POLITIQUE


Le président Ilham Aliyev : L'administration arménienne qui venait d'arriver au pouvoir a fait une énorme erreur et subi une défaite amère

Bakou, 28 septembre, AZERTAC

Les récentes provocations de l'Arménie à notre encontre étaient devenues régulières. Leurs déclarations à notre égard et les mesures qu'ils avaient prises montraient que l'Arménie se préparait à une nouvelle guerre. Je n’arrive pas à comprendre les raisons de cela jusqu'à présent. Car si un État qui occupe le territoire d'un autre État pendant 30 ans veut une nouvelle guerre, la raison en devrait être étudiée très sérieusement, a déclaré le président de la République d’Azerbaïdjan, Ilham Aliyev, dans un entretien accordé à l’agence turque Anadolu en répondant à la question « Pourquoi l'Azerbaïdjan a-t-il contre-attaqué ? ».

Le chef de l’Etat a dit : « Parce qu'en juillet, l'Arménie a mené une provocation militaire à la frontière azerbaïdjano-arménienne, et à la suite de cette provocation, 13 soldats et civils ont perdu la vie. À cette période, l'Azerbaïdjan a donné à l'ennemi la réponse qu'il méritait, mais nous n'avons pas franchi la frontière de cet État. Nous les avons simplement chassés des terres azerbaïdjanaises dans lesquelles ils s'étaient infiltrés, et le conflit, qui a duré quelques jours, a pris fin. Puis, en août, ils ont envoyé un groupe de sabotage. Ils ont franchi la ligne de contact et là nos soldats les ont désarmés. Dans mon discours à l'Assemblée générale des Nations Unies (ONU) il y a un an, j'avais dit que l'Arménie se préparait à une nouvelle guerre. Trois jours plus tard, nos positions militaires et habitations civiles devenaient de nouveau la cible de l'artillerie. Nous avons encore donné des martyrs. Et sous mon commandement, nous avons lancé une contre-attaque à grande échelle, et comme vous le savez, cette opération s'est soldée par une grande victoire ».

Le président Ilham Aliyev a dit que quand on regardait un an en arrière, bien sûr, on avait l'occasion d'analyser plus clairement tous ces développements, tous ces événements et il semblait que l'administration arménienne, l'administration qui venait d'arriver au pouvoir, voulait se vanter de tout succès militaire, voulait obtenir n'importe quel succès militaire. « Mais ils n'ont pas eu le résultat escompté, ils ont fait une énorme erreur. En conséquence, ils ont subi une défaite amère », a souligné le chef de l’Etat.

 

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules