ACTUALITES OFFICIELLES


Le président Ilham Aliyev présente ses vœux de Novrouz aux Azerbaïdjanais VIDEO

- Chers compatriotes, je vous félicite de tout cœur pour la fête de Novrouz et je souhaite excellente santé et bonheur au peuple azerbaïdjanais. Le Novrouz, c’est notre fête nationale, notre richesse nationale. Le peuple azerbaïdjanais célèbre cette belle fête depuis des siècles.

Il n'est pas possible d'organiser des événements publics cette année à cause du coronavirus. Je suis sûr que le peuple azerbaïdjanais est bien conscient de la situation. Toutes les mesures prises par l'État azerbaïdjanais visent à assurer la santé de la population et la sécurité de notre pays. Donc, je demande à chaque citoyen de comprendre sa responsabilité et une attention particulière doit être accordée à la génération du troisième âge. Le troisième âge est toujours respecté dans la société azerbaïdjanaise. Je me suis assez largement exprimé à ce sujet et je tiens à répéter que c'est l'un des piliers essentiels de notre société. Nos traditions, nos valeurs nationales, notre respect et notre attention pour les personnes du troisième âge constituent nos particularités nationales, et nous devons continuer à les protéger. Cependant, dans le contexte actuel, une attention particulière devrait être accordée à la génération plus âgée. Ils doivent être respectés, non pas en paroles, mais en actes. Car les complications les plus graves de cette maladie sont observées chez les personnes âgées. Je suis convaincu que nous lutterons ensemble contre cette maladie qui est devenue une pandémie à travers le monde et ce combat portera ses fruits.

Le travail accompli depuis le début de l'année témoigne une fois de plus du développement réussi de notre pays, l'Azerbaïdjan se modernise. Les réformes menées en Azerbaïdjan couvrent presque tous les domaines. Les réformes menées en 2019 ont entraîné des changements importants dans le domaine économique. Grâce à l'application des principes de transparence, plus d'un milliard de manats ont été versés au budget de l'État et qui ont été dépensés jusqu’au dernier sou pour la résolution des problèmes sociaux de la population. Comme vous le savez, la situation financière de 4,2 millions de citoyens azerbaïdjanais s’est améliorée grâce aux mesures prises par le gouvernement l'année passée, les salaires, les pensions et les prestations sociales ont considérablement augmenté. Cela prouve une fois de plus que l'Azerbaïdjan est un État social et que le principal objectif de toutes nos opportunités économiques est la sécurité sociale des citoyens. Le travail dans ce sens se poursuivra à l'avenir. Les deux premiers mois de 2020 montrent que des mesures supplémentaires seront possibles en ce sens.

Depuis le début de l'année, les processus dans notre pays vont dans le bon sens, la stabilité et la sécurité sont garanties en Azerbaïdjan. Ce sont le peuple azerbaïdjanais, la solidarité et l’unité de la nation avec le pouvoir qui sont le garant de la stabilité. Cette unité s’est confirmée une fois de plus aux élections législatives. Les élections législatives du 9 février sont un événement important dans la vie de notre pays. Elles ont réaffirmé que la politique menée dans notre pays était appréciée par le peuple. Les élections législatives ont reflété la volonté du peuple azerbaïdjanais et la société azerbaïdjanaise a été satisfaite des résultats de ces élections.

Lors de la première séance du nouveau parlement, j'ai parlé des tâches qui se posent devant le parlement. Je voudrais ajouter que la composition du parlement a été renouvelée et que les représentants de l'opposition sont présents eux aussi, pour la première fois, à la tête du parlement. Dans le même temps, les représentants de l'opposition sont représentés à la présidence des commissions parlementaires. Il s'agit d’une première dans l'histoire de notre pays et cela montre encore une fois que notre intention consiste à améliorer le système multipartite. Ce n'est un secret pour personne que la majorité des voix au parlement appartient au parti Nouvel Azerbaïdjan. Bien entendu, ces réformes n'auraient pas été possibles sans l'approbation du Nouvel Azerbaïdjan. Cela montre que les mesures prises en ce sens auront un impact positif sur le futur développement de notre pays et qu'une nouvelle configuration du système politique se forme dans notre pays.

Dans le même temps, l'Administration présidentielle a proposé un dialogue avec tous les partis politiques. C'est aussi une démarche très sérieuse. Ce n'est un secret pour personne qu'aujourd'hui le pouvoir azerbaïdjanais est plus fort que jamais. Nous pensons que le puissant doit faire le premier pas, faire la première proposition et, si possible, guider ceux qui se sont égarés. C'est-à-dire que nous l'avons fait, et je suis heureux que la majorité absolue du spectre politique ait répondu favorablement à cette initiative, le dialogue politique a commencé. Je suis convaincu que les résultats de cette action seront positifs pour notre peuple et pour le développement futur de notre pays. Quant aux groupes qui abandonnent ce dialogue, c’est leur propre décision. En tout cas, j'ai dit, je tiens à répéter que nous ne serons pas les perdants et il n'y aura pas de place pour les traîtres et les représentants de la cinquième colonne dans la nouvelle configuration politique. L'Azerbaïdjan est nettoyé des traîtres, des représentants de la cinquième colonne et il le doit. Dans le même temps, le peuple azerbaïdjanais comprend très bien qu'il existe une lutte très sérieuse contre les situations désagréables et que la lutte contre la corruption et la concussion se poursuivra. Les événements récents et les mesures prises en ce sens le confirment une fois de plus.

Depuis le début de l'année, nos positions internationales se sont renforcées encore davantage. Mes rencontres bilatérales avec les partenaires étrangers ont une fois de plus démontré que l'Azerbaïdjan est très respecté et notre politique est très approuvée. Dans le même temps, ma participation à des événements internationaux a renforcé davantage la position de notre pays. Comme vous le savez, le Forum économique mondial de Davos est le forum politique et économique numéro 1 au monde. Des élites politiques et commerciales du monde entier se réunissent à ce forum. Je participe à ce forum depuis de nombreuses années et chaque participation apporte à notre pays de nouveaux dividendes, à la fois politiques et économiques. Cette fois, j’ai été assuré une fois encore que les processus en cours en Azerbaïdjan suscitent un grand intérêt. Tous mes interlocuteurs mentionnaient que l'Azerbaïdjan est un pays stable et qu’aujourd’hui le maintien de la stabilité dans la région instable, dans un monde instable, demande une grande capacité et une compétence politique. En raison de la stabilité, l'investissement en Azerbaïdjan est également assuré. Le pays a attiré l'an dernier 13,5 milliards de dollars d’investissement et des documents pertinents relatifs à 440 millions de dollars d’investissements étrangers dans les énergies renouvelables en janvier dernier. En général, notre présence au Forum économique mondial de Davos a été très fructueuse. C’est en Azerbaïdjan que sera établi le centre pour la Quatrième révolution industrielle du Forum économique mondial de Davos. Le centre couvrira l’espace Caucase-Asie centrale et un document pertinent a été signé. Cela démontre à nouveau nos positions fortes.

En même temps, je pense que la conférence numéro un sur la sécurité au monde est la Conférence de Munich sur la sécurité. Je participe régulièrement à cette conférence aussi et chaque fois je fais connaître les réalités de l'Azerbaïdjan à un large public. En particulier, je transmets la position équitable de l'Azerbaïdjan et les aspects historiques concernant le conflit du Haut-Karabagh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Cette fois-ci, une meilleure occasion s'est présentée et l'Azerbaïdjan a une nouvelle fois démontré sa supériorité sous les yeux du peuple azerbaïdjanais et de la communauté mondiale. Notre position équitable est prouvée par la vérité historique et est soutenue par les normes du droit international. Lors de la Conférence de Munich sur la sécurité, un coup dévastateur a été porté à la propagande menée au fil des années par l'Arménie et la diaspora arménienne. Leur propagande a été presque détruite par les preuves, les faits historiques, les résolutions et les décisions prises par des organisations internationales. Je pense que ce coup bouleversant est la fin de la propagande arménienne. Le public de la Conférence de Munich sur la sécurité est assez large. Étant donné que les débats en direct des dirigeants de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie ont eu lieu pour la première fois, il n'est pas difficile d'imaginer que ces débats suscitaient un grand intérêt, et des millions de personnes ont pu les regarder en direct et après la diffusion. Donc, notre cause juste a été confirmée une nouvelle fois et le monde entier a revu que, comme je l'avais dit en direct en marge du Forum de Valdaï, le Karabagh, c’est l'Azerbaïdjan et signe d'exclamation.

Les succès économiques obtenus cette année nous rendent certainement heureux. En deux mois, le PIB a augmenté de 2,8%. Dans le secteur non pétrolier, l'économie a progressé de 6,7%. La production industrielle dans le secteur non pétrolier a augmenté de 21,7%. Les revenus de la population se sont accrus de 9% et l'inflation n'est que de 2,8%.

A la suite des réformes et des mesures de transparence, 252 millions de manats, en plus des prévisions, ont été introduits dans le budget de l'État en deux mois. Cela montre une fois de plus que les mesures prises en matière de transparence et la politique menée contre l'économie souterraine portent leurs fruits. Je suis convaincu que cette tendance positive se poursuivra jusqu'à la fin de l'année et la face cachée de l'économie azerbaïdjanaise s'éclaircira. Cela ne dépend pas seulement des activités des organismes publics. Les entrepreneurs aussi doivent être conscients de leurs responsabilités, aller dans le bon sens et payer les impôts jusqu'au dernier sou. Car, ils doivent savoir que ces impôts visent à augmenter les salaires et les pensions des gens.

Cette année, il est prévu de faire un grand travail dans le domaine social. Depuis le début de l'année, trois grands hôpitaux ont été inaugurés en ma présence à Goranboy, Chemkir et Gazakh. Il est encore prévu d'inaugurer de nouveaux hôpitaux et des travaux seront menés en matière de création de l'infrastructure sociale. Bien que les prix du pétrole aient fortement chuté sur les marchés mondiaux, tous nos engagements sociaux seront tenus. Bien que nos dépenses budgétaires dans le domaine social aient considérablement augmenté suite aux mesures et décisions prises l'année dernière, tous les engagements sociaux seront assurés et tous les projets d'infrastructure sociale seront pleinement mis en œuvre.

La construction de sept mille appartements visant à améliorer les conditions de logement des personnes déplacées internes sera assurée. En plus, 1500 appartements seront bâtis pour les familles des martyrs. Cela ne devrait faire aucun doute. Je suis convaincu que nous terminerons aussi avec succès l’an 2020. Cependant, de nombreux pays sont actuellement confrontés à de grands défis. Dans ces pays-là, la stabilité politique est fragilisée et la crise économique a déjà commencé. De plus, certains pays producteurs de pétrole souffrent déjà de la chute des prix du pétrole. Le coronavirus, bien sûr, complique la situation. Malgré tout, j’espère que l'Azerbaïdjan s’en sortira avec honneur et indemne. Pour y parvenir, nous devons tous faire preuve de solidarité, de responsabilité et d’unité. Pour protéger notre peuple et notre État en ces moments difficiles pour le monde, nous devons une fois de plus démontrer les qualités les plus remarquables de notre peuple et les présenter au monde.

Comme vous le savez, le coronavirus est le problème numéro un de l'ordre du jour mondial. L'épidémie de Covid-19 a été déclarée comme une pandémie par l'Organisation mondiale de la Santé et c’est l’Europe qui est l’épicentre de la pandémie. La propagation de l’épidémie démontre que même les pays développés sont incapables de l’empêcher. Il n’y a aucun médicament, ni vaccin contre ce virus et personne ne sait quand il sera fabriqué. Donc, dès le début, nous avons commencé à prendre des mesures pratiques pour freiner et empêcher la propagation de l’épidémie. Sur mon ordre, un quartier général des opérations a été créé auprès du Cabinet des ministres le 24 janvier dernier. Ce quartier fonctionne 24h sur 24, supervise les activités de toutes les organismes gouvernementaux, veille et coordonne tous les travaux liés au coronavirus. De sérieuses mesures ont été prises. Nous coopérons avec l'Organisation mondiale de la santé depuis le 24 janvier dans format tout nouveau. Nous les avons invités dans notre pays. Nous avons pris des mesures très sérieuses dans notre pays suite à leurs recommandations. Ce n'est pas un hasard que les représentants de l'Organisation mondiale de la santé sont arrivés en Azerbaïdjan en mars et se sont familiarisés avec la situation, affirmant que les dirigeants azerbaïdjanais prenaient des mesures importantes et efficaces pour freiner la propagation du coronavirus. Et, c’est vrai.

Comme vous le savez, toutes les écoles maternelles, écoles et universités sont fermées. Il est désormais interdit d'organiser des événements de masse. Des règles de conduite spéciales sont appliquées depuis le 14 mars et le public est bien informé de cette question. Les citoyens reçoivent régulièrement des informations sur le coronavirus, sa propagation et ses conséquences. Des mesures de quarantaine sont mises en place, de nouveaux laboratoires ont été achetés. En peu de temps, quatre laboratoires modernes ont été achetés et maintenant le nombre de nos laboratoires a atteint 10. Des laboratoires supplémentaires seront achetés si nécessaire. Dix hôpitaux fonctionnent sous régime spécial. Ces hôpitaux sont situés dans les différentes régions du pays, y compris à Bakou. Les patients sont soignés et des mesures de quarantaine ont été mises en place dans ces hôpitaux.

Les voyages sont déjà limités et presque complètement interdits. De nombreux vols ont été annulés, des mesures pratiques ont été prises pour fermer nos frontières, la délivrance de visas électroniques a été interrompue et l’arrivée des personnes en Azerbaïdjan en provenance de pays où la pandémie s’est largement propagée a été interdite. Je suis convaincu que toutes ces mesures auront un effet positif. Notre objectif principal est de freiner la propagation du coronavirus en Azerbaïdjan. Les mesures prises par l'État ne suffisent pas pour y parvenir. L'État fait tout son possible, alloue des fonds. En début mars, 10 millions de manats ont été alloués pour lutter contre l’épidémie. Aujourd’hui, je déclare l’allocation d’une somme supplémentaire de 20 millions de manats provenant du fonds de réserve du président de la République afin d’assurer une lutte plus efficace contre cette maladie et l’augmentation des salaires du personnel soignant. Je remercie une fois de plus les médecins azerbaïdjanais. Ils luttent avec altruisme contre cette maladie, mettant leur santé en danger. Mais la haute responsabilité, le serment qu’ils ont prêté les poussent à le faire. Les patients doivent également suivre les instructions de leurs médecins.

C'est une maladie sans précédent qui n'a jamais été vue auparavant dans le monde et la vitesse de propagation de cette épidémie n’est pas connue. L’épidémie se généralise en un ou deux jours dans un certain nombre de pays développés. Cela indique que le COVID-19 a une période d’accumulation et puis, il se propage largement. Parallèlement à toutes les mesures prises par l’Etat, les citoyens devraient, tout d’abord, eux aussi comprendre leur responsabilité afin de parvenir à empêcher la propagation de cette maladie. Si quelqu’un sent des symptômes du coronavirus, il doit consulter immédiatement un médecin, s'isoler, éviter de visiter les lieux publics ou assister à des événements de masse. Ces évènements ont déjà été annulés, mais il n'y a aucune exception à ce que des irresponsables agissent en violation des règles. Je tiens à avertir tout le monde que des mesures sérieuses seront prises, parce que c'est un défi national, c'est la santé de notre peuple, la sécurité de notre État. Si quelqu’un ne respecte pas les règles annoncées le 14 mars, il sera accusé de manière très grave.

Malheureusement, on compte des faits sur l'irresponsabilité. Dans le même temps, nous constatons également une provocation ouverte. D'où vient cette provocation ? bien évidemment de la cinquième colonne, les ennemis qui sont parmi nous, des éléments qui se présentent comme l'opposition, des traitres qui sont financés de l’étranger.

Leur objectif principal, c’est de détruire l'Azerbaïdjan. L’échec de l’Azerbaïdjan les réjouit. Regardez leurs discours de haine et de provocation sur les réseaux sociaux. Il semble qu’ils veulent des émeutes, du désordre, de la panique. Et, puis, ils disent qu'ils prennent soin du peuple azerbaïdjanais. Ce sont des ennemis, et nous devons le dire clairement. Les conséquences de cette épidémie restent encore inconnues. Donc, il y aura des règles de relations complètement nouvelles pendant cette épidémie. Tout le monde doit le savoir et il n'est pas exclu qu'un Etat d'urgence puisse être déclaré à tout moment. Dans ce cas, l'isolement des représentants de cette cinquième colonne sera une nécessité historique. Le peuple azerbaïdjanais les a jetés, depuis longtemps, dans le dépotoir de l'histoire. Ils pourrissent là depuis près de 30 ans. Mais nous ne pouvons pas permettre que les milieux anti-Azerbaïdjanais, la cinquième colonne, les traîtres nationaux de commettre une quelconque provocation, en profitant de cette situation. Faites le savoir à tout le monde. Notre politique est claire et notre volonté est définitive. Comme toujours, nous résolvons et allons résoudre les problèmes du peuple azerbaïdjanais. À l'heure actuelle, pendant la période du coronavirus, les démarches de l'État azerbaïdjanais montrent à nouveau que la santé, la sécurité et le bien-être du peuple azerbaïdjanais sont prioritaires pour nous et nous prendrons toutes les mesures nécessaires pour y parvenir. Personne ne doit en douter.

Chers compatriotes, sœurs et frères, le monde entre dans une nouvelle ère. La particularité de cette période est qu'on ne sait pas quand l’épidémie disparaîtra et quelles seront les conséquences de cette maladie. Par conséquent, j’appelle à nouveau tout le peuple azerbaïdjanais à la solidarité et à la responsabilité. Je suis sûr que nous ferons face à tous ces examens.

Je tiens à féliciter encore une fois mon cher peuple pour cette merveilleuse fête et souhaite à tous les citoyens azerbaïdjanais bonne santé, longue vie et plein bonheur.

Joyeuse fête!

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter