POLITIQUE


Soltan Mammadov : Les causes réelles du conflit Arménie-Azerbaïdjan sont reflétées dans l’article de Pierre-Alain Raphan sur le Haut-Karabagh

Bakou, 6 août, AZERTAC

« Les causes réelles du conflit du Haut-Karabagh sont reflétées dans l’article intitulé « Tensions entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir » de Pierre-Alain Raphan, député de l’Essonne, président du groupe d’amitié France-Azerbaïdjan de l’Assemblée nationale », a déclaré Soltan Mammadov, chef du groupe de travail sur les relations interparlementaires Azerbaïdjan-France, dans une interview à l’AZERTAC.

Le député a dit que lors d'une visioconférence avec Pierre-Alain Raphan le 21 juillet dernier, ils avaient également échangé sur cette question et le député français avait reçu des informations détaillées sur le conflit. « Monsieur Raphan a souligné que les événements survenus lors du rassemblement de la communauté arménienne devant l'ambassade d'Azerbaïdjan sont en contradiction avec les exigences de la Convention de Vienne. Il a également proposé de mettre en place un groupe de coordination composé de membres du groupe d'amitié pour coordonner les activités relatives au conflit », a fait savoir le député.

Soltan Mammadov a souligné que le membre du parlement français avait évoqué que les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU confirmaient que le Haut-Karabagh appartenait à l'Azerbaïdjan. Selon lui, cela confirme que les milieux socio-politiques français sont conscients de la politique d'agression de l'Arménie. « Cela montre à la fois que la politique correcte et équitable de l'Azerbaïdjan, les travaux de propagande menés donnent des résultats. J'apprécie beaucoup cet article de M. Raphan. Cela manifeste à nouveau l'attachement de la France au droit international et au règlement équitable du conflit. Je pense que les faits reflétés dans l'article sont importants pour transmettre encore une fois notre juste position au monde, y compris à la France, pays coprésident du groupe de Minsk de l’OSCE », a estimé le député.

Le chef du groupe de travail Azerbaïdjan-France a dit que l'importance de l'Azerbaïdjan pour l'Europe et la France y était mise en valeur. « Je voudrais souligner particulièrement un avis exprimé dans l’article de M. Raphan. Il y est noté que la position pro-arménienne de nombreux membres de l'Assemblée nationale française contredit à la fois le droit international, ainsi que les intérêts stratégiques et les activités diplomatiques de la France et de l'Europe. C'est un point très important, un message sérieux adressé à de nombreux hommes politiques défendant les intérêts de l'Arménie en France, parce que chaque parlementaire, toute personne engagée en politique doit avant tout prendre en compte les intérêts de son pays et le droit international dans ses activités. Nous n'attendons pas et ne voulons pas que quiconque renonce aux intérêts de son pays. Donc, certains membres du parlement français devraient également évaluer correctement ce message. Nous attendons de chacun qu'il défende la justice, puisque prendre une position juste concernant le conflit du Haut-Karabagh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, c'est défendre l'Azerbaïdjan », a marqué le député azerbaïdjanais.

Soltan Mammadov a souligné que les travaux se poursuivraient pour élargir les relations avec les membres du parlement français et développer encore davantage la coopération. « Pour ce faire, il existe une très bonne base. Je pense que nous devons évaluer correctement les opportunités et renforcer davantage nos liens en s’appuyant sur la base déjà existante. Plus nous sommes connus en France, plus les gens seront nombreux à défendre notre position », a ajouté le député.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules