POLITIQUE


Un panel intitulé «La sécurité régionale, la paix régionale : le Moyen-Orient» organisé en marge du Forum global de Bakou

Bakou, 16 mars, AZERTAC

Un panel sur le thème «La sécurité régionale, la paix régionale : le Moyen-Orient» s’est tenu pendant la deuxième journée du VIe Forum global de Bakou.

Amr Moussa, ancien secrétaire général de la Ligue arabe et ancien ministre égyptien des Affaires étrangères, a dit que ce sujet revêtait une actualité particulière, soulignant que le modèle de paix du siècle devait être réfléchi et les lacunes devaient être remplies. « Les grandes puissances doivent faire preuve de volonté. La paix doit être rétablie », a-t-il déclaré.

Fouad Siniora, ancien Premier ministre libanais, a fait savoir que la restauration de la justice dans le monde entier pouvait conduire à la paix, ajoutant que le monde devait répondre aux défis.

Guennadi Burbulis, ancien secrétaire d’Etat russe et ancien vice-Premier ministre, a abordé les processus en cours dans le monde entier. Il a dit que la protection des droits de l’homme était l’une des questions les plus importantes.

Ekmeleddin Ihsanoglu, ancien secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), a indiqué que le Forum global de Bakou contribuerait considérablement aux démarches à faire pour la résolution des problèmes. Il a noté que le Forum de Bakou était une plateforme importante pour mener des discussions fructueuses afin d’éliminer les lacunes existant dans le monde entier.

Ahmet Yildiz, vice-ministre turc des Affaires étrangères, a fait savoir que son pays prenait une part active à la solution des processus en cours dans le monde. Il a indiqué que la Turquie gardait sa position ferme face aux organisations terroristes et effectuait des démarches nécessaires dans la lutte contre le terrorisme.

Elmar Mammadyarov, ministre azerbaïdjanais des Affaires étrangères, a indiqué que des changements importants avaient eu lieu dans le monde après la chute de l’Union soviétique et ils avaient eu un impact sur l’Azerbaïdjan. Le ministre a noté que vingt pour cent du territoire de l’Azerbaïdjan avaient été occupés par l’Arménie, ajoutant qu’à la suite de cette occupation plus d’un million d’Azerbaïdjanais avaient été expulsés de leur terre natale. « Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté quatre résolutions sur le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan concernant le Haut-Karabagh. Ces résolutions exigent le retrait inconditionnel et immédiat des forces armées de l’Arménie des terres occupées de l’Azerbaïdjan », a précisé le ministre des Affaires étrangères.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules