POLITIQUE


Le MAE : Nous nous attendons à ce que la France prenne des mesures nécessaires vis-à-vis des autorités locales signant des documents illégaux avec le soi-disant régime

Bakou, 21 novembre, AZERTAC

Nous exprimons notre vive protestation à l’égard de la visite de Bako Sahakian qui se présente comme représentant du soi-disant régime créé dans les territoires azerbaïdjanais occupés par les forces armées de l’Arménie, en France, un des pays co-présidents du Groupe de Minsk de l’OSCE. C’est ce qu’a confié à l’AZERTAC Hikmet Hadjiyev, porte-parole du Ministère des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan.

« Les milieux de lobby arménien présents dans les pays de l’Union européenne et l’Arménie cherchent de cette façon à promouvoir le régime illégitime créé dans les territoires occupés de l’Azerbaïdjan et empêcher le règlement du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan concernant le Haut-Karabagh.

À cet égard une rencontre s’est tenue au Ministère des Affaires étrangères azerbaïdjanais avec l’ambassadrice de France en Azerbaïdjan et une autre rencontre se tiendrait aujourd’hui au Quai d’Orsay avec l’ambassadeur de la République d’Azerbaïdjan en France.

Nous regrettons que malgré l’entrée dans l’espace de l’Union européenne de Bako Sahakian, muni d’un passeport diplomatique de la République d’Arménie, au détriment des règles concernant le visa Schengen et contradictoire aux engagements de la France en tant que co-président du Groupe de Minsk de l’OSCE, la partie française n’ait pris aucune mesure pour empêcher ce déplacement.

Le 2 juillet 2015, le gouvernement français a adressé des circulaires aux préfectures et aux hauts commissariats. Les mêmes circulaires mettent en garde des collectivités locales à l’égard de la restriction des compétences en matière de coopération internationale et interdisent aux autorités locales de signer des documents sur la coopération internationale avec les régimes illégitimes que la France ne reconnait pas, y compris le soi-disant Haut-Karabagh, par opposition à la politique du gouvernement central et aux engagements internationaux de la France.

Nous nous attendons à ce que la partie française prenne des mesures nécessaires vis-à-vis des autorités locales ayant signé des documents illégaux avec le soi-disant régime établi dans les territoires occupés de l'Azerbaïdjan.

Compte tenu des défis auxquels sont confrontés les États membres de l'Union européenne ces derniers temps, il est absolument nécessaire de mener une politique unifiée et sans équivoque concernant la prévention des tendances séparatistes dangereuses et l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'inviolabilité des frontières des États », a déclaré Hikmet Hadjiyev.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules