SPORT


Red Bull Racing : Verstappen et Ricciardo sont tous les deux en tort

Bakou, 30 avril, AZERTAC

Pour la deuxième fois en quatre Grand Prix, Red Bull a vécu un double abandon. Mais à Bakou, les circonstances sont autrement différentes de Bahreïn, où la fiabilité puis un incident de course avaient évanoui les espoirs.

Cette fois, Max Verstappen et Daniel Ricciardo se sont accrochés, et les deux RB14 ont terminé au tapis, au fond de l'échappatoire du premier virage. Une scène inacceptable pour n'importe quelle équipe de F1, qui plus est lorsqu'elle joue les premiers rôles.

Toute la course durant, les deux pilotes se sont affrontés. Avant le point d'orgue de ce combat, il y a d'abord eu l'attaque réussie de Verstappen sur son coéquipier, après le premier restart, pour prendre le dessus. Puis Ricciardo est venu plusieurs fois à la charge, il y a eu un contact roue contre roue, mais Verstappen a résisté. Quelques tours plus tard, les deux chiffonniers ont remis le couvert, puis Ricciardo a pris l'ascendant avant le passage au stand.

Des excuses attendues, pas les consignes

La salve d'arrêts au stand a profité à Verstappen, qui a repris l'avantage, mais Ricciardo s'est vite blotti dans l'aspiration du Néerlandais. La suite, tout le monde la connaît déjà : des décalages, et un accrochage finalement inévitable en bout de ligne droite. Dans le clan Red Bull, les esprits risquent de s'échauffer, mais on peut retenir deux choses importantes des premiers mots lâchés par Helmut Marko : les deux pilotes sont considérés comme fautifs, et rien ne changera sur le plan des consignes d'équipe.

"Nous laissons les pilotes se battre, et voilà ce qu'ils font. Incroyable. Ils ont tort tous les deux", déplore le consultant spécial de Red Bull au micro de Sky Sports. "C'était un incident de course, il n'y en a pas un qui a tort plus que l'autre."

"[Les consignes], c'est contre notre philosophie. Nous laissons toujours les pilotes se battre, nous n'avons pas de numéro 1 et de numéro 2. Mais nous attendons d'eux qu'ils soient responsables."

Muet dans la chaleur de l'action, Christian Horner a pris un peu plus tard la parole devant les médias. Le directeur de l'écurie autrichienne refuse toutefois d'en dire trop sur la nature des échanges qui ont déjà eu lieu en interne.

"Notre discussion est privée, mais les pilotes savent qu'ils courent pour une équipe et qu'ils ont fauté aujourd'hui", précise-t-il à Sky Sports. "Ils vont présenter leurs excuses à l'équipe, car c'est un sport d'équipe. Nous leur permettons de faire la course, de se battre roue contre roue, mais nous en avons parlé lors du briefing, ils doivent se laisser de la place."

"Il y a eu trois incidents entre eux au fil du Grand Prix, on leur a dit de se calmer un peu. Nous ne voulons pas interférer par rapport au fait qu'ils se battent, tant qu'ils se laissent de la place. Ils l'ont toujours fait jusqu'à cet incident malheureux. Ils sont tous deux en tort, et c'est l'équipe qui en pâtit, malheureusement."

"Notre intention est de continuer, mais ils doivent montrer à l'équipe et se montrer du respect. On leur a rappelé qu'ils font partie d'une équipe, qu'ils jouent un rôle crucial dans nos résultats, qu'ils sont très bien payés et qu'ils ont des responsabilités. Le message est très bien passé. À Barcelone ça ira, je n'ai aucun doute là-dessus. Ils vont venir à l'usine pour présenter leurs excuses d'ici Barcelone."

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules