CULTURE


Un recueil de poèmes de Leyla Aliyeva publié en Turquie

Bakou, 16 octobre, AZERTAC

Un recueil de poèmes intitulé « On dirait que tu es la flamme » de Leyla Aliyeva, vice-présidente de la Fondation Heydar Aliyev, a été publié à Ankara, en Turquie. Préparé pour l’édition dans le cadre d’un projet réalisé sous le slogan « Faisons connaître la littérature azerbaïdjanaise » sous la direction de Sona Valiyeva, docteur ès lettres, fondatrice de la société éducative « Kaspi », écrivain et publiciste, le recueil a été publié par l’Union eurasienne des écrivains.

Le recueil de poèmes intitulé « On dirait que tu es la flamme » figure parmi les publications sélectionnées de la « Littérature azerbaïdjanaise » présentée aux lecteurs par l’édition turque « BENGÜ ». Parues sous la direction du président de l’Union eurasienne des écrivains, Yagoub Ömeroglu, ces publications présentent les œuvres des illustres écrivains et poètes du monde turc.

Le rédacteur du recueil « On dirait que tu es la flamme » est Sabir Chahtakhty, docteur ès sciences politiques, chef du bureau de l’AZERTAC en Turquie. Les poèmes ont été adaptés en turc par Metin Yildirim, traducteur et écrivain connu.

L'avant-propos intitulé « Un nouveau souffle dans la poésie turque » met en relief les similitudes d’expression dans la créativité poétique de Mme Aliyeva et dans les œuvres littéraires des poètes de renommée mondiale. Par exemple, dans son poème « Le Temps », la poétesse a pu décrire ses pensées sur l’écoulement rapide du temps avec des expressions raffinées et délicates. Khaled Husseini, écrivain américain d'origine afghane, se plaint de l’écoulement rapide du temps dans l’un de ses ouvrages en disant : « Si je pouvais arrêter le temps ». Alors que Leyla Aliyeva exprime sa préoccupation de l’écoulement sans cesse du temps comme un ruisseau en disant :

Le temps, arrête-toi pour un instant,

Où es-tu pressé ? Attends un moment.

Arrête-toi, attends et écoute-moi,

Je partagerai mon chagrin avec toi.

Le recueil « On dirait que tu es la flamme » est le livre qui contient le plus de poèmes de Leyla Aliyeva. Sans aucun doute, le recueil de poèmes présenté pour la première fois aux lecteurs turcs attirera l’attention des amateurs de poésie, des compositeurs et des lecteurs dans le pays frère.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules