POLITIQUE


Elchin Amirbayov, adjoint de la première vice-présidente azerbaïdjanaise, accorde un entretien à Musulmans en France

Paris, 15 juin, AZERTAC

Monsieur Elchin Amirbayov, adjoint de la Première Vice-Présidente d’Azerbaïdjan, Madame Mehriban Aliyeva, et ancien ambassadeur d’Azerbaïdjan en France a accordé, à Bakou, un entretien exclusif à Musulmans en France sur la future normalisation des rapports entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie.

L’AZERTAC présente le texte de l’interview dans son intégralité ci-dessous :

Musulmans en France : Pendant la guerre du Haut-Karabakh, le gouvernement et une partie de la classe politique française, et notamment les sénateurs, ont pris position en faveur de l’Arménie. Le Sénat a notamment lancé un appel à la reconnaissance internationale de l’indépendance du Karabakh. Récemment le Président Macron a relayé les accusations arméniennes d’incursion de soldats azerbaïdjanais à l’intérieur des frontières arméniennes, malgré le démenti azerbaïdjanais. Comment réagissez-vous à ces prises de positions ?

Elchin Amirbayov : Ces prises de position, qui peuvent être qualifiées de maladroites et partiales, ont non seulement fait des dégâts sur les relations entre les deux pays, mais elles ont aussi contredit les positions qui ont été exprimées à maintes reprises par les différents responsables et les gouvernements français pendant toutes ces années où ils réaffirmaient que la France reconnaissait sans condition l’intégrité territoriale et la souveraineté de l’Azerbaïdjan, et c’était exactement la position exprimée lors de cette guerre de 44 jours par le Président Macron. Cette position est la base principale sur laquelle nous devons essayer maintenant de continuer à travailler ensemble et faire ensemble que tous les membres de la communauté internationale, y compris les pays médiateurs, s’adaptent aux nouvelles réalités géopolitiques de la période d’après-guerre.

Musulmans en France : Alors, comment voyez-vous l’avenir de la région ?

Elchin Amirbayov : L’Azerbaïdjan accorde une grande importance à la construction réelle de la paix et de la stabilité dans la région du Caucase du Sud, par le biais de la normalisation des relations entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie. Le Président de l’Azerbaïdjan, Monsieur Ilham Aliyev, a déjà proposé à ses interlocuteurs arméniens de commencer le travail sur l’élaboration d’un traité bilatéral de la paix avec l’Arménie, qui va créer la base juridique pour les relations diplomatiques entre les deux pays et qui va réaffirmer le respect mutuel en matière d’intégrité territoriale, de souveraineté, et d’intangibilité des frontières des deux Etats.

En ce qui concerne la population d’origine arménienne qui continue à vivre dans les territoires d’Azerbaïdjan ou actuellement se sont installées des forces de maintien de la paix de la Russie, l’Azerbaïdjan a tous les moyens et toute la volonté politique pour faire en sorte que cette partie de la population de l’Azerbaïdjan, et nous les considérons comme nos citoyens, puisse être réintégrée dans la vie quotidienne, la vie normale, de l’Azerbaïdjan, dans le cadre juridique politique, économique et social de notre pays

Une longue histoire de coexistence harmonieuse

On oublie souvent qu’il y a une histoire de coexistence pacifique et harmonieuse entre les les azerbaïdjanais et les arméniens, pendant l’époque soviétique et même avant, et je crois que c’est aussi le cas aujourd’hui dans d’autres parties de l’Azerbaïdjan. Par exemple, dans la ville de Bakou, il y a une dizaine de citoyens azerbaïdjanais d’origine arménienne, mais il y a aussi des cas semblables dans des pays tiers, comme en Géorgie où des citoyens géorgiens d’origine azérie et arménienne coexistent pacifiquement, en pleine harmonie, et en paix. C’est un scénario gagnant-gagnant qu’on souhaite pour cette région.

L’Azerbaïdjan œuvre sans relâche pour la paix entre les deux pays

Des mesures concrètes sont mises en place actuellement pour faire avancer cette approche, notamment nos efforts communs dans le cadre des groupes de travail dirigés par les vice-premiers ministres des trois pays, Azerbaïdjan, Arménie et Russie, pour ré-ouvrir toutes les voies de communication qui sont restées bloquées depuis 30 ans, ce qui va permettre d’améliorer la connectivité entre les trois pays. Cela va également ouvrir des perspectives énormes pour la coopération économique régionale et cela va aussi contribuer au renforcement de la confiance entre les azerbaïdjanais et les arméniens. Dans ce cadre, nous poursuivons également les contacts entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan sur la délimitation et la démarcation de nos frontières. On sait qu’il faut commencer par des petites choses qui sont faisables, sachant que la guerre vient de se terminer, et que les plaies sont encore fraîches. Mais en même temps, l’Azerbaïdjan manifeste sa volonté de démontrer sa disponibilité pour améliorer ses relations avec l’Arménie. Par exemple, l’Azerbaïdjan a donné son accord pour que son infrastructure de transport des ressources gazières puisse être utilisée par la Russie pour amener le gaz naturel à l’Arménie. L’Azerbaïdjan a bien sûr donné son accord, dans le cadre des accords tripartites, pour utiliser une partie de son territoire, le corridor de Latchin, pour des raisons humanitaires, afin que la population civile arménienne touchée par la guerre puisse rentrer chez elle, mais aussi pour la livraison des aides humanitaires à cette population. L’Azerbaïdjan ouvre également les voies de communication entre les villes de l’Arménie qui passent par un petit morceau de territoire azerbaïdjanais, en particulier les routes qui relient les villes arméniennes de Goris et Kaphan.

Une cohabitation harmonieuse qui profitera à tous.

Il y a donc pas mal de gestes de notre part qui montrent que nous sommes sérieux dans notre volonté de pour tourner la page de l’hostilité, de l’animosité avec l’Arménie, et d’essayer d’établir et de normaliser des relations de bon voisinage qui vont profiter finalement à tout le monde. Pas seulement à l’Azerbaïdjan et à l’Arménie, mais aussi aux autres pays de la région, parce que je crois que l’amélioration des relations entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie peut amener à la normalisation des relations entre l’Arménie et la Turquie, de renforcer les liens de coopération entre l’Arménie et ses voisins russes et iraniens. Tous ces efforts peuvent nous permettre de transformer le Caucase du Sud en une région caractérisée par le bon voisinage, la coopération, et l’amitié.

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules