POLITIQUE


La presse pakistanaise parle des atrocités commises par l’Arménie dans les territoires occupés de l’Azerbaïdjan

Islamabad, 5 janvier, AZERTAC

Trois journaux pakistanais, «Daily Times», «National Courier» et «Election Times» ont publié des articles sur la coopération tripartite Azerbaïdjan-Turquie-Pakistan et le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan concernant le Haut-Karabagh.

Dans les articles, il est noté que les dirigeants de ces pays œuvrent à développer et renforcer les liens d’amitié et de fraternité depuis l’établissement des relations diplomatiques entre ces trois pays.

L’auteur souligne que l’Arménie était la source du terrorisme, pays ayant mené une politique d’épuration ethnique contre l’Azerbaïdjan et la Turquie et le conflit du Haut-Karabagh que ce pays a déclenché constitue un danger potentiel pour l’Arménie elle-même, le Caucase du Sud et aussi l’Europe.

La centrale nucléaire de Metsamor, l’une des plus dangereuses installations industrielles dans le monde, continue de rester comme une source de danger pour le Caucase du Sud et l’Union européenne.

L'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA), les Etats-Unis et les pays occidentaux ont protesté contre la reprise du travail de la centrale. Washington croit que le réacteur actuel de 407,5 mégawatts était l’un des réacteurs les plus dangereux dans le monde.

L’Union européenne a pour sa part considéré la centrale nucléaire de Metsamor comme une menace sérieuse pour toute la région. Les pays de la région, l’Azerbaïdjan, la Turquie et la Géorgie ont à plusieurs reprises appelé l’Arménie à fermer immédiatement la centrale de Metsamor afin de protéger leur population. Malgré tout, l’Arménie n’attache pas de l’importance à la sûreté nucléaire et continue de violer les protocoles de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique.

Bien que l’Azerbaïdjan soit toujours prêt au dialogue lié au conflit du Haut-Karabagh, l’Arménie prend des mesures cohérentes afin de renforcer les résultats de sa politique d’occupation, de maintenir le statu quo qui est inacceptable et intenable. L’organisation des exercices militaires dans les territoires occupés, la réinstallation des Arméniens en provenance de Syrie dans ces terres, la tenue du referendum et des élections constituent une violation grave du droit international et de l’accord de cessez-le-feu.

İl est évoqué que le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté quatre résolution sur le retrait immédiat des troupes arméniennes du Haut-Karabagh et des sept régions avoisinantes, mais elles restent lettre morte en raison du «deux poids, deux mesures» des pays puissants et des organisations internationales.

Le Pakistan soutient la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan dans le cadre de ses frontières internationalement reconnues.

Quant aux relations Pakistan-Azerbaïdjan-Turquie, l’auteur fait savoir que ces liens diplomatiques trilatéraux étaient devenus plus intenses ces derniers temps. Ces trois pays ont montré leur détermination à élargir et diversifier les relations actuelles en signant une déclaration conjointe. La coopération tripartite Azerbaïdjan-Pakistan-Turquie a été fondée lors de la première réunion des ministres des Affaires étrangères le 30 novembre dernier à Bakou.

Le journaliste souligne également que l’Arménie était fâchée par la coopération trilatérale Azerbaïdjan-Pakistan-Turquie et essayait de perturber cette collaboration par tout moyen.

Enfin, il est noté que le Pakistan, l’Azerbaïdjan et la Turquie entretiennent des relations de fraternité, d’amitié et de partenariat stratégique, cette amitié se base sur le respect et la confiance mutuels, les valeurs historiques spirituelles et les traditions.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules