POLITIQUE


L’Azerbaïdjan poursuit son entier soutien au processus d’édification de l’Etat en Afghanistan

A+ A

Bakou, 5 octobre, AZERTAC

L’Azerbaïdjan poursuit son entier soutien au processus d’édification de l’Etat et des institutions en Afghanistan. C’est ce qu’a déclaré Elmar Mammadyarov, ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères, dans son intervention lors de la conférence de Bruxelles sur l’Afghanistan mercredi 5 octobre.

Elmar Mammadyarov a fait savoir que l’Azerbaïdjan, en tant que pays souffrant gravement d’un conflit non résolu depuis 25 ans, était bien conscient des problèmes de l’Afghanistan. «Nous devons tous soutenir l’Afghanistan dans les efforts qu’il déploie et dans la résolution de ses problèmes», a-t-il estimé.

«L’Azerbaïdjan figure, peut-être, parmi les premiers pays à soutenir de près et activement l’Afghanistan. Nous le réalisons dans la plupart des cas sur le plan bilatéral, par le biais des pourparlers réguliers et des rencontres avec les officiels du gouvernement afghan, ainsi qu’au sein des organisations internationales, y compris l’OTAN.

Nous poursuivons le déminage des territoires, l’organisation des formations fondamentales pour les forces de sécurité et la fonction publique et d’autres domaines, l’éducation y comprise. Le président Ilham Aliyev a ratifié récemment l’accord conclu entre l’Azerbaïdjan et l’Afghanistan en matière d’aide estimée à quelques millions. Sa mise en œuvre est déjà lancée.

Nos unités militaires font leur service dans la mission «Soutien résolu» et nous accordons, par le biais du fonds de confiance de l’OTAN, des aides financières à l’armée afghane. L’Azerbaïdjan constitue la principale voie de transit pour la réalisation des opérations internationales en Afghanistan et dans certains cas 30 pour cent de l’ensemble des voies transitaires pour Forces d’assistance à la sécurité internationale traversent l’Azerbaïdjan.

De plus, l’Azerbaïdjan a toujours soutenu l’intensification des efforts déployés en matière de sécurité par le développement économique. La renaissance de l’ancienne Route de la Soie peut le réaliser. L’Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie sont sur le point de terminer la construction du chemin de fer Bakou-Tbilissi-Kars qui se lie à un port maritime non loin de Bakou. L’implication des pays de l’Asie centrale dans ce projet fera de l’Afghanistan le centre de la voie de transit entre l’Extrême-Orient et l’Europe du Nord», a souligné le ministre Elmar Mammadyarov.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules