POLITIQUE


Le président Ilham Aliyev : Nous devions nous défendre. C’est ce que nous avons fait et nous le ferons jusqu’à ce que notre intégrité territoriale soit rétablie

Bakou, 5 octobre, AZERTAC

Le format des négociations, c’est Azerbaïdjan-Arménie. C'est un conflit entre deux pays. Le Premier ministre arménien a déclaré que ce n'était pas un format acceptable et que l’Azerbaïdjan doit négocier avec la soi-disant République du Haut-Karabagh qui n’est reconnue par aucun pays au monde, par l’Arménie non plus. Donc, c'était un acte délibéré visant à perturber les pourparlers parce qu'il savait que ni nous, ni les médiateurs ne l'accepteraient. Et les médiateurs que sont la Russie, les États-Unis et la France l’ont rejeté, a souligné le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev dans son interview à la chaîne de télévision Al-Arabiya.

« Ensuite, le Premier ministre arménien a déclaré que « le Karabagh, c’est l’Arménie », ce qu’aucun de ses prédécesseurs n’avait fait auparavant. Aucun d'eux, puisque cela signifie la fin des négociations. Car l’essence des négociations est de rendre les territoires à l'Azerbaïdjan par des moyens pacifiques, par des négociations, et puis d’assurer la coexistence normale entre les communautés azerbaïdjanaise et arménienne du Haut-Karabagh. Car avant la guerre, avant l’occupation de nos territoires par l'Arménie, les Azerbaïdjanais constituaient 25% de la population du Haut-Karabagh. Mais aujourd'hui, l’Arménie maintient sous occupation non seulement le Haut-Karabagh, mais aussi sept districts avoisinants où la population arménienne n'existait pas et qui comptaient plus de 700 000 Azerbaïdjanais. Ils ont tous été expulsés. Toutes leurs maisons ont été détruites. Tous nos monuments historiques, y compris nos mosquées, ont été détruits par les barbares arméniens et maintenant, alors que nous nous approchons du progrès, il y a un changement de gouvernement en Arménie. Une nouvelle équipe qui n'a absolument rien à voir avec la politique arrive au pouvoir, fait ces déclarations et actions destructrices, lance une agression militaire contre nous. Que devions-nous faire ? Nous devions nous défendre. C’est ce que nous avons fait et nous le ferons jusqu’à ce que notre intégrité territoriale soit rétablie », a souligné le président Ilham Aliyev.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules