SCIENCE ET ÉDUCATION


Le musée national de la littérature azerbaïdjanaise informe les musées du monde du vandalisme arménien

Bakou, 15 octobre, AZERTAC 

Le personnel du Musée national de la littérature azerbaïdjanaise Nizami Gandjavi a fait un appel aux musées du monde dans différentes langues étrangères concernant l'agression arménienne en cours contre l'Azerbaïdjan, les tirs de roquettes lancés sur Gandja et les nouvelles menaces de la puissance occupante.

L’AZERTAC présente le texte dans son intégralité :

Bien que nous vivions dans différents pays et parlions des langues différentes, il y a une chose importante qui nous unit tous.

Vous et nous accomplissons une importante mission humaniste, engagée dans la protection et la promotion de la littérature, de la culture et des valeurs spirituelles.

La culture est une patrie commune sans frontières qui unit toute l'humanité.

Notre musée porte le nom de Nizami Gandjavi, qui a vécu au XII siècle, a longtemps été l'un des classiques les plus exceptionnels de la littérature mondiale, ses œuvres ont été traduites dans la plupart des langues de l'Ouest et de l'Est, et ont eu un grand impact sur la culture mondiale.

L'ancienne ville azerbaïdjanaise et la ville natale de Nizami Gandjavi, qui glorifiait les idéaux universels, la paix, l'amitié, l'égalité et la justice entre les peuples et les nations, est aujourd'hui détruite par l'Arménie.

Les tirs de roquettes tirés par les forces armées arméniennes sur Gandja et la population civile en octobre a tué des innocents et détruit leurs maisons.

Gandja, où se trouve également le mausolée de Nizami, est l'histoire du début à la fin. Les bombes et les roquettes tirés là-bas détruisent également les perles rares du patrimoine culturel.

Notre musée a plusieurs branches. L'un d'eux porte le nom de la femme poète azerbaïdjanaise Khourchidbanou Natavan, fille du khan du Karabagh. Elle avait des relations amicales avec le grand écrivain français Alexandre Dumas. Cette branche du musée était située à Choucha, qui est actuellement sous occupation arménienne.

En 1992, lorsque la ville, l'un des berceaux de notre culture, a été envahie par les Arméniens, le musée a été détruit, les pièces exposées ont été usurpées et les employés sont devenus des personnes déplacées internes.

Ce n'est que l'un des musées azerbaïdjanais occupés par l'Arménie.

Dans les territoires occupés par l’ennemi, 22 autres musées, 6 galeries d'art, 762 monuments culturels mondiaux et nationaux, 4 600 000 livres et 927 bibliothèques avec des manuscrits ont été détruits et usurpés par les Arméniens.

Aujourd'hui, la ville de Gandja, capitale culturelle symbolique de l'Azerbaïdjan, située loin de la région du Haut-Karabagh, a été touchée par des tirs de roquettes avec des terribles destructions et des pertes. C’est également un coup direct porté au patrimoine culturel de milliers d'années.

Nous appelons tous les peuples du monde, vous, tous les travailleurs des musées et les personnalités culturelles du monde, qui servent une cause aussi noble que la préservation de la culture, à élever votre voix contre l'agression arménienne.

Aujourd'hui, la ville de Nizami est la cible de missiles arméniens.

Aujourd'hui, nous avons besoin de votre voix, de votre soutien et de votre solidarité pour empêcher cette atrocité contre les peuples et l'humanité, la culture et la moralité.

Il y a huit siècles, Nizami Gandjavi écrivait:

Faites le bien et faites le mal, croyez-moi,

Ce vieux monde ne les oubliera pas.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules