OSCE : la vice-présidente du Milli Medjlis a répondu avec justesse au discours biaisé d’un représentant arménien

A+ A

Tbilissi, 2 juillet, AZERTAC

Le 2 juillet 2016, en marge de la deuxième journée de la 25e session de l’Assemblée parlementaire de l’OSCE, s’est tenue la réunion de la commission des questions politiques et de la démocratie de cette organisation.

Lors des discussions autour de l’intervention de la rapporteuse de la commission Margaret Sederfelt, un membre de la délégation arménienne a accusé l’Azerbaïdjan d’empêcher le règlement du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh. La réponse de la partie azerbaïdjanaise ne s’est pas faite attendre longtemps. La vice-présidente du Milli Medjlis Bahar Mouradova a jugé «faute» et «absurde» l’allégation de son homologue arménien.

«L’OSCE est une plateforme de dialogue pour le règlement des conflits. Comme l’avait dit la rapporteuse Sederfelt, l’OSCE n’est pas seulement une plate-forme pour le dialogue, mais aussi pour la coopération honnête relative aux questions sérieuses. Il est bien connu que l’Azerbaïdjan est prêt aux discussions transparentes et équitables pour le règlement de ce conflit et l’a prouvé à plusieurs reprises», a-t-elle précisé.

La responsable de la délégation azerbaïdjanaise a souligné qu’il y avait beaucoup de travail à faire pour sortir de l’impasse concernant le règlement du conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh et renforcer la coopération objective et principale. «Accroître le rôle de l’OSCE dans la lutte contre l’extrémisme et le terrorisme, préparer des méthodes plus opérationnelles en ce sens sont très nécessaires», a estimé Bahar Mouravoda, exprimant son espoir à ce que la question concernant l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan et l’occupation de ses territoires par l’Arménie seraient inclus dans la résolution et les documents finaux de la session.

Lors de son intervention, le vice-président de la commission des questions politiques et de la démocratie de l’AP de l’OSCE Azay Gouliyev a attiré l’attention des députés sur les attentats terroristes perpétrés partout dans le monde.

Il a noté que l’OSCE devait créer un mécanisme efficace pour la lutte contre la terreur et parvenir à unir les efforts de différents pays dans une coalition internationale antiterroriste.

Ayant ensuite pris la parole, le député Elchad Hassanov a indiqué la nécessité de mettre un terme aux provocations arméniennes. «Le conflit arméno-azerbaïdjanais du Haut-Karabagh est une majeure menace pas seulement pour le Caucase du Sud, mais aussi pour la région de l'OSCE dans son ensemble. Ce conflit doit être résolu aussitôt que possible sur la base des normes et principes du droit international», a-t-il conclu.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules