CULTURE


Paris : l'Académie Diplomatique Internationale accueille une conférence consacrée au centenaire de la République démocratique d'Azerbaïdjan

Paris, 25 mai, AZERTAC

La Fondation Heydar Aliyev et l'ambassade d’Azerbaïdjan en France ont organisé conjointement une conférence scientifique intitulée « La première république parlementaire laïque de l'Orient : ses valeurs et ses héritages » consacrée au 100ème anniversaire de la République démocratique d'Azerbaïdjan à l'Académie Diplomatique Internationale à Paris.

Selon l’AZERTAC, le modérateur de la conférence Laurent Poultier, vice-président de l'Association Dialogue franco-azerbaïdjanais, a parlé de l’importance de la conférence avant d’accorder la parole à Rachad Karimov, conseiller du directeur du Centre Heydar Aliyev.

Rachad Karimov a déclaré que la République d'Azerbaïdjan moderne était l’héritière de la République démocratique d'Azerbaïdjan et souligné que l’indépendance de son pays avait été préservée et renforcée grâce à la politique réussie du leader national Heydar Aliyev. Il a fait une analyse comparative de la République d’Azerbaïdjan moderne et de la République démocratique d'Azerbaïdjan et a marqué que chaque fois son pays avait obtenu avec difficulté son indépendance. Rachad Karimov a également parlé de la politique d'agression de l'Arménie contre l'Azerbaïdjan, des actes génocidaires commis par les Arméniens envers le peuple azerbaïdjanais.

Natig Mammadzadé, docteur en sciences historiques, chef de département à l’Institut d'histoire de l'Académie nationale des Sciences d’Azerbaïdjan (ANSA), a parlé de l’activité de la délégation de la RDA à la Conférence de paix de Paris.

L'historien Georges Mamoula, chercheur à l'École des hautes études en sciences sociales à Paris, a abordé les documents et les informations sauvegardés aux archives françaises au sujet de la République démocratique d’Azerbaïdjan qui avait existé pendant 23 mois, des activités de la délégation azerbaïdjanaise ayant participé à la Conférence de paix de Paris et ses efforts pour la reconnaissance de la République démocratique.

Ilgar Niftaliyev, docteur en sciences historiques, chef de département à l’Institut d'histoire de l'ANSA, a parlé de la question territoriale entre la République démocratique d'Azerbaïdjan et l'Arménie.

L’ambassadeur d’Azerbaïdjan en France, Rahman Mustafayev, a abordé les raisons de la chute de la République démocratique d’Azerbaïdjan.

Le sénateur français Alain Houpert a évoqué les réformes mises en œuvre par la République démocratique d'Azerbaïdjan, en particulier le droit de vote accordé aux femmes. Il a également parlé de l'Azerbaïdjanais Ahmadiyya Djabraïlov, qui avait participé à la Résistance française. Il a noté qu'en Azerbaïdjan, où la majorité de la population était musulmane, les représentants de différentes religions vivent dans la paix et l’amitié. Il l’a jugé comme l’un des principaux succès de l'Etat azerbaïdjanais.

Narguiz Akhoundova, chef de département à l'Institut d'histoire de l'ANSA, le chercheur Edith Hibert, Bogdan Gadenne-Feertchak, ancien directeur de MEDEF International pour l’Europe et l’Asie et l’écrivain Jean-Pierre Allali sont aussi intervenus lors e la conférence.

Ils ont parlé de la culture, de la créativité et des publications pendant la République démocratique d'Azerbaïdjan, de la croissance économique et des traditions de multiculturalisme en Azerbaïdjan. .

Un film sur l’histoire de la République démocratique d’Azerbaïdjan a été projeté en marge de la conférence.

A l’issue de la conférence, les participants ont visité une exposition de photos et de vidéos dédiée à l’histoire de la République démocratique d’Azerbaïdjan. L'exposition reflétant les points de vue des fondateurs de la première république et la Proclamation de l’Indépendance a suscité l’intérêt du public.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules