POLITIQUE


Hikmet Hadjiyev: L’Arménie tente d’utiliser le fait accompli et de renforcer l’occupation VIDEO

Bakou, 12 janvier, AZERTAC

«Le statu quo basé sur l’occupation est inadmissible. L’Arménie tente d’utiliser le fait accompli et de renforcer l’occupation», a souligné Hikmet Hadjiyev, chef du département de la politique extérieure de l’Administration présidentielle, dans une interview à la chaîne de télévision turque TRT World.

Le chef de département a noté que la politique d’agression de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan en recourant à la force constituait la base fondamentale du conflit, qu’une épuration ethnique avait été menée contre les Azerbaïdjanais civils par l’Arménie dans les territoires occupés, que plus d’un million d’Azerbaïdjanais étaient toujours obligés de vivre comme des réfugiés et des personnes déplacées à l’intérieur.

H. Hadjiyev a ajouté que pour progresser dans le règlement du conflit, il fallait, en premier lieu, mettre fin à l’occupation et les troupes arméniennes devaient être retirées des territoires occupés de l’Azerbaïdjan. Soulignant que les bases du règlement du conflit étaient fixées dans les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, l’Acte final d’Helsinki et les autres documents, H. Hadjiyev a porté à l’attention que les opportunités pour une solution politique au conflit ne pourraient se présenter qu’après le retrait des troupes arméniennes des territoires occupés.

Revenant sur le sommet de Douchanbé, le chef de département a rappelé l’entretien tenu entre le président Ilham Aliyev et le Premier ministre arménien Nikol Pachinian et a dit que la République d’Azerbaïdjan avait démontré une fois de plus sa position constructive. İl a ajouté que l’Azerbaïdjan était le côté le plus intéressé dans le règlement du conflit. Car, l’Azerbaïdjan souffre de l’occupation depuis plus de 26 ans. Attirant l’attention sur l’existence des possibilités favorables pour le règlement du conflit, le chef de département a noté qu’après la formation, le gouvernement arménien devrait prendre des mesures pour la résolution de ce problème.

En réponse à la question de la présentatrice «Une réconciliation ethnique est-il possible ?», H.Hadjiyev a fait savoir que l’Azerbaïdjan était fier de ses valeurs multiculturelles et de sa culture de tolérance. «Bien que la réconciliation ethnique soit une question difficile et prenant du temps dans le cadre du processus de résolution du conflit, elle est possible. Pour cela, tout d’abord, les troupes arméniennes doivent se retirer des territoires occupés et le retour des personnes déplacées azerbaïdjanaises dans leur terre natale doit être assurée», a-t-il précisé.

«L’Arménie est actuellement isolée et n'a pas accès aux itinéraires de transport. Le règlement du conflit permettrait à l’Arménie de bénéficier de la coopération régionale. Dans le même temps, l’Arménie doit mettre fin à sa politique d’occupation, mener une politique basée sur le droit international à l’égard de ses voisins et le gouvernement doit préparer son peuple à la paix avec les pays voisins», a-t-il conclu.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules