POLITIQUE


Bakou accueille le Forum régional CAMCA

Bakou, 22 juin, AZERTAC

Le Forum régional CAMCA a entamé ses travaux à l’Université ADA le 22 juin.

Emil Gassimli, chef du Service marketing et développement commercial de la SOCAR, coordinateur national pour l’Azerbaïdjan et membre du conseil d’administration, a donné des informations détaillées sur les projets internationaux réussis réalisés par l’Azerbaïdjan.

Svante Cornell, directeur de la recherche à l'Institut de l’Asie centrale et du Caucase, a mis en valeur l'importance de ce forum.

Sarah Tonucci, directrice exécutive de la Fondation Rumsfeld, a souligné l'importance des questions abordées en marge du forum et a souhaité plein succès aux participants.

Le président de l'Institut de l'Asie centrale et du Caucase, Frederick Starr, a déclaré que l'importance du forum organisé par l'Azerbaïdjan était encore plus grande aujourd'hui. Car les analyses à faire aujourd'hui lors du forum constituent une clarté pour l'avenir.

Le recteur de l'ADA, Hafiz Pashayev, a souhaité la bienvenue aux participants et s’est félicité de l’organisation du Forum régional CAMCA à cet établissement d’enseignement supérieur. Le recteur s’est dit confiant que des discussions efficaces seraient menées lors du Forum, que les participants connaîtraient mieux l'Azerbaïdjan et apprendraient plus sur le pays hôte.

Il a été noté que le Forum CAMCA (Central Asia-Mongolia-Caucasus-Afghanistan) avait réuni les représentants de haut rang des organismes publics, du secteur des affaires et des milieux scientifiques des Etats régionaux ainsi que de 20 pays différents. Le Forum régional CAMCA est une plateforme illustrant la croissance économique et les questions de développement dans la géographie de l’Asie centrale.

En marge de ce forum, de jeunes professionnels locaux, des experts internationaux et d'autres parties prenantes de 10 pays de la région se réunissent pour mener un dialogue sur l’agenda pertinente et pour apporter une contribution intellectuelle au développement économique, politique et social à l'échelle nationale et internationale.

Le recteur a exprimé sa gratitude à la Fondation Rumsfeld pour avoir réuni les organisateurs du Forum régional CAMCA et des personnalités de premier plan et a souhaité plein succès aux participants du Forum.

Le Premier ministre azerbaïdjanais Novrouz Mammadov a dit apprécier le travail de la Fondation Rumsfeld. Le Premier ministre a noté que cette fondation visait à former des leaders, ajoutant que ce genre d’institution devait jouer un rôle majeur dans l'établissement des relations interétatiques et participer au processus réglementaire. « Des organisations comme la Fondation Rumsfeld devraient être plus actives. Si c'était le cas, les relations internationales n’auraient pas été si tendues comme elles le sont aujourd'hui » a estimé le Premier ministre.

Le Premier ministre Novrouz Mammadov a noté que l'Azerbaïdjan était situé dans la région la plus compliquée, mais aussi importante du monde, carrefour entre l’Orient et l’Occident, les mondes chrétien et musulman. « L'Azerbaïdjan est un pays riche en ressources économiques et humaines. L'Azerbaïdjan a choisi de coopérer plus étroitement avec l'Occident et l'Europe, n'a pas changé sa position jusqu'à présent et a réalisé de grands projets dans cette direction. L'Azerbaïdjan joue un rôle dans la restauration de la Route de la soie, reliant Bakou à l'Europe par voie ferrée. Il a mis en œuvre des projets énergétiques réussis jusqu'à présent », a marqué Novrouz Mammadov.

« L'Azerbaïdjan a fait de grands progrès pour assurer la paix, la sécurité et la stabilité dans le pays ainsi que dans la région. En même temps, l'Azerbaïdjan organise de très grands événements internationaux, devenus un processus vers le dialogue inter-civilisationnel. Nous avons célébré le centenaire de la République démocratique d'Azerbaïdjan en mai dernier. Le peuple azerbaïdjanais a fondé la première république démocratique dans l’Orient et a accordé le droit de vote aux femmes 100 ans avant. Au XIXe siècle, certains écrivains azerbaïdjanais ont écrit des œuvres en français, par exemple Ismaïl bey Goutgachinli. C'est une confirmation de l’attitude historique de l'Azerbaïdjan envers l'Europe. Tandis que nous n’arrivons pas à voir cette justice vis-à-vis de l'Azerbaïdjan. Un certain soutien a été apporté à l’Azerbaïdjan, mais il ne suffit pas. Un petit incident fait pendant longtemps l’objet des articles dans la presse européenne, mais pas un seul article fondamental sur la situation d’un million d'Azerbaïdjanais devenus réfugiés et personnes déplacées. Bien qu'il existe des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU concernant l'occupation des territoires azerbaïdjanais, il n'y a pas eu d'attitude normale relative à ce sujet jusqu'à présent. La notion de justice est quasi inexistante dans les relations internationales. Les dirigeants des grandes puissances n’abordent pas le droit international et la justice dans leurs discours. Depuis plus de 25 ans, l'Azerbaïdjan s’attend à une position équitable en ce qui concerne le conflit du Haut-Karabagh. Mais, sans justice, l'approche n'est pas correcte et une telle situation se présente dans le monde et les tensions se poursuivent », a avancé le Premier ministre.

Le forum qui se poursuit en panels se terminera le 23 juin.

Les précédents forums CAMCA se sont tenus à Astana en 2014, à Oulan-Bator en 2015, à Tbilissi en 2016 et à Douchanbé en 2017.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules