RÉGIONS


Médecin de l’Hôpital central de la région de Tovouz: Nous avons retiré plusieurs éclats d’obus de la jambe droit de Ramin

Jusqu’à présent, j’ai soigné plus de 100 civils blessés par balle par l’ennemi

Tovouz, 10 août, AZERTAC

Lundi 7 août dans la soirée, on m’a téléphoné depuis l’hôpital pour dire que les Arméniens ont de nouveau tiré sur les civils, un enfant a été blessé et hospitalisé. Je suis venu tout de suite au travail. Le blessé était Ramin Youssifov qui n’a que 13 ans. C’est ce qu’a déclaré Kamaladdin Abbassov, médecin de l’Hôpital central de la région de Tovouz.

«Quand je suis venu au travail, j’ai vu plusieurs éclats d’obus dans la jambe de Ramin. Nous avons opéré l’enfant effrayé. Nous avons retiré de nombreux éclats d’obus de sa jambe droit», raconte le chirurgien Kamaladdin Abbassov.

«Ce n’est pas la première fois que les Arméniens visent les civils. Jusqu’à présent, j’ai soigné plus de 100 civils blessés par balle par l’ennemi. Parmi eux, figuraient des enfants, des personnes âgées et des femmes. Les organisations internationales sont informées sur ces faits à chaque reprise. Nous les exhortons à ne pas rester indifférentes à l’agression arménienne. Mais il semble que le fanatisme arménien, le manque de distinction entre l’agresseur et la victime ont devenus traditionnels pour ces organisations internationales», a-t-il estimé.

Revenant sur l’incident survenu le mois dernier dans le village d’Alkhanly de la région de Fuzouli suite auquel une grand-mère et sa petite-fille avaient perdu la vie, le médecin a fait savoir que l’indifférence à cet assassinat et l’absence de la protestation des organisations internationales contre les Arméniens avaient a conduit à une nouvelle provocation.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules