RÉGIONS


Les chevaux Karabagh

Bakou, 20 février, AZERTAC

L’Azerbaïdjan est l’un des pays où l’élevage de chevaux a apparu depuis les temps anciens. L’élevage de chevaux s’était largement répandu à Manna, en Médie, à l’Atropatène et en Albanie, anciens états azerbaïdjanais. Une série de races de chevaux locaux ont émergé à la suite de l’évolution des chevaux azerbaïdjanais en conséquence des conditions naturelles et historiques, ainsi que grâce aux besoins de la vie quotidienne pendant de nombreux siècles. L’un d’entre eux est le célèbre cheval Karabagh, ayant évolué dans la région du Karabagh de l’Azerbaïdjan. Il est possible de conclure, à la lumière de nombreuses recherches et de différentes sources historiques, que le cheval Karabagh avait tiré son origine de la race des chevaux de Manna, de Médie, surtout des chevaux Nesey (nom de la plaine de Nesey située au sud-ouest de la Caspienne) ayant existé sur le territoire de l’Azerbaïdjan dans les temps préhistoriques.

Les usines des khans du Karabagh avaient joué un rôle indispensable pour l’amélioration et la popularisation des chevaux Karabagh en tant que race. Les travaux d’élevage d’étalons reproducteurs étaient menés dans les usines et les écuries des descendants des dynasties de Panah khan, Ibrahim khan, Mehdigoulou khan, Djafargoulou khan, Khourchidbanou Natavan et des autres. Les chevaux appartenant principalement aux quatre races, Maymoun, Garniyirtiyg, Elyetmez et Tokhmag étaient élevés dans les usines des khans du Karabagh. Les chevaux Karabagh sont principalement brun doré et alezan, résistant, de moyenne taille, leur corps est proportionnel, adapté au troupeau.

Les chevaux Karabagh ont été représentés avec succès à de nombreuses expositions internationales. Par ex, le cheval Karabagh surnommé «Khan» a été récompensé lors d’une exposition en France en 1867. Maymoun avait remporté l’argent et Tokhmag le bronze, ainsi que le cheval surnommé «Elyetmez» de Natavan, fille de khan, avait reçu un certificat au Salon du cheval de toute la Russie organisée en 1869. Les chevaux Karabagh avaient été exportés vers la Russie, ainsi que vers un certain nombre de pays européens et utilisés pour l’amélioration de beaucoup de races chevalines, y compris celles de Kabardin et du Don. L’envoi comme cadeau d’un cheval Karabagh surnommé «Zaman» à la reine d’Angleterre Élisabeth II par le gouvernement soviétique en 1956 est considéré comme l’un des événements importants dans l’histoire de l’élevage équin de l’Azerbaïdjan.

L’effondrement des relations socio-économiques féodales en Azerbaïdjan au XIXe siècle, l’annexion du pays à la Russie tsariste, la dégénérescence des chevaux Karabagh à la suite de la vente de nombreux chevaux, notamment des juments à la Russie, l’Angleterre, l’Iran et aux autres pays, l’impulsion que les événements du début du XXe siècle ont donnée à ce processus ont mis en avant une nouvelle approche vis-à-vis des chevaux Karabagh : la réhabilitation de cette race chevaline uniques.

La création du Centre d'élevage de chevaux d’Aghdam a été l’événement le plus marquant de l’histoire des chevaux Karabagh au XXe siècle. Les préparations préliminaires avaient été réalisées pour compléter cette usine. En 1946, la commission spéciale du Commissariat du peuple pour les terres s’était rendue aux régions d’Aghdam, Choucha, Khodjavend, Barda, Yevlakh, Tovouz où les chevaux Karabagh s’étaient largement répandus, et avait sélectionné 60 chevaux, dont 59 juments et 1 étalon.

En automne 1947, ces chevaux ont été réexaminés par les spécialistes des ministères des Sovkhozes et de l’Agriculture de la RSS d’Azerbaïdjan et 27 jument d’entre eux ont été définis comme les chevaux les plus typiques du Karabagh. Au printemps 1984, ces juments ont été amenés avec leurs poulains à la ferme avicole de Khaldan dans la région de Yevlakh et ainsi, a été posée la première pierre du centre. Mais, le territoire de la ferme avicole de Khaldan n’était pas favorable pour le centre d’élevage de chevaux. Ici, l’été était très chaud, le sol et la végétation étaient assez différents à celles de la nature du Karabagh. Par conséquent, en 1949, le centre a déménagé au village d’Eyvazkhanbeyli de la région d’Aghdam. La mise en place du Centre d’élevage de chevaux d’Aghdam a joué un très grand rôle dans l’amélioration de la race du cheval Karabagh.

Suite à l’agression militaire de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan vers la fin du XXe siècle, le Centre d’élevage de chevaux d’Aghdam a été déplacé en 1994 au territoire appelé Khamtorpagh de la région d’Aghdjabadi. Bien que le sol, l’eau et la végétation ne puissent remplacer ceux d’Aghdam, terre natale des chevaux Karabagh, ces derniers se sont adaptés aux conditions défavorables pour eux au cours de la période écoulée. A présent, environ 200 chevaux sont élevés au Centre d’élevage de chevaux d’Aghdam. 30 à 40 poulains sont nés chaque année et ils remplacent les chevaux âgés et ayant perdu l’efficacité. Certains d’entre eux sont entraînés et éduqués, puis envoyés à la Place nationale de Djidir de Bakou.

Ces dernières années, l’Etat azerbaïdjanais a pris des mesures sérieuses afin de rétablir la gloire des chevaux d’Azerbaïdjan et d’assurer le développement de l’élevage de chevaux dans le pays.

En 2007, la Loi de la République d’Azerbaïdjan «Sur l’élevage de chevaux» a été adoptée et des décrets pertinents ont été signés par le président Ilham Aliyev pour l'application de cette loi. Dans le même temps, le Programme sur le développement de l’élevage de chevaux a été ratifié. Certaines conditions ont été créées et un terrain a été accordé pour l’élevage des chevaux Karabagh sur le territoire de Khamtorpag, à Aghdjabadi.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules