POLITIQUE


Christan Johannes Henrich : Les réformes en cours en Azerbaïdjan garantiront le développement du pays

Bakou, 15 décembre, AZERTAC

Le docteur Christian Johannes Henrich, directeur du Centre de recherche sur l'Europe du Sud-Est et le Caucase, a répondu aux questions du journaliste de l'AZERTAC, Anar Allahverdi, sur le rôle de l'Azerbaïdjan dans les relations internationales, sa politique de multiculturalisme, les réformes réalisées dans le pays ces derniers temps. Nous présentons le texte intégral de l'entretien.

- Monsieur Christian Johannes Henrich, en tant que directeur du Centre de recherche sur l'Europe du Sud-Est et le Caucase, vous menez la recherche sur le Caucase depuis de longues années. Comme un scientifique connaissant le Caucase en Allemagne, comment évaluez-vous le rôle de l'Azerbaïdjan dans les relations internationales ?

- En effet, l'Azerbaïdjan a un rôle important dans le système des relations internationales et apporte une contribution significative à la politique de sécurité européenne. L'Azerbaïdjan participe activement au programme Partenariat pour la paix de l'OTAN. Il joue également un rôle particulier dans la politique sécuritaire de la région à travers de GUAM dont il est membre. Bien sûr, il existe des liens étroits en matière de sécurité aussi entre l'Azerbaïdjan et la Turquie, ce qui renforce également les relations de l'Azerbaïdjan avec l'Occident. En plus, les activités conjointes avec les États-Unis dans les différentes sphères militaires et le développement de liens militaires avec le Pakistan confirment l'importance de l'Azerbaïdjan en tant que sujet du système des relations internationales.

- Un autre rôle important de l'Azerbaïdjan dans l'arène internationale est lié à sa politique énergétique. La signature avec l'Union européenne (UE) des documents stratégiques prévoyant le transport de gaz montre que l'Azerbaïdjan est un partenaire important dans la politique énergétique de l'UE. Donc, l'Azerbaïdjan revêt non seulement une importance cruciale en Europe, mais aussi il acquiert des opportunités supplémentaires d'influence. Des projets tels que l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan et le gazoduc Transanatolien (TANAP), principal segment du Corridor gazier Sud, constituent des éléments importants de la politique énergétique de l'Azerbaïdjan. Ces projets contribuent à surmonter la dépendance de l'Europe en matière d'approvisionnement énergétique. Le chemin de fer Bakou-Tbilissi-Kars fait partie du corridor de transport en destination Europe-Caucase-Asie et constitue, en tant que projet d'infrastructure important, une porte supplémentaire donnant sur l'Europe.

- Ces derniers temps, des réformes fondamentales sont en cours de réalisation en matière d'administration publique en Azerbaïdjan. Il serait intéressant de connaître votre point de vue à ce sujet.

- La mise en œuvre de ces réformes par le président Ilham Aliyev est une démarche jugée positive sur la scène internationale. La promotion des jeunes cadres modernes et instruits témoigne d'une approche complètement différente. Le président Ilham Aliyev fait une bonne démarche à ce sujet. Les réformes en matière d'administration entraîneront un renouveau et garantiront ainsi le développement de l'Azerbaïdjan en tant que pays prospère.

- Comme vous le savez, le multiculturalisme fait partie intégrante des politiques publiques en Azerbaïdjan. Qu'en pensez-vous?

- Il est évident que le multiculturalisme est un sujet très important. En regardant la région du Caucase, nous voyons que l'Arménie est un pays mono-ethnique. On peut citer en exemple les Kurdes sur le territoire de l'Arménie. La plupart des Kurdes qui y vivaient ont été forcés de quitter le pays et les autres ont a été victimes d'une politique d'assimilation. Le même scénario s'était appliqué envers les Azerbaïdjanais de souche qui vivaient en Arménie à l'époque. L'Arménie maintient l'occupation des 20% de territoire azerbaïdjanais en dépit du droit international. Les habitants des territoires occupés ont été forcés de fuir leurs foyers. En raison de cette politique, on ne peut rencontrer aucun Azerbaïdjanais en Arménie, ni dans les territoires occupés de l'Azerbaïdjan, et une politique de nettoyage ethnique et de réinstallation a été mise en œuvre. En revanche, plus de 120 mille Arméniens vivent avec d'autres minorités ethniques en Azerbaïdjan. En bref, l'Azerbaïdjan est un pays modèle pour la région. Bref, l'Azerbaïdjan est un pays modèle pour la région. Les mesures de tolérance et de multiculturalisme en Azerbaïdjan revêtent une importance particulière. Ce genre d'événements, surtout la tolérance en Azerbaïdjan sont très appréciés par la communauté internationale.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules