CULTURE


Lahydj, l'une des destinations touristiques les plus préférées

Bakou, 13 mai, AZERTAC

Le vieux bourg de Lahydj reflète même aujourd'hui les éléments de la culture urbaine médiévale. Situé à 36 km du centre-ville d'Ismayilli et considéré comme l'un des lieux les plus préférés des touristes, le bourg de Lahydj est un vrai centre de la tolérance. Avec son air frai, ses forêts vertes, ses hautes montagnes, ses monuments historiques et son artisanat, Lahydj reste une destination de prédilection pour les touristes.

7 mosquées, 7 sources et 7 quartiers

La place du marché est la porte d'entrée de Lahydj. C'est un bourg sans voiture. On s’y promène à cheval ou à pied. Il y a un stationnement non loin de la place du marché. Des centaines de touristes viennent chaque jour à Lahydj. L'une des particularités de Lahydj consiste à ce que les bâtiments construits dans le bourg sont liés au chiffre 7. C'est-à-dire, historiquement, il a eu 7 mosquées, 7 sources et 7 quartiers à Lahydj, entouré d'une chaîne de 7 montagnes. Les Tats constituent la population autochtone du bourg. Bien que la population soit d'origine tat, les habitants du bourg s'appellent eux-mêmes Lahydjis. Ils ont leur propre langue. Lahydj s'est développé comme un ancien centre artisanal. Aux XVIIIe-XIXe siècles, le bourg était l'un des principaux centres de fabrication de poteries en cuivre et des armes. Des produits étaient ornés avec goût et de motifs complexes. Au milieu du XIXe siècle, il y avait plus de 200 ateliers à Lahydj où se pratiquaient 127 métiers différents.

Lahydj, musée-réserve

Transformé en musée-réserve, Lahydj compte des quartiers et mosquées anciens, des forteresses, des propriétés personnelles qui sont protégés par l'Etat. Les habitants de Lahydj s'occupent principalement de la joaillerie, de la tapisserie, de la fabrication des produits en cuivre etc. Les pots et les armes produits par les artisans locaux étaient les plus vendus au Caucase et au Proche-Orient. Lahydj se développe aujourd'hui comme un centre culturel. Les visiteurs du bourg sont témoins de la production de différents objets ménagers dans des dizaines d'ateliers. Selon les sources historiques, les fondements du premier quartier de Lahydj ont été jetés aux IIIes-IVes siècles. Il est très intéressant que le bourg possède un système d'eau et de canalisation ayant plus de 1500 ans. Autrefois, il n'y avait pas de route menant à Lahydj. Il n'y avait que des chemins sinueux de montagne pour aller au bourg. Mais à présent, il est possible de parcourir cette route en quelques minutes, ce qui engendre l'afflux de touristes dans ce bourg qui accueille des visiteurs durant toute l’année.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules