SOCIETE


Les mondes musulman et chrétien : 15 siècles de dialogue

 

Paris, 2 février, AZERTAC

Un article intitulé « Les mondes musulman et chrétien: 15 siècles de dialogue » de Dr. Karim IFRAK, Docteur de l’École Pratique des Hautes Études (E.P.H.E), islamologue spécialiste de géopolitique des mondes musulmans, est publié sur le site « Musulmansenfrance ». Dans son article, l’auteur parle du multiculturalisme, de la multiethnicité et du multiconfessionnalisme azerbaïdjanais.

Karim IFRAK écrit : « Pays multiculturel, multiethnique et multiconfessionnel, c’est presque sans surprise que la République d’Azerbaïdjan n’a pas hésité à nouer des relations fraternelles avec le Saint-Siège au point de signer, en 2011, un Accord pour le moins historique. L’article 1 de cet « Accord sur le statut juridique de l’Église catholique en Azerbaïdjan » stipule que : « La République d’Azerbaïdjan, qui reconnaît la liberté religieuse sur la base de sa Constitution, garantit la liberté de professer et de pratiquer en public la Religion catholique. L’Église catholique en République d’Azerbaïdjan a le droit d’organiser elle-même, en conformité avec la législation de l’Église catholique et de réaliser sa mission dans le cadre de sa compétence religieuse et compte tenu de la Législation de la République d’Azerbaïdjan ».

Face à autant de générosité et d’ouverture, le Vatican s’engagea naturellement dans une étroite et remarquable collaboration avec cet ancestral pays du Caucase, celle focalisée sur le plan culturel en particulier. Ainsi, en marge de toute une batterie d’accords bilatéraux signés entre la Fondation Heydar Aliyev et le Conseil Pontifical pour l’Archéologie sacrée, plusieurs projets de restaurations de sites religieux et de monuments de la chrétienté firent à l’ordre du jour. Au nombre de ceux-ci, la restauration des catacombes paléochrétiennes des Saints Marcellin et Pierre, de même que les catacombes de la Basilique de Saint-Sébastien. Deux grands chantiers suivis par celui des catacombes de Saint Commodilus. Des catacombes, qui contiennent, selon le professeur Fabrizio Bisconti (inspecteur à la Commission Pontificale pour l’Archéologie sacrée), des artefacts datant des premières heures du christianisme, de même qu’ils sont réputés être le lieu de sépulture des martyrs chrétiens Felicio et Adauctus.

Ces exemples incontestablement remarquables, sont la preuve par mille que le dialogue, en plus d’être incontournable, est surtout névralgique. Névralgique car il se veut la voie d’une formidable opportunité à la faveur de laquelle le champ des possibles devient accessible et la construction de la paix, sa consolidation et sa pérennisation aussi. En bref, il est le symbole de l’espoir sans lequel rien n’est possible, son corps et son esprit. À nous de le préserver, de le faire vivre et de le transmettre.

Aux musulmans et aux chrétiens du monde, cet appel est pour vous : célébrons ensemble nos « fragiles » 15 siècles de dialogue. »

© Pour l’utilisation il faut se référer avec les liens hypertextes
Si le texte contient des fautes, ayez la bonté d’en sélectionner pour nous envoyer en appuyant sur les touches ctrl + enter

COORDONNÉES DE L’AUTEUR

Remplissez les cases marquées d’un astérisque (*)

Veuillez saisir les lettres affichées sur l’image
Les lettres peuvent être écrites en majuscules ou minuscules