CULTURE


Ephraim Salzmann : La musique azerbaïdjanaise est très magistrale et impressionnante

«Pour moi, la musique est un élixir de vie »

Bakou, 5 avril, AZERTAC

L’ambassade de Suisse en Azerbaïdjan a organisé un concert des musiciens suisses à Bakou et à Sumgaït dans le cadre des Semaines de la Francophonie en Azerbaïdjan. Le duo Marc Ayman et Ephraim Salzmann s’est produit au Centre international de mougham à Bakou le 30 mars et au Théâtre dramatique d’État de Sumgaït le 1er avril. « Ô bel été »! Dans ce projet intitulé «Eternal Songs», le chanteur guitariste Mark Aymon et le percussionniste Ephraim Salzmann ont interprété des chansons folkloriques issues de la synthèse de la musique contemporaine et des chansons folkloriques traditionnelles. Il faut dire que ce duo a conquis le cœur du public avec des concerts l’année dernière dans plusieurs pays du monde.

Marc Aymon est né en 1982 à Sion, en Suisse. C’est un chanteur habitué au voyage et à l’art. Il est l’auteur de « L’astronaute », « Un amandier en hiver », « Marc Aymon » et « Une seule bouche ». Ses chansons ont parcouru l’Amérique du Sud, l’Afrique, l’Iran, les États-Unis et tous les pays francophones. Il a également participé à de nombreux festivals, dont le festival de Nyon Paleo, ainsi qu’à de nombreux concerts.

Ephraim Salzmann est né en 1975 à Naters, en Suisse. Depuis son enfance, il vit et travaille dans l’univers de la musique. Valais dulcimer, percussions, Kotamo, Handpan, Bockhornxylo, Glasudu et d’autres instruments, aussi bien à percussion qu’à rythme on se souvient de ses performances. Depuis plus de 20 ans, il est apparu sur la scène suisse du Valais et en Allemagne.

Après les concerts, Ephraim Salzmann a partagé ses avis sur ces répondu aux questions de « Le Carrefour », seul journal francophone du pays.

L’AZERTAC présente l’interview :

 

Vous avez donné deux concerts en Azerbaïdjan. Dans le concert au Centre international de mougham, j’ai vu votre enthousiasme sur scène. Comment s’est passé le concert à Soumgaït ? Quel est votre avis sur l’auditoire azerbaidjanais ?

Mon enthousiasme pour les concerts est toujours très grand. J'aime l'expression personnelle à l’aide de la musique. Le langage de la musique me donne l’occasion de dire ce que je ressens, comment je pense et comment je vis et ce, sans parler. Je peux mieux m'exprimer avec la musique qu'avec les mots. Les mots sont souvent mal compris ou interprétés, mais la musique est comprise de tous.

Les concerts en Azerbaïdjan étaient fantastiques. Les deux théâtres de Bakou et de Sumgaït sont très impressionnants, témoins d’une grande culture et sont des chefs d’œuvre architecturaux. Le son de la salle de concert est très sensible, ce qui signifie que chaque note de musique, chaque petit son est audible, même sur scène. Les auditeurs étaient venus en nombre, alors ça marche fort dans les moments calmes. Vous entendez chacun, vous sentez comme j'entends le souffle de tout le monde. Cela crée un moment très excitant lors du concert, car vous ne faites qu'un avec le public, mais vous pouvez également être dérangé si le public n'est pas silencieux.

L'avantage est que lorsque le public chante et applaudit, cela crée un échange d'énergie et culturel important.

Le public était très touchant et nous a beaucoup rendu. Il reste une expérience inédite des conquérants de l’Azerbaïdjan.

 

Parlez-nous un peu de votre intérêt à la musique, s’il vous plait.

 

Par la musique, j’ai la capacité de raconter ma vie, mes sentiments, mes expériences, un échange de ma vision personnelle du monde. Toucher les gens avec ma musique signifie beaucoup pour moi. Je peux partager tous mes sentiments, mon amour et mon respect, ainsi que beaucoup de choses sur mon passé et ma culture.

Pour moi, la musique est un élixir de vie. La musique m’est vitale tout comme ma respiration, les battements de mon cœur et mon amour de la terre.

J'ai longtemps cherché un but dans la vie. Avec la musique, j'ai reçu le don de me connecter aux gens, de maîtriser les frontières, de briser le racisme, de faire connaissance avec les cultures, de parcourir le monde, d'inspirer les gens, de me guérir et me retrouver moi-même, de donner aux gens l'occasion d’expérimenter la musique en tant qu’ expression personnelle. La musique renforce les ressources de chaque individu et elle est universelle. Le monde est sain.

 

Vous avez montré une bonne performance sur scène en utilisant divers instruments. Est-ce que vous connaissez les instruments nationaux azerbaidjanais ?

Oui, j'adore les différents instruments. Cela me permet une expression polyvalente. Je joue moi-même d’instruments de différents types: instruments à cordes, idiophones, instruments à vent, instruments à percussion, essentiellement des instruments des éléments de la Terre: vent, eau, terre et feu. Je préfère les instruments en bois pour des raisons tonales, mais aussi ceux en métal. En fonction du son recherché, je choisis un instrument.

De l'héritage de mon père Amadé Salzmann, je joue du "Valais dulcimer", le "Santur" de Suisse. Mon père était un grand musicien, artiste, compositeur et luthier. Il développa lui-même le "dulcimer valaisan" et le construisit pour moi. C'est mon instrument principal et mon préféré. Il combine parfaitement le rythme et la mélodie pour moi. En tant que percussion, je connais et joue de la batterie et de divers instruments de percussion. Je connais donc très bien "Laggutu", "Naghara's", "Gaval", "Daf", "Dumbak". La musique azerbaïdjanaise est très magistrale et impressionnante, unique de par sa technique, son rythme et son expression musicale.

 

Vous avez visité beaucoup de pays et donné de nombreux concerts. Est-ce que c’était votre première visite en Azerbaïdjan. Quel est votre avis sur notre pays ? Avez-vous eu le temps de vous promener à Bakou ?

Oui, j'ai la chance de beaucoup voyager grâce à la musique. Je joue principalement en Suisse et en Allemagne. J'ai aussi joué en Autriche, en Italie, en Irlande et en Chine. Pour la tournée en cours, je me suis rendu pour la première fois au Liban, en Égypte, aux Émirats arabes unis, en Indonésie, en Australie, en Azerbaïdjan et en Iran. C'est très impressionnant de connaître différents pays et leur culture.

En Azerbaïdjan, en particulier à Bakou, j'aime la cuisine variée, l'architecture impressionnante, les nombreux bazars, les couleurs, les tapis et leurs magnifiques motifs ainsi que l'art textile. J'aime beaucoup me promener dans la "vieille ville", me laisser guider par le goût, le son et le sourire amical des gens. C’est ma première mais certainement pas ma dernière visite à Bakou. J'aimerais y revenir avec mon "Valais dulcimer" (Santur) pour expérimenter et échanger plus de culture.

Je vous remercie sincèrement pour l'accueil chaleureux que vous m’avez réservé, j’ai particulièrement apprécié la chaleur des gens en Azerbaïdjan.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules