SPORT


Lewis Hamilton remporte le Grand Prix d’Espagne

Bakou, 14 mai, AZERTAC

Au Grand Prix d'Espagne, Lewis Hamilton a promené sa Mercedes pendant 66 tours dans la fraîcheur de Montmelo, dimanche. Il a, certes, profité de conditions météo favorables à sa W09, mais son équipe a aussi dominé Ferrari dans d'autres secteurs essentiels de la performance.

Avec un grand sourire, Lewis Hamilton confie avoir été «en symbiose avec sa voiture pour la première fois depuis le début de la saison», à son arrivée victorieuse au Grand Prix d'Espagne, dimanche à Montmelo. Le Britannique a gagné une 43e fois après un départ de la pole position avec une facilité qui justifie ses 17 points d'avance en tête du championnat du monde sur Sebastian Vettel (Ferrari), encore laborieux quatrième. En trois courses, le n°44 de Mercedes aura donc exactement échangé sa position avec celle de l'Allemand.

Comme l'a précisé son directeur, Toto Wolff, à l'antenne de Canal+, la Flèche d'argent apprécie les conditions froides (ndlr : 15°C dans l'air, 28°C sur la piste dimanche) et l'Anglais a donc pu rester plus facilement dans l'étroite fenêtre de fonctionnement des pneus Pirelli. Sans jamais s'inquiéter.

Mercedes a pris le dessus à tout point de vue

C'est clair : cette 5e manche du Mondial a ressemblé à un premier tournant sur ce circuit qui fait office de juge de paix pour les bolides. Occupée à cerner les raisons de ses problèmes d'exploitation de la W09 depuis le début de la saison, l'équipe de Brackey a pris le parti de changer un minimum de choses sur sa voiture pour la juger à partir d'une base identique par rapport aux derniers week-ends de course. Quand Ferrari défrayait la chronique technique avec des rétroviseurs et des ailettes aussitôt jugés hors la loi, et subissait finalement une dégradation pneumatique bien plus élevée que Mercedes mais aussi Red Bull. Jusqu'à stopper son leader une seconde fois, après un premier arrêt anticipé.

En ajoutant la défaillance de turbo sur la voiture de Kimi Räikkönen aux essais et le nouveau problème ayant conduit le Finlandais à rentrer au garage, Mercedes a vraiment pris le dessus de Ferrari ce week-end. C'est d'ailleurs manifeste au championnat du monde des constructeurs : la firme à l'Etoile a repris la 1re place à sa rivale de Maranello, pour 27 points. Là aussi, ça ressemble à un break.

Et pour finir, Valtteri Bottas n'a pas oublié de se réjouir de sa deuxième place, celle assurant le premier doublé 2018 des Gris. Une façon d'appuyer sa candidature à sa propre succession pour 2019. Il sait que ça passe par d'autres courses où s'intercaler entre son leader et Vettel sera apprécié de son boss. Il y est prêt.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules